Accueil
Nos Bande Dessinées
Nos Mangas
Nos albums
Nos artbooks
Nos dédicaces
Nos dessins à nous :)
Nos sites préférés
Laissez-nous un message !
Nous contacter
Aidons nos librairies indépendantes

Publications BD
Publications Manga
  Administration
Titre : Auteur : Festival ou année :

Séries par ordre alphabétique: -  A -  B -  C -  D -  E -  F -  G -  H -  I -  J -  K -  L -  M -  N -  O -  P -  Q -  R -  S -  T -  U -  V -  W -  Y - 

En rouge les commentaires de Lunch et en bleu ceux de Badelel.
Okiya Jung Sik Jun

33ème festival d'Angoulême - Du 26 au 29 Janvier 2006

Après que j'ai fait dédicacer ma série de Kwaidan, Angélique souhaitait se procurer la dernière bande dessinée de Jung: Okiya.
Chose faire peu de temps après, et là voilà devant lui pour un nouveau dessin.
Shôko est donc représentée ici, avec pour compagnie un pigeon, marque de fabrique des dédicaces d'Angélique.

A l'occasion d'un festival à Vendays-Montalivet durant l'été 2006, nous avons pu rencontrer la scénariste Jee-Yun, et elle a signé le petit mot qui suit, sur la page en face de la dédicace:

Rencontre précieuse
Illusoire mais gravée dans la mémoire...
Merci d'avoir partagé cette histoire
Amicalement Jee-Yun.

Trop fort : Jung dédicace au café ! Ca surprend, mais on s'y fait. Dans le rôle du pigeon, je vous présente la buse... :P

Jee-Yun, qui est en fait la copine de Jung, est également si je me souviens bien (ce que je ne garantis pas) la scénariste planquée de Kwaïdan.
Comme elle est scénariste, elle a le temps de tchatcher et du coup, on a discuter 10 bonnes minutes.

PS : Vendays, c'était les 2èmes Estivales de Bande Dessinée

Commenter cette dédicace

Okiya

Okko HUB

4ème édition des Bulles en Hauts de Garonne - Lormont - 1,2 et 3 Avril 2005

Un auteur bien sympathique, voilà la première impression qu'on a de ce bonhomme. Nous le découvrions pour son premier album, dans un festival qui se prête bien à la rencontre des dessinateurs sans se faire piétiner.
J'avais acheté son ouvrage seulement une semaine avant. Et je ne fut pas déçu de ce petit moment.
Comme à mon habitude, je réclamais une dédicace un peu particulière: "Noburo, sans le masque"
Sa réponse ne se fit pas attendre: "Tu rêves !... mais qui sais, peut être plus tard..."

Je me souviens de l'après-midi de poireautage (un coup Hub un coup Virginie Augustin, pendant que ma frangine s'occupait de Enrique Fernandez)... pour que MÔSSIEUR Jérôme chope ses dédicaces... Heureusement qu'il ne nous a pas bandé les yeux au moment du dessin, qu'on en profite un peu quand même ! ("ça s'appelle de l'organisation" dixit le propriétaire des dédicaces).
Mais bon, pour chacune d'entre elle ça valait le détour (oui enfin, je n'ai pas vu Fernandez FAIRE la dédicace). Bon comme d'habitude, Jérôme a fait dans la simplicité... Et après on me regarde avec de gros yeux quand je demande tout simplement un pigeon !...

Commenter cette dédicace

Okko

Débit Rouge à Bordeaux - 7 Février 2006

Rencontre organisée par la librairie Oscar Hibou dans une ... brasserie. Eh oui vous ne rêvez pas !
RDV pris en soirée et jusque tard dans la nuit avec Hub et Boivin, lui aussi invité pour la dédicace du Sabre et l'épée.
C'est un Hub toujours souriant qui nous reçoit et échange avec nous un petit moment où il nous signe ce superbe dessin de Noshin.
"Pour le masque, toujours pas !" m'a-t-il lancé ... il m'aurait même promis Noburo à poil pour le tome 3... ça promet ;)

J'adooore celle-ci. Noshin est un personnage qui me fait tripper, et avec les zones d'ombre au feutre, elle donne super bien. C'est juste dommage que Hub ait mis un kami au-dessus du moine... moi j'aurais mis un pigeon :P

Commenter cette dédicace

Okko

34ème festival d'Angoulême - Du 25 au 28 Janvier 2007

Humbert, là tu m'as encore eu, une nouvelle fois !
C'était très spécial à Angoulême cette année pour la dédicace de Hub. En effet, initialement prévu sur tickets, il a préféré une autre option, pour essayer de contenter le plus de monde possible. Il disposait pour l'occasion d'une petite jarre japonaise contenant des boules de couleur. Chaque personne devait tirer au sort et selon la boule obtenue avait soit une vraie dédicace, pour les plus chanceux, soit un ex-libris collé dans la bande dessinée, ombré, et signé par Hub.
Comme la plupart, j'ai sorti la mauvaise bille, tant pis... j'ai choisi le dessin d'Okko car je ne l'avais pas encore.
Je suis un peu déçu de ne pas avoir eu de vraie dédicace, d'autant qu'il m'avait promis un Noburo à poil :P ... mais bon, comme le dit si bien Angélique:
"Tu souhaitais Noburo sans le masque et finalement tu n'as QUE le masque" (regardez bien la forme du tampon ;)

Ca fout peut être les boules (c'est le cas de dire ^^) aux personnes qui héritent de l'ex-libris et non de la dédicace (et elles sont nombreuses), il n'empêche que je trouve que ce système mis en place par Hub est assez sympa, car, l'air de rien, il prend tout le monde du coup, et puis comme ça, il grille aussi les revendeurs de dédicaces.
Et puis ça change... et l'air de rien, ses ex-libris ne sont pas laids, et il vous les colorise sous votre nez. Y'a quand même le plaisir de le voir faire.

D'abord.

Le petit détail amusant, c'est de le voir appliquer son tampon :
d'abord, il applique son tampon sur l'encreur, il frotte bien. Puis il se lève, applique le tampon sur la page, et vous détruit la BD en appuyant dessus comme un malade :)

Commenter cette dédicace

Okko

Oliver Twist Loïc Dauvillier

35ème festival d'Angoulême - Du 24 au 27 Janvier 2008

Dauvillier dans ses grands jours : Monsieur s'installe et déballe ses affaires, sous les yeux ébahis de la foule et de ses compagnons auteurs, dédicaçant au même moment (il est scénariste lui ? O_o). Il sort la colle, les ciseaux, le papier, des petites images, et ils bricole, confectionne lui-même l'enveloppe et y insère dedans quelques surprises avant de la refermer d'un cachet de cire argentée.
L'ouvrir ? Vous n'y pensez pas ! (ça me rappelle l'histoire de la boîte de Pandore tiens ;)

Loïc Dauvillier est un personnage atypique. L'ai-je déjà dit ?
Alors vous voyez arriver le bonhomme, il s'installe et il sort une petite planche à découper, un gros paquasse de feuillets qu'il se met à trier en marmonnant qu'il a oublié un truc. Puis finalement sort un "patron" et se met à découper (d'une main assurée) une feuille de papier craft, ensuite un feuillet imprimé de quelques illustrations qu'il sépare les unes des autres formant ainsi des petites cartes. Maintenant, il reprend son papier craft, le replie, y glisse les cartes illustrées. Enfin, il se met à farfouiller dans son sac et en sort une morceaux de cire et un briquet. Va-t-il mettre le feu au bouquin ? O_o Non point. Il referme la petite enveloppe en craft au moyen de sa cire qu'il fait fondre.
La tête qu'il finit par dessiner en dessous est une représentation fidèle de la tronche que vous tirez à ce moment-là.

Par la suite, j'ai eu l'occasion de le gourmander : comme l'a déjà dit Jérôme, on n'ose pas l'ouvrir pour regarder les cartes !!!

Commenter cette dédicace

Oliver Twist

35ème festival d'Angoulême - Du 24 au 27 Janvier 2008

On prend les mêmes et on recommence ^^
En tout cas il a l'air de bien s'amuser :)

On reprend les mêmes et on recommence... pas tout à fait. Le truc qu'il marmonne avoir oublié dans l'épisode précédant, c'est le patron de l'enveloppe pour le tome 2 : les cartes ne font pas tout à fait la même taille. Alors cette fois, il y a en plus l'étape de conception d'un patron de fortune.

Mais on n'ose toujours pas ouvrir !

Commenter cette dédicace

Oliver Twist

Oliver Twist Olivier Deloye

7ème édition des Bulles en Hauts de Garonne - Floirac - 29 et 30 Mars 2008

Le tome 1 avait déjà sa marque apposée par Loïc Dauvillier à la fin, c'est maintenant au tour d'Olivier Deloye d'y laisser une trace de son passage.
Moins spectaculaire que son scénariste, il n'en reste pas moins doué pour le dessin, représentant Oliver sur les toits, pointant de son doigt le pigeon (sûrement en train de polluer comme à son habitude :P).

Commenter cette dédicace

Oliver Twist

Orange Benjamin

37ème festival d'Angoulême - Du 28 au 31 Janvier 2010

J'avoue, je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi rapide d'avoir une dédicace de Benjamin. Surtout en ayant le souvenir de l'affluence de l'année précédente.
Pendant que je me faisait dédicacer le dernier album de Tony Sandoval chez Paquet, Angélique avançait à une vitesse folle et était obligée de laisser passer des gens devant elle le temps que j'arrive, c'est dire ^^.

La rencontre en elle-même était plutôt... bizarre !
Benjamin était coincé sur le côté du stand, envahi par les groupies de Jena Lee, chanteuse que je ne connaissais même pas, pour laquelle il a réalisé les images de son clip. Une gamine de 16 ans, du moins à vue d'œil, qui rendait tous les gamins fous. C'est marrant le succès !
Je me suis quand même regardé le clip en arrivant chez moi, histoire de pas paraître inculte d'une part, mais surtout pour voir le travail de Benjamin.

A côté de Jena Lee donc, Benjamin ne déscotchait pas de ses dédicaces, et bien entendu, il ne décochait pas un traitre mot :
« Vous parlez français ? Anglais ? »
« Non. »

Qui me parle ? Ah... Jena Lee ! Trop la classe quand même, y'a une star qui m'a adressé la parole ! Bon, je savais même pas ce qu'elle chantait... et franchement, ça me fait pas rêver :)

Bref, pas une rencontre très volubile. Par contre, c'est étonnant de le voir travailler le Benjamin, mélangeant ses fluos dans de l'eau, et partant d'aplats de couleur pour au final arriver au rendu que vous avez devant les yeux. Un artiste quoi ;)

Cette dédicace tient plutôt du miracle, et le pire, c'est que c'est grâce à la présence de Jena Lee que nous avons pu l'avoir.

Je m'explique : avoir une dédicace de Benjamin n'est pas donné à tout le monde. Il a un fan-club vraiment développé ! Qu'à cela ne tienne, Mariannick voulait le tenter, et Jérôme aussi même s'il n'y croyait pas une seconde et pour cause. C'est pour ça que je suis partie lui tenter sa chance et tenir compagnie à ma 'tite soeur pendant qu'il attendait pour rencontrer Sandoval, ce qui avait effectivement mille fois plus de chance d'arriver.

Quand nous sommes arrivées, il devait y avoir une quinzaine de personnes devant nous. Tout à fait gérable, sachant qu'il va vite. Je délaisse Mariannick pour aller prévenir l'heureux Jérôme (vu qu'il n'a pas de portable, pratique pour Angoulême !) que c'est tout à fait jouable. Quand je reviens, je suis déjà 4° ! O_o

Esplicatzionne : Les 3/4 des personnes présentes dans la file d'attente attendaient pour Jena Lee, le vigile garde du corps de la demoiselle avait donc séparé les files. Evidemment, Jérôme n'arrivant pas vu qu'il était avec Sandoval (et encore ça avait été rapide), j'ai quand même laissé passer 2 personnes et presque 3. 2 heureux et demi. Bon les autres ont quand même eu leur dédicace, et on aurait cru qu'ils avaient reçu la bénédiction de Dieu en personne (BD qu'il serait temps que je lise d'ailleurs).

2-3 trucs chiants :
- Le vigile de la starlette qui s'était planté devant Benjamin pour être sûr qu'on ne le voie pas sûrement. Bref, on était à moitié sur le stand d'à côté pour pouvoir voir sa propre dédicace.
- Les groupies de la dite starlette qui hurlaient "JENAAA LEEEEEEEEEE !!!!". Sans doute le même symptôme que les jeunes fans de Benjamin.
- Que Benjamin ne parle pas français n'étonnera personne, mais échanger 2-3 mots d'anglais avec les personnes qui étaient en face (enfin "en face", façon de parler...) de lui, même si c'était à bas niveau ou pour dire bonjour, ç'aurait pas été un luxe. Pas très instructif donc.

Un truc absolument GENIAL : le voir travailler. Je l'ai vu faire 5 ou 6 dédicaces sublimes. Il part de rien, dirait-on, des gribouillis au fluo, et il en retire des illus sublimes entre quelques gribouillages. Je m'interroge tout de même sur la durée de vie de ses feutres fluos vu qu'il les trempe dans l'eau, mais bon...


Commenter cette dédicace

Orange

Orignal Max de Radiguès

13ème édition des Bulles de Hauts de Garonne – Bassens – 29 et 30 mars 2014

Le récit d'Orignal est originellement paru sous la forme d'un feuilleton-fanzine d'une quinzaine de tomes avant d'être publié sous la forme que le grand public connaît. C'est la rencontre entre Max de Radiguès et Lewis Trondheim lors d'un festival qui amorça leur collaboration. Lewis était très intéressé par le projet pour sa collection Shampoing.
Ceux qui ont lu Orignal savent que ça se termine sur un point clef de l'histoire : on ne sait pas ce qu'il va arriver. L'imaginaire prend le pas et on s'inquiète de la chute, de l'avenir des personnages... Cette fin tragique et brutale, bien qu'ouverte, était différente à l'époque du fanzine, plus floue. Lewis avait demandé à Max une fin heureuse mais ce n'était pas le désir de l'auteur, au contraire. Il a alors été décidé de remanier le récit, de l'augmenter d'une quarantaine de pages pour amener une fin plus abrupte, celle qu'on connaît (D'accord, pas de fin heureuse... On la fait plus sombre alors ?).

Aujourd'hui Max bosse de nouveau sur un projet de fanzine. Le premier épisode vient tout juste de sortir au prix modique d'1€ symbolique pour une histoire qui devrait là encore tenir sur plusieurs fascicules. Max aime bien travailler sans filet et se mettre en danger sous cette forme de narration. Il ne sait pas encore où il va mais il ne réfléchit pas... quand on voit le résultat pour Orignal, on est en droit d'espérer voir cette nouvelle histoire publiée sous un format livre un jour.
En parallèle, il travaille sur un second tome de 520 km. Il ne s'agit pas foncièrement d'une suite mais plutôt d'un autre versant du one-shot : l'histoire de la séparation entre les deux adolescents est maintenant vécue du côté de la fille. Quelques scènes seront en commun avec le premier tome mais c'est surtout la confrontation entre deux points de vues qui paraît attrayante.

Le temps de discuter nous avions un joli dessin de Joe faisant face à ses peurs... et Max était gratifié d'un gribouillage maison, directement réalisé sur la nappe en papier de la part de la puce... Merci à Max pour le prêt des feutres !

Commenter cette dédicace

Orignal