Accueil
Nos Bande Dessinées
Nos Mangas
Nos albums
Nos artbooks
Nos dédicaces
Nos dessins à nous :)
Nos sites préférés
Laissez-nous un message !
Nous contacter
Aidons nos librairies indépendantes

Publications BD
Publications Manga
  Administration
Titre : Auteur : Festival ou année :

Séries par ordre alphabétique: -  A -  B -  C -  D -  E -  F -  G -  H -  I -  J -  K -  L -  M -  N -  O -  P -  Q -  R -  S -  T -  U -  V -  W -  Y - 

En rouge les commentaires de Lunch et en bleu ceux de Badelel.
Ida Chloé Cruchaudet

37ème festival d'Angoulême - Du 28 au 31 Janvier 2010

J'avais déjà croisé Chloé Cruchaudet l'an passé pour une dédicace de Groenland Manhattan. À l'époque, elle nous avait parlé de ce projet de BD qui se passerait en Afrique à l'époque coloniale, qu'elle aimait bien mettre en scène des histoires sur le voyage, la découverte, tout ça. Et puis elle était plutôt enjouée à l'idée de faire en sorte que tout ne se passe pas comme prévu. Un voyage, il se doit d'avoir des imprévus.

Du coup, puisque nous avions bien aimé sa première bande-dessinée, c'est avec un grand plaisir que nous avons acheté la seconde lorsqu'elle est parue. Et qui plus est, elle était nominée dans la sélection officielle d'Angoulême cette année.
Même si elle n'a rien gagné, c'est déjà un victoire en soit :)

Elle se rappelait de moi, et du pigeon d'Angélique. Décidément, les gens s'en souviennent de celui là !
Cette fois, c'est un dessin d'Ida, notre héroïne, et bien entendu accompagnée du désormais célèbre pigeon (les auteurs doivent en faire des cauchemars récurrents tellement je m'aperçois que ça les marquent).

Commenter cette dédicace

Ida

38ème festival d'Angoulême - Du 27 au 30 janvier 2011

Ce n'est pas la première fois que l'on rencontre Chloé Cruchaudet. D'ailleurs, elle se souvenait de nous (et surtout du pigeon en fait).
Pour ce tome deux d'Ida, nous avons choisi le personnage féminin de Zaka. Cette noire au destin tragique fait partie de l'armée du Roi de Dahomey et donne de par son attitude une profondeur toute particulière à l'histoire.

Une dédicace où la couleur usuelle aux pinceaux de Chloé Cruchaudet est absente. L'auteure était tout à fait désolée de ne pouvoir rendre un travail aussi coloré que d'habitude, le temps lui faisant défaut. La faute à l'éditeur (en l'occurrence Delcourt) qui avait invité tous ses auteurs présents au concert dessiné d'Areski Belkacem, ce qui faisait que le stand fermait ses portes une demi-heure plus tôt que prévu.
Qu'à cela ne tienne, le dessin tel qu'il est nous suffit pleinement, d'autant qu'une rencontre avec Chloé Cruchaudet est toujours très agréable.

Commenter cette dédicace

Ida

Ile au poulailler (L') Laureline Mattiussi

37ème festival d'Angoulême - Du 28 au 31 Janvier 2010

L'île au poulailler a été salué par de nombreux critiques. Il faut dire que c'est une BD rafraichissante et qu'elle faisait même partie de la sélection officielle d'Angoulême en cette année 2010, juste récompense. Malheureusement pour elle, elle n'a pas gagné de prix lors du festival, mais elle se refera ailleurs, car ce diptyque est un peu atypique, et surtout plein de vie.

J'ai obtenu cette dédicace du Capitaine lors de notre rencontre sur le stand d'Angoulême. Alors nous avons discuté un peu de ses projets à venir.
Tout d'abord, terminer le tome deux. Si au départ elle m'a parlé du fait qu'il devrait peut-être paraître pour le festival des bulles de haut de Garonne en Avril, lorsque nous l'avons recroisée à ce festival justement, elle nous a avoué que le délai était un peu court (bien que souhaité initialement). Nous devrons donc attendre un peu avant de lire la suite et la fin de cette trépidante série de pirates.

Pour après, Laureline n'est pas en reste point de vue projets, et c'est ni plus ni moins qu'avec un scénariste de cinéma qu'elle devrait travailler pour sa prochaine bande-dessinée. Mais cette fois, plus de mer, plus de pirates ! Non, changement complet de décors pour se retrouver dans la Rome Antique, du temps des gladiateurs.
Un scénario qui lui plaît beaucoup et qui lui donne envie. Je dois avouer que je trouve cela très alléchant, tant au niveau du « casting » que de l'intrigue et de l'époque choisie. Agrippa n'a qu'à bien se tenir !

Commenter cette dédicace

Ile au poulailler (L')

2ème festival BD à Barsac - 2 et 3 Octobre 2010

Laureline Mattiussi, nous l'avions croisée seulement deux jours auparavant au Raging Bulle. Alors quand elle nous a vu, elle nous a reconnu. Le Raging Bulle, c'était pour elle sa première fois, une expérience intéressante et qu'elle renouvellera sûrement.
Il faut dire qu'à Bordeaux, heureusement que nous avons 9-33, l'association montée par Éric Audebert, et l'initiative de Greg pour ce Raging Bulle, vieux de 4 ans maintenant.

Du côté de l'album, je lui ai dit avoir été agréablement surpris par cette scène où les onomatopées grignotent les cases jusqu'à les envahir totalement, étouffant petit à petit les protagonistes de l'histoire. Elle était plutôt heureuse de cette remarque, car il se trouve que c'était l'une des idées de base de l'album. Il y en avait d'autres, je vous rassure, à commencer par la grande diversité des personnages.
Je ne vais pas revenir en détail sur eux ici. Mais plus particulièrement sur la Piratesse, qui est l'objet de la dédicace. On a eu la chance d'avoir un dessin sur une double page, avec un bateau voguant sur les eaux, le pigeon d'Angélique, mais aussi le Capitaine, jamais très loin. Ces deux là sont inséparables. Ils ne se comprennent pas non plus... mais en ont-ils besoin ? Il y a des langages qui sont universels :)

Le diptyque mené par Laureline Mattiussi s'achève.
Qu'en est-il se son nouveau projet dans la Rome antique dont je vous parlais précédemment ?
Il est commencé, le découpage est terminé. Les cases seront plus resserrées, pour traduire au mieux l'ambiance plus confinée de la ville et de ses tortueux boyaux.
L'album devrait voir le jour au printemps de l'année prochaine si tout va bien. Isabelle Merlet sera encore à la couleur.

Les petits salons, c'est vraiment fantastique ! Nous sommes arrivés en tout début d'après-midi alors que les auteurs étaient encore à table, et après un coup d'œil rapide au salon, nous avons décidé d'attendre Laureline Mattiussi. Nous étions encore seuls à son stand quand elle est arrivée et également quand nous en sommes partis. Il me semblait pourtant que l'Île au Poulailler avait fait du bruit dès sa sortie, mais bon, je peux me tromper. Et nous y sommes restés longtemps, ainsi qu'un rapide aperçu de la dédicace peut vous laisser l'imaginer (j'ai pas souvent eu autant de pigeons sur une dédicace (à part l'invasion des pigeons de Neel)

Bref, nous avons énormément parlé. Et nous avons parlé de tout et de rien. C'est quelqu'un qui malgré une certaine timidité apparente, a énormément de choses à dire. On a discuté de BD et de ses projets bien sûr (voir le commentaire de Jérôme) Mais aussi de sujets plus étendus. Nous avons notamment abordé la présence importante d'auteurs de BD à Bordeaux, un sujet qui pourrait faire l'objet d'une thèse, selon moi. Peut-être pas utile d'en arriver là pour l'instant, mais la concernant, Bordeaux était tout simplement la grande ville la plus proche d'Angoulême, et elle a choisi d'y élire domicile après ses études.

Commenter cette dédicace

Ile au poulailler (L')

Inès Jérôme d'Aviau

9ème édition des Bulles en Hauts de Garonne - Bassens - 27 et 28 Mars 2010

Vous vous souvenez peut-être de cette bande dessinée choc qu'est Inès ?
Cet album bouscule, il heurte la sensibilité et fait profondément réfléchir. Détresse, peur, identification... tout le monde se sent concerné par les faits, et le lecteur est pris à parti : il est là, il épie, il sait qu'il se passe des choses... mais il ne dit rien !
Alors oui, cette vision des choses dérange certaines sensibilités. Mais c'est un fait : les auteurs ont voulu nous mettre à la place de ces gens qui entendent des bruits, qui voient des signes, mais qui n'osent pas en parler. Peur de mal faire, de se mêler de ce qui ne les regarde pas, ou de se tromper ?

Je ne vais pas revenir plus en avant sur le thème, je vous laisse lire le contenu de notre chronique pour ceux qui le voudraient.

Nous n'avons pas encore eu l'occasion de discuter avec Loïc Dauvillier concernant cet album, mais nous avons vu ça et là quelques unes de ses interventions. Rencontrer Jérôme d'Aviau nous a permis de voir celui avec qui il a collaboré pour Inès (je n'avais pas encore lu l'album au moment de cette dédicace, contrairement à Badelel). Avec son dessin aux traits sombres et hachurés qui nous a séduit par son côté oppressant, il nous a illustré notre première page de l'album avec le portrait d'Inès.
Le pigeon est là pour égayer un peu ce tableau avec ses yeux ronds et sa cire si caractéristique au-dessus du bec !

La dédicace date un peu, mais je me souviens en voyant ce numéro à côté de la signature : Jérôme d'Aviau numérote chacune de ses dédicace, comme le fait aussi Boulet. Une pratique saugrenue mais que j'aime bien :)

J'ai découvert ce jour-là que Jérôme d'Aviau et Poipoi n'étaient en fait qu'une seule et même personne. Encore un soir où je me suis couchée moins bête. Enfin... façon de parler, parce que bête, c'est justement l'état dans lequel je me suis sentie quand j'ai été incapable de me souvenir que Inès était en fait le prénom de la petite fille.
D'Aviau - Non mais vous n'avez pas lu la BD c'est pas grave hein
Moi - Ben si justement, c'est juste que ça fait un peu longtemps...
D'Aviau - Mais oui mais oui...

Il faut dire, pour ma défense, que j'avais effectivement lu la BD à la bibliothèque genre 1 an avant, que j'avais surtout été marquée par le contexte de l'histoire plus que par le déroulement lui-même, et qu'on venait de lui présenter un album rutilant tellement il était neuf...
Des fois, les rencontres avec les auteurs, chez moi, ce sont des traumatismes... Pas sûr que ce soit le principe à la base ! ^^

Commenter cette dédicace

Inès