Accueil
Nos Bande Dessinées
Nos Mangas
Nos albums
Nos artbooks
Nos dédicaces
Nos dessins à nous :)
Nos sites préférés
Laissez-nous un message !
Nous contacter
Aidons nos librairies indépendantes

Publications BD
Publications Manga
  Administration
Titre : Auteur : Festival ou année :

Séries par ordre alphabétique: -  A -  B -  C -  D -  E -  F -  G -  H -  I -  J -  K -  L -  M -  N -  O -  P -  Q -  R -  S -  T -  U -  V -  W -  Y - 

En rouge les commentaires de Lunch et en bleu ceux de Badelel.
Habibi Craig Thompson

39ème festival d'Angoulême - Du 26 au 29 janvier 2012

Cette année 2013 je ne suis pas parvenu à rencontrer les auteurs brésiliens de Daytripper. Mais l'an passé en revanche, j'avais pu croiser Craig Thompson lors d'une dédicace sur Habibi, mon coup de cœur 2012.
J'en garde l'image d'un homme souriant et heureux d'échanger avec son public français. Tellement heureux qu'il a prolongé les séances au delà des horaires entendues chaque jour, dessinant pour chacun des membres de l'équipe Casterman présente sur le festival pour les remercier de leur accueil. Chapeau !

Lorsque je n'ai pas d'idée saugrenue qui me vienne à l'esprit, j'aime bien demander un personnage qui m'a vraiment marqué durant ma lecture. Il s'agit ici de Noé. Noé, c'est un pécheur un peu rondouillard et toujours jovial en toutes circonstances et toujours prêt à aider les gens... peut-être un peu trop parfois, mais c'est aussi ce qui fait son charme. Il porte bien son nom et le parallèle avec l'arche dans l'Ancien testament est excellemment bien amené.
Un bon bougre !

Craig Thompson m'a avoué qu'il s'agissait là de son premier dessin de Noé (pourtant un personnage secondaire de premier plan), j'en étais donc plutôt flatté.
Discuter avec l'auteur d'Habibi (mais aussi de Blankets) m'a laissé un souvenir agréable, d'autant que son anglais était aisé à comprendre. J'ai ainsi appris que ses influences françaises étaient très orientées Atelier des Vosges (ce qui n'a rien de surprenant finalement), soit David B., Joann Sfar et Blutch (qui n'a quant à lui pas fait parti de ce collectif).

J'ai été impressionné de savoir que ce livre représentait 7 ans de travail (2 ans de lectures et de recherches pour 4 ans de rédaction, le reste du temps étant probablement dédié aux arrondis, aux finitions et à l'impression). Son prochain livre, il me l'a soufflé, ne devrait pas prendre autant de temps... vous pourrez visualiser quelques illustrations de son projet d'aventure spatiale humoristique directement sur son blog.

Commenter cette dédicace

Habibi

Herakles Édouard Cour

40ème festival d'Angoulême - Du 31 janvier au 3 février 2013

Non, Édouard Cour n'a pas fait d'études supérieures de Grec.
Pourtant, en lisant son mythique (sisi, ça se tient) album, Herakles, on est en droit de se poser la question.
Le fait est qu'il a un très bon ami qui lui vient en aide pour quelques phrases un peu complexes (« Va-t'en aux corbeaux, trou du cul de biche »).

Passées ces questions hautement philosophiques (mais oui, c'est de la littérature les amis), Édouard Cour nous confirme qu'il travaille sur le tome 2, qui clôturera le diptyque. Parution prévue pour janvier 2014, dans un format un peu plus volumineux (environ 200 pages)... certes il ne reste que 4 travaux mais il reste pleins de choses à dire et notamment sur le personnage d'Herakles. Un sentiment de frustration rebelle le barbu ?
L'auteur compte, une fois le storyboard terminé, s'atteler à la tâche avec ardeur et application, avec un rendement surhumain (nous n'en attendions pas moins pour un demi-dieu) d'une planche par jour...
Pour ne rien vous cacher, nous avons vu un bout du storyboard justement. Déjà très fouillé mais sans texte, il met en scène des bouilles expressives. Ce qui lui permet de montrer ses travaux (d'Hercule) à ses lecteurs privilégiés et ainsi d'avoir une première impression de l'accueil et des choses à rectifier.

Vu que nous avons discuté une bonne heure avec lui, on a appris plein de choses rigolotes. Notamment, pour l'anecdote, il a choisi de démarcher Akileos parce qu'il trouvait le nom sympa. Faut dire qu'un nom grec pour une BD de héros grec, ça pète ! Visiblement ça a beaucoup plu à l'éditeur puisque Édouard Cour n'a même pas eu le loisir d'en démarcher d'autres que celui-ci lui répondaient favorablement. Résultat : 4000 exemplaires de vendus pour la première édition et une seconde de lancée. Pour un premier album, c'est plutôt très bien !

Celui qui ne se cache pas de l'influence de Christophe Blain sur son graphisme a également apprécié le travail de David Rubín sur Le héros, dans un style très différent. Il n'a pas eu la chance de feuilleter le 3ème album paru sur Hercule en 2012 (par J.D. Morvan) mais c'est étonnant de voir que tous ont eu la même idée en même temps, alors qu'avant le mythe était proche du néant au sein du 9ème Art.

Bonne continuation Édouard Cour. Et en attendant le tome 2, Herakles court après les pigeons !

Commenter cette dédicace

Herakles

Héros (Le) David Rubín

40ème festival d'Angoulême - Du 31 janvier au 3 février 2013

Rencontrer David Rubín en dédicace, c'est un peu rencontrer son Héros en vrai.
Car, et c'est la première chose qui nous frappe lorsqu'on le regarde dessiner, il est hyper concentré sur son illustration, les traits tirés, l'œil acéré et la mâchoire crispée. Nous nous sommes demandés s'il n'essayait pas quelque part de se mettre en condition pour représenter toute la force et la fougue de son personnage : Héraclès !
Dès lors qu'il s'arrête pour nous parler, il arbore un franc sourire qui contraste avec ces moments de tension.

Le dessin prenait forme devant nos yeux ébahis, dans une approche très expérimentale, avec des traits en surabondance, réalisés avec des feutres usés et malmenés, dont les couleurs étaient diluées et mélangées, complétées par une pluie de blanco. Wow !
Au final, le portrait ressemble un peu à Wolwerine. J'en ai parlé à l'auteur en utilisant le nom trop français de Serval qui évidemment, n'existe pas en Espagne. Là bas on l'appelle simplement Logan. Bref, il était quand même d'accord avec moi pour l'air de ressemblance, à bien y regarder :)

Nous avons passé un bon petit moment sur le stand des éditions Rackham et c'était un réel plaisir que de discuter avec les gens qui le tenaient. On en a profité pour faire quelques emplettes par ailleurs parmi tous leurs excellents livres, dont Le salon de thé de l'ours malais, le précédent album de David Rubín.

Commenter cette dédicace

Héros (Le)