Accueil
Nos Bande Dessinées
Nos Mangas
Nos albums
Nos artbooks
Nos dédicaces
Nos dessins à nous :)
Nos sites préférés
Laissez-nous un message !
Nous contacter
Aidons nos librairies indépendantes

Publications BD
Publications Manga
  Administration
Titre : Auteur : Festival ou année :

Séries par ordre alphabétique: -  A -  B -  C -  D -  E -  F -  G -  H -  I -  J -  K -  L -  M -  N -  O -  P -  Q -  R -  S -  T -  U -  V -  W -  Y - 

En rouge les commentaires de Lunch et en bleu ceux de Badelel.
Cadavre et le sofa (Le) Tony Sandoval

38ème festival d'Angoulême - Du 27 au 30 janvier 2011

Voilà une dédicace qui date bientôt d'un an, lors du festival d'Angoulême 2011. Je suis diablement en retard pour les rentrer. Mais on va quand même essayer de vous faire revivre cette brève rencontre avec Tony Sandoval.

Tout d'abord, j'étais très fier de me présenter devant lui avec ce que je pense être son meilleur album. Un travail plus personnel de la part de l'auteur, et surtout un magnifique rendu sur les amours de jeunesse et autour de la mort, un sujet de prédilection pour l'auteur mexicain.

On a un peu échangé sur le personnage de Sophie, une fille énigmatique et tourmentée, qui amène une profondeur bien particulière au récit. C'est elle qui est dessinée ici.

Pendant la dédicace, j'ai eu l'occasion de voir une bande dessinée de Tony Sandoval éditée en espagnol : Epidemia de Melancolia. Il s'agit d'un recueil d'histoires courtes dessinées en noir et blanc. Un beau livre qui reprends le trait si reconnaissable et atypique de l'auteur. Malheureusement pour nous lecteurs français, il n'est pour l'instant pas prévu d'édition dans notre hexagone. Il paraît que Tony est victime de sa surproduction. Mais qui sait... Paquet (ou un autre, mais pour l'instant l'éditeur garde le monopole sur les livres de Sandoval) pourra peut-être un jour nous offrir l'occasion d'enrichir un peu plus notre bibliothèque ?

Commenter cette dédicace

Cadavre et le sofa (Le)

Chasseur d'éclairs (Le) Kenny Ruiz

Quai des bulles - Saint Malo - 28,29 et 30 Octobre 2005

Je n'ai pas assisté à la dédicace d'Angélique, mais j'avoue que le rendu final de Pluhie est vraiment génial :)

Avez-vous déjà essayé de demander un pigeon à un Espagnol qui ne parle pas français quand vous-mêmes êtes un Français qui ne parle pas espagnol ? Ben pour tout dire, c'est folklo ! Toujours est-il qu'on y est arrivé... même si je ne suis pas certaine de la traduction finale : oiseau ou pigeon... j'avoue avoir des doutes, mais après tout c'est l'effort qui compte.

Bref, malgré ses grosses difficultés en français, Kenny Ruiz arrive quand même à bavarder pas mal (c'est fortiche !), et non seulement il a un super coup de crayon, mais en plus il est super sympa !

Du coup je lui ai promis de revenir le lendemain avec le tome 2...

Commenter cette dédicace

Chasseur d'éclairs (Le)

Quai des bulles - Saint Malo - 28,29 et 30 Octobre 2005

Seconde dédicace dans le même festival pour le second tome de cette série. Cette fois-ci c'est Otto, le photographe, qui s'y colle. Je trouve que ses dessins sont vraiment très bons. De plus, Angélique est heureuse car l'auteur à l'air de s'éclater avec ses pigeons ;)

Et chose promise, chose due, je suis revenue le lendemain avec le tome 2. Plus besoin de traduire "pigeon", il avait plus ou moins saisi l'idée.

J'avoue que j'aime beaucoup la petite mise en scène de cette dédicace. C'est ce qui est bien avec les auteurs peu demandés... ils prennent le temps de s'éclater !

Commenter cette dédicace

Chasseur d'éclairs (Le)

34ème festival d'Angoulême - Du 25 au 28 Janvier 2007

Le héros, Kain, pour le dernier tome ! Voilà qui clôt bien la série :)
Et comme à son habitude, Kenny Ruiz délivre ici un superbe dessin.
En plus, je l'ai vue cette fois ;)

Bon, il a fallu retraduire le mot "pigeon", mais cette fois, on est bien certains de la traduction finale. Et puis il y a eu l'instant de doute et... mais oui, en effet, ce n'est pas la première fois qu'on se rencontre !
Et puis il y a eu la bavure sur le cadre en feutre... et voici un inédit : la seule dédicace de Kenny Ruiz où il y a un peu de vent et que la pluie ne tombe pas drue ! ^^

Bon, pour la dernière, je me suis dit que ce serait pas mal de demander le héros quand même. Et finalement, j'aurais bien redemandé Pluhie en plus âgée...
J'ai beaucoup hésité pour le choix de cette dédicace... Bon Pluhie je l'ai déjà, et Otto je l'ai déjà aussi, alors voyons... Tiens ! il est sympa le black !... argh mais non, je l'ai déjà. Et sa fille, elle est sympa sa fille... re-argh, nooon, je l'ai déjà ! Bon y'a bien le héros, mais ce n'est pas mon perso préféré... Je verrais bien Otto ! (etc. etc. etc.)

Commenter cette dédicace

Chasseur d'éclairs (Le)

Chasseurs de l'aube (Les) René Hausman

Quai des bulles - Saint Malo - 28,29 et 30 Octobre 2005

Au départ, quand Julien et Christelle m'ont proposé d'aller au festival de Saint Malo, j'avais hésité. Mais en voyant que René Hausman y serait, cela m'a motivé. Je m'étais fait plaisir en achetant ce magnifique tirage de tête des Chasseurs de l'aube, dans lequel tous les dessins ont été retravaillés avec un rendu et un travail d'ombrage très réussi. Rencontrer l'auteur était pour moi une sorte de consécration. J'ai adoré son travail et c'était l'occasion de le lui dire.

Pour la dédicace en elle-même, je trouvais que le mammouth convenait parfaitement à l'illustration type de l'ouvrage.

J'ai attendu trois heures pour cette dédicace et je n'ai même pas vu le Père Noël :'(

Commenter cette dédicace

Chasseurs de l'aube (Les)

Château de sable Frederik Peeters

38ème festival d'Angoulême - Du 27 au 30 janvier 2011

Frederik Peeters était peut-être la plus grande star dans la bulle des indépendants (du moins avant la nomination du Fauve d'Or de Manuele Fior pour Cinq mille kilomètres par seconde). Nombreux étaient ceux qui passaient dans la bulle étroite et bondée dans l'espoir de le croiser à son stand, chez Atrabile.
Sauf que voilà, il n'y était pas autant que son compère italien.

Oui mais moi, j'avais laissé trainer mes oreilles ça et là... notamment durant la conférence dans l'espace de la sélection. Nous avions une heure de passage, sans être tout à fait sûrs de sa véracité. Bref, on y était avant, et surtout on y était et il était bien là ^^

Difficile pour autant de parler du sujet de l'album sans rien dévoiler à toutes les oreilles qui gravitaient autour et qui n'avaient pas encore eu l'occasion de lire ce petit bijou qu'est Château de sable.
Du coup, on a écourté, joué sur les non-dits. On est surtout revenus sur la conférence à laquelle nous avions assisté. Frederik Peeters m'a reparlé de cette fin proposée par Pierre Oscar Lévy, qu'il avait plutôt écrite pour lui mais qui gâchait toute l'ambiance si elle était intégrée au récit en guise de conclusion. Évidemment, il ne m'a pas craché le fin mot de l'histoire... mais c'est mieux ainsi, ça nous permet d'y repenser, comme ce soir alors que j'évoque cette rencontre après une petite relecture de l'album.

La dédicace présente l'écrivain de romans de science fiction, j'ai nommé Henry Lascaride. Ce bonhomme, contrairement à d'autres personnages de cette bande dessinée, m'est plutôt sympathique. Et en plus il aiguille le lecteur que nous sommes sur quelques pistes ma foi inintéressantes.
Frederik Peeter m'a dit qu'il s'était inspiré de Jacques Attali pour dessiner sa bouille. C'est vrai qu'il y a un petit air de famille :)

Commenter cette dédicace

Château de sable

Chateau l'Attente Linda Medley

35ème festival d'Angoulême - Du 24 au 27 Janvier 2008

Une dédicace ailleurs que chez "les gros éditeurs", franchement, c'est comme une bouffée d'air !
Sur le planning du stand "Ca et Là", un écriteau affichait : "Linda Medley en dédicace un peu tout le temps". Ca paraît moins oppressant dit comme ça finalement :)

Malgré sa nomination en sélection officielle d'Angoulème, le stand reste très accessible. Néanmoins nous n'étions pas les seuls à souhaiter rencontrer l'auteur de ce conte merveilleux.

La voilà qui arrive, et qui commence à sortir ses affaires : un stylo plume ? O_o Argh ... tant pis, ce sera déjà ça, une signature (et avec mon anglais pitoyable, difficile de discuter bien longtemps). Mais après les premiers mots calligraphiés, elle finit par nous demander ce qui nous ferait plaisir :
" Ciconius ! Avec un pigeon ! " , évidemment :)

Elle dessina ensuite directement au stylo plume dans le livre. Chose inhabituelle, mais nous étions agréablement surpris, d'autant que le résultat rend super bien.

Aux Etats-Unis, Chateau l'Attente continue de paraître sous forme de petites histoires dans les magazines. Elles seront ensuite compilées dans un second relié... mais patience : ce n'est pas pour de suite ^^ !

Ah ben... Que rajouter ? Ah oui, on ne lui a pas demandé "avec un pigeon", mais "with a pigeon", ce n'est pas tout à fait la même chose :P
Cette dédicace ne lui a vraiment pas pris longtemps, elle a pourtant pris le temps de s'appliquer. Et c'est vrai qu'au stylo plume, c'est surprenant...
Le pigeon sur le bec... fallait y penser ^^

Commenter cette dédicace
Voir les commentaires existants (1)


Chateau l'Attente

Chronique des Immortels Thomas Von Kummant

Quai des bulles - Saint Malo - 28,29 et 30 Octobre 2005

Après les nombreux espagnols présents sur le stand PAQUET, voici deux allemands, l'un est scénariste (Benjamin Von Eckartsberg) et l'autre est dessinateur (Thomas Von Kummant). Venant du milieu de l'animation, et on en sens la patte, ils se laissent tenter par celui de la bande dessinée... et moi qui aime bien les ambiances glauques, il faut dire que je suis servi :)

J'ai pas mal hésité dans le choix du personnage à dédicacer entre Andrej, le héros "immortel" de l'histoire, et Malthus, son agresseur masqué.
D'ailleur, où est-il passé, son masque ? :)

Pour info, la dédicace s'étale un peu sur le début de la page de droite, mais mon scanner n'est pas assez grand. Il manque le bout d'une branche et le bas du tronc, en plus de la signature du scénariste.

J'ai dit que j'aimais beaucoup le dessin ?

Décidément, Jérôme doit être fâché avec les masques... C'est à croire que s'il était invité à un bal masqué, il serait le seul à se présenter visage découvert ;)

Bon, une bonne dédicace qui déchire tout et complètement en opposition avec le personnage... Enfin... je trouve

Commenter cette dédicace

Chronique des Immortels

CIA - Le cycle de la peur Jean-Luc Sala

3ème festival BD à Barsac - 1er et 2 Octobre 2011

L'an passé déjà, on avait fait le chemin jusqu'à Barsac pour le festival BD. On avait été sur place pour voir Jean-Luc Sala et on en avait profité pour assister à la rencontre autour du travail de Sandrine Revel.
Cette année, c'était surtout l'occasion d'une première sortie avec notre fille tout juste âgée de 11 jours. On a été voir Jean-Luc Sala et son compère Phil Castaza pour la BD C.I.A., sachant qu'on n'aurait pas vraiment à attendre dans une file ici, et on a pu terminer notre journée par une belle promenade du côté du port de Barsac, sur les rives de la Garonne, profitant de ce beau soleil et de cette chaleur estivale du 1er jour Octobre.

Du coup, Jean-Luc Sala est sorti de son stand pour faire la connaissance de la petite et parler avec nous de nos premières difficultés de parents (il a vécu ça lui aussi), avant de le regagner pour nous faire un joli dessin d'Irene Zampiello (prononcer Aillerine, l'histoire se passe aux États-Unis quand même). C'est fou, pour une fois, le portrait ressemble pas au Tengu de Bakemono ^^ et on reconnaît l'intrépide agent de la C.I.A. au premier coup d'œil !

Quand on évoque un peu l'album avec Jean-Luc, il nous dit que dans le troisième et dernier tome, ils vont tous crever (les protagonistes), pour un peu plus tard se contredire en disant que certains vont s'en sortir... « Mince, j'ai dit ça moi ? ». Nous verrons bien après tout :)
Il en profite pour nous parler un peu du "bouquet final", sans pour autant rentrer dans les détails. Mais je tairais cette information pour préserver le suspense (niark).

Figurez-vous que lorsqu'on lui dit que C.I.A. ferait un excellent blockbuster, il nous dit qu'on est pas loin de la vérité et qu'un pilote de série a déjà été réalisé outre-atlantique, par Michael Robert Johnson (si mes souvenirs sont intacts), l'un des scénaristes de Sherlock Holmes.
Pour complexifier un peu la donne, le nombre de scénaristes engagés par la C.I.A. est passé de 3 à 10, chacun élaborant 10 scénarios. Ce qui promet une meilleure longévité pour une série.
Reste à voir si le projet ira plus loin... en attendant, il paraît que ça donne bien.

Du côté des projets, Jean-Luc Sala a abandonné son idée de faire une bande dessinée sur La Fayette, étant donné qu'un film doit paraître prochainement avec Vincent Cassel en vedette. Il attend de voir ce qu'ils en font avant de se lancer. S'ils n'exploitent pas les idées qu'il avait, alors il avisera.
En revanche, il est sur un Brittish Space Opera : les anglais qui colonisent l'espace (ça promet) ! Et, croyez-le ou non, de la Fantasy... ben oui, avec des elfes et des nains, mais une intrigue du genre "tu crois que c'est ça mais en fait...". Wait ans see !

Commenter cette dédicace

CIA - Le cycle de la peur

CIA - Le cycle de la peur Phil Castaza

3ème festival BD à Barsac - 1er et 2 Octobre 2011

Après avoir longuement discuté avec Jean-Luc Sala, nous avons enchaîné sur Phil Castaza (Jean-Luc nous a fait un dessin mais bon, c'est le scénariste rappelons-le ^^).

« _ Vous voulez quoi comme dédicace ?
_ On avait pensé à un hélicoptère chassant un pigeon. »


Les hélicoptères c'est pas trop son truc à la base hein, et pour savoir qu'il négocie grave avec Jean-Luc sur le nombre d'engins volants, on se doutait bien de sa réaction. Nous taquins ?

« Un pigeon qui chasse Jason Holt plutôt ? »

Voilà qui est mieux ! Et voilà donc Phil Castaza parti pour cette dédicace du dernier scénariste catastrophe encore en vie. Un beau mâle bien précieux qui regrette déjà sa superbe veste.

On discute évidemment d'hélicoptères. Figurez-vous qu'il s'est pris au goût de les dessiner. À force, il a fini par trouver des modèles sympas, au point que Jean-Luc Sala est obligé de le freiner parfois... les rôles s'inversent ^^
« Celui avec les gros yeux sur lequel ils avaient peint une mâchoire énorme sur la carlingue était génial, mais il a pas voulu. »
Pour le dessin des armes à feu, il a pu demander de l'aide à un copain à lui qui travaille à la B.A.C. de Lyon, et qui lui a fait des photos de gars en direct de l'armurerie sous divers angles. Ça a du bon d'avoir des connaissances quand même :)

On est aussi revenu sur l'effet blockbuster du scénario. Phil Castaza trouve pas ça si étrange que ça donne cet effet. Il paraît que Jean-Luc Sala travaille sur le même logiciel et avec les mêmes codes que les auteurs Hollywoodiens.
Phil est par ailleurs très content de ce que donne le pilote de la série en cours de préparation. Il précise que le nom de Jason a été remplacé par Lawrence d'ailleurs, Lawrence Holt.

On est reparti avec la promesse d'essayer d'intégrer un pigeon qui chie sur le héros durant le tome 3 (Phil Castaza était très emballé par l'idée en tout cas).
Jean-Luc, si tu nous lis, avec l'histoire du pigeon amoureux de Cross Fire, ça en fait deux des promesses du genre ^^

Commenter cette dédicace

CIA - Le cycle de la peur

CIA - Le cycle de la peur Phil Castaza & Jean-Luc Sala

2ème festival BD à Barsac - 2 et 3 Octobre 2010

C'est toujours un plaisir que de discuter avec Jean-Luc, c'est donc avec un grand plaisir que nous nous sommes procurés sa nouvelle parution pour la faire dédicacer.
Nous avions déjà pu discuter un peu avec son dessinateur, Phil Castaza, lors du festival des Bulles de Haut de Garonne 2010 et nous savions déjà à quoi nous attendre : un petit moment sympa et drôle. Nous n'avons pas été déçus.

CIA est un album qui est dans les cartons de Jean-Luc Sala depuis le célèbre attentat du 11 septembre 2001. Cela faisait quelques temps qu'il voulait aussi travailler avec Phil Castaza. Voilà donc l'occasion d'allier les deux projets avec cette BD traitant du terrorisme sous une forme originale, puisque ce sont des scénaristes Hollywoodiens qui en sont en quelque sorte à l'origine de la catastrophe.

Comme je le disais dans la chronique de l'album, les deux compères ne sont pas avares de petites piques humoristiques :
« J'ai toujours envie de dessiner les albums dont j'écris le scénario, mais... pas pour celui-là », explique Jean-Luc.
À Phil de répondre, « Des fois il me dit : là ce serait bien d'avoir deux hélicoptères sur cette case... pourquoi deux je lui réponds. On négocie et on arrive quand même à s'entendre. ».

À force de vanner avec eux, l'idée a été émise par les auteurs de nous dessiner un schtroumpf en guise de dédicace. Ouf, on y a échappé !
En revanche, le traditionnel pigeon a été mitraillé par l'officier Alan Blackwell. C'est pas un rigolo lui en tout cas :)
Jean-Luc Sala a rajouté le fameux pigeon à la larme à l'œil (vieux rapport à une dédicace de Pierre-Mony Chan sur un Cross Fire).

Phil Castaza a une mise en image impressionnante. Il sait ce qu'il va faire d'entrée et réalise le dessin avec une incroyable rapidité. On comprend mieux pourquoi, le tome 1 à peine paru, il en est déjà à la moitié du deuxième !

De son côté, Jean-Luc Sala n'avance pas vraiment sur Bakemono. C'est en cours, mais il a déjà repris trois fois le storyboard du tome 3. La faute entre autres à l'éditeur qui a changé de présidence et de ligne éditoriale. Du coup, Le Lombard souhaite raccourcir drastiquement la série initialement prévue pour six titres. Le troisième opus risque d'être le dernier. Jean-Luc Sala a du coup prévu pas mal de coupures pour faire un album plus dense et qui paraîtra probablement sur une pagination plus étendue.

Du côté de ses autres projets en tant que scénariste, il travaille dur pour Soleil avec Spynest (en collaboration avec Alliel, et traitant d'une histoire à Paris pendant l'occupation Nazie) et un autre projet beaucoup plus léger sur l'Antiquité, avec des Grecs qu'il semble tourner en dérision (selon lui, Uderzo et Goscinny ne pouvaient pas tout se permettre dans Astérix, mais lui touchera un public moins jeune, et il en reste beaucoup à faire).
Enfin, j'en sais pas beaucoup plus, attendons voir !

Commenter cette dédicace

CIA - Le cycle de la peur

Cinq mille kilomètres par seconde Manuele Fior

38ème festival d'Angoulême - Du 27 au 30 janvier 2011

Manuele Fior était présent sur le stand Atrabile lors du festival, lorsqu'il n'était pas sollicité pour des rencontres au sujet de son dernier album. Entre lui et Frederik Peeters, il y avait un peu de monde sur ce stand qui se trouvait au milieu des indépendants. Le samedi on a fait choux blanc, mais pour notre plus grand bonheur, nous avons pu croiser l'auteur le dimanche. L'occasion pour nous de discuter un peu autour de la conférence de la veille auquel nous avions assisté à l'espace FNAC (voir annonce du 3 février 2011 sur ce site).

On est entre autre revenu sur sa technique de dessin. Avec ces couleurs directes qui rendent à cet album cet attrait si particulier. Il nous a expliqué que c'était venu comme ça, au fil de l'histoire. Les couleurs et le récit ne faisaient qu'un finalement. Une construction qu'il adopte pour chacun de ses albums, pourtant de rendus très différents.
Effectivement (et nous avions tout pour consulter sur place sur le stand), Icarus était plutôt dans les tons rouges tout du long. Il nous a parlé d'un autre album paru chez un autre éditeur (Mademoiselle Else) qui commençait en couleur et qui se terminait dans des teintes grises, la couleur s'atténuant au fur et à mesure du récit. Parfois encore, comme avec Les gens le dimanche, c'est le noir et blanc qui s'impose.

La dédicace représente la belle Lucia, en plein échange contemplatif avec un pigeon italien !

Commenter cette dédicace

Cinq mille kilomètres par seconde

Cinquième évangile (Le) Thimothée Montaigne

36ème festival d'Angoulême - Du 29 janvier au 01 février 2009

Je suis arrivé en avance de 45 minutes pour cette dédicace, le panneau affichant la place de Thimothée Montaigne n'était même pas encore présent. J'ai pu demander au stand Soleil et à la fille qui mettait en place les pancartes de me renseigner, ce qu'elle a gentiment fait, et j'ai pu me mettre au premier rang pour attendre l'autre, ce qui relève du miracle dans un stand Soleil comble chaque jour.

En attendant, je discute un peu avec l'auteur voisin qui n'avait personne (ça aussi je pensais que c'était impossible sur le stand Soleil pendant le festival d'Angoulême). C'était le scénariste de la bande-dessinée Loudun, qui fait état d'un "fait réel", puisqu'il s'agit d'une histoire de sorcellerie qui s'est passée dans cette petite ville de la Vienne, où il est question d'un pacte avec des démons et d'un procès ordonné par le cardinal de Richelieu envers le prêtre Urbain Grandier.
Ça à l'air très intéressant comme histoire, mais je digresse un peu là ^^

Revenons à nos moutons :
J'étais en grande discussion lorsque je vois un mec cherchant visiblement sa place, casquette visée sur sa tête, écarteur dans chaque lobe d'oreille. Je me propose de l'aider à se situer, puisque nous avions les pancartes côté public, et c'était lui. Un peu en retard, il ne vient pas de lui (Nantes), mais il a subi un petit problème de train. Il me préviens qu'il va mettre un peu de temps pour se chauffer : je suis sa première dédicace du festival.

"Le cinquième évangile ? Un gros coup de bol ! Je sors tout juste de l'école." me confie-t-il.
Je lui demande un dessin de Baudouin IV, le futur roi de Jérusalem atteint de la lèpre. "Pas facile pour commencer !" me dit-il. Il me prévient qu'il y aura certainement quelques coups de gomme, et il se lance.
Et effectivement, il a été un peu long, il a gommé quelques fois, mais le rendu est vraiment bon, je suis pas mécontent du dessin.

Il travaille actuellement sur le tome 2, il y en aura 3 en tout. Jean-Luc Istin semble avoir beaucoup travaillé sur le scénario, quant à Thimothée Montaigne, il m'assure que son trait sera encore meilleur et plus réaliste pour le tome 2. Quand on connait la qualité du premier opus, on ne peut qu'être impatient !

Commenter cette dédicace
Voir les commentaires existants (2)


Cinquième évangile (Le)

37ème festival d'Angoulême - Du 28 au 31 Janvier 2010

Probablement l'une de mes plus longues attentes lors d'un festival : 4 heures, avec la fatigue accumulée depuis la veille, c'était très difficile. J'ai certes connu pire (une file de Varanda durant 8 heures), mais c'était pas mal, quand même.
Pour ne rien arranger, l'auteur avait une heure de retard et comme il n'était pas satisfait de ses premiers dessins, il y passait beaucoup de temps. Pourtant, tout le monde s'accordait bien à dire que ce qu'il faisait était plutôt... carrément bien ^^

Une fois mon tour, il me dit qu'il bosse actuellement sur un autre projet et que du coup, il a du mal à reprendre son trait pour les personnages du cinquième évangile. Ceci explique cela. Il se remettra sur le tome 3 de la série une fois que cet autre projet sera terminé, il faudra donc attendre un peu.

D'ailleurs, il avait un peu peur de la différence de graphisme entre les tomes 2 et 3 du coup, parce que son dessin a un peu évolué. Mais que les fans se rassurent, il dessine toujours très bien.

Je lui ai demandé le personnage du Cerbère enfant. Il m'a avoué qu'il avait du mal avec les gamins en général, et qu'il lui était plus facile de dessiner un vieux avec pleins de rides.

Pour finir, on a parlé un peu de Lacanau. Il a un frère qui habite à Arès et des parents qui ont un appartement près du Casino, tout comme nous, et donc il vient de temps en temps. En revanche, il n'y a jamais fait de dédicaces... il faudrait peut-être lui demander ?

Commenter cette dédicace

Cinquième évangile (Le)

Cités obscures - Souvenirs de l'éternel présent François Schuiten et Benoît Peeters

37ème festival d'Angoulême - Du 28 au 31 Janvier 2010

Le samedi matin, nous avions été au théâtre pour le spectacle de François Schuiten et Benoît Peeters sur l'album Souvenir de l'éternel présent. Nous avions beaucoup apprécié leur représentation, car ce sont deux personnes qui savent conter une histoire, et nous avions déambulé dans cette ville de Taxandria auprès du jeune héros avec curiosité et enthousiasme. Alors quoi de plus normal, quelques heures plus tard, que d'acheter l'album, alors que nous étions justement sur le stand Casterman pour attendre Enki Bilal.

Et quelle ne fut pas notre surprise quand ils se présentés, ce qui était à moitié officiel (annoncés mais avec un gros point d'interrogation), dans la file voisine à la notre.
Ni une ni deux, je dis à Angélique de s'y placer, c'est un gros coup de bol en somme.

Mais bon voilà, nous sommes passés en même temps. Elle pour le duo « qui ne sont pas des architectes » et moi pour Enki Bilal.
Du coup, je n'ai pas eu trop l'occasion de parler avec eux, mais on les a quand même félicités pour leur spectacle. Ils semblent également heureux de la prestation et du fait que ça ait plus aux gens.

Quand à la dédicace, il s'agit d'une ruine, un main géante de statue qui a perdu son corps, et un pigeon posé dessus. Je trouve l'image particulièrement belle : la vie continue :)

Commenter cette dédicace

Cités obscures - Souvenirs de l'éternel présent

Colibri Guillaume Trouillard

7ème édition des Bulles en Hauts de Garonne - Floirac - 29 et 30 Mars 2008

Ayant découvert le travail de Guillaume Trouillard sur les conseils de Bédélire (encore), découverte confortée par l'exposition Colibri à Angoulème 2008, je me suis décidé à prendre l'album.

Guillaume Trouillard est un jeune homme bien sympathique, et responsable de sa maison d'édition (la cerise sur le gâteau). Il n'a donc que peu de temps pour se consacrer à la bande-dessinée.
La dédicace fut l'occasion d'une petite rencontre-débat improvisée entre lui et Christian Barranger, côte à côte sur le stand d'Oscar Hibou pour ce festival.
Barranger adopte un style très strict, droit et ordonné dans ses BD. Il doit dessiner régulièrement pour ne pas perdre la main.
Trouillard lui, prend un temps fou à gérer sa maison d'édition, et du coup, il lui arrive régulièrement de ne pas toucher un crayon pendant quelques mois. Mais ça ne le dérange pas, au contraire, je dirais même que son style du coup évolue dans une autre direction, plus marginale, avec un dessin plus hésitant peut être.

Pour Colibri, il avait une trame de ce qu'il voulait faire, mais pas de scénario strictement défini. S'il s'était fixé toutes les règles dès le départ, il n'y serait pas arrivé, il a besoin de liberté, d'improviser, de s'adapter à sa vie ou il développe tous les métiers de l'édition, tout en voyageant. Du coup, son album ressemble à un fourre-tout critique de la société actuelle. Il peut prendre des pauses de plusieurs mois et reprendre la trame lorsqu'il a un peu de temps sans que la césure ne se remarque.
Il a mis 1 an et demi pour réaliser l'album alors qu'il n'y a que 6 mois de travail effectif. Un travail reflétant le fruit de ses voyages, de ses réflexions, et de ses rêves :)

Ah ... la dédicace : c'est le bolide éléphant, le dernier modèle de l'automobile citadine super sportive qui prends les virage avec sa trompe en s'accrochant aux lampadaires.
Guillaume trouillard avait sorti son matériel, sa plume, ses encres ... évidemment, il n'avait pas pris de quoi nettoyer sa plume (sopalin emprunté à Barranger), et n'avait presque plus d'encre. Comme d'habitude, monsieur improvise :)

Commenter cette dédicace

Colibri

Colocataires (Les) Christopher

35ème festival d'Angoulême - Du 24 au 27 Janvier 2008

Là encore, je n'ai pas assisté à la dédicace. Alors je me contente de parler du dessin : Je suis pas super fan (contrairement à la dédicace sur "Vespérale" du même auteur).

Une remarque anecdotique : J'espère que le Max il va aider ce pauvre Jean-Michel à transporter les cartons, parce que les BD d'Angélique, il y en a plus que ça !

Alors voilà, ça y est, je me suis enfin lancée. Trois ans que je me disais : "J'irai faire Christopher cette année". Je l'ai repoussé deux fois pour cause de surbookage, mais cette fois était la bonne. J'ai donc acheté Les colocataires dans un style très différent des Contes inachevés de David Watts. Je me suis rappelée plus tard que j'avais plutôt envisagé Pyjama Partie, mais rien en m'empêche de l'acheter plus tard.

Près de 10 ans après la dédicace de Vespérales à Artigues, voici donc enfin le grand retour de Christopher dans ma bibliothèque. J'ai donc pris quelques nouvelles de La Comédie Illustrée, la petite maison d'édition où étaient parus Les contes inachevés de David Watts, et j'ai été ravie d'apprendre que, même si elle était en stand by, elle existait toujours. Vespérales étant le tome 7, et le seul en ma possession, savoir que les tomes précédents des Contes inachevés de David Watts sont toujours trouvables m'enchante.

Pour la dédicace en elle-même, le petit jeu de mot était bien trouvé ! ;)Par contre "Volatile", et pas "volatille"

Commenter cette dédicace

Colocataires (Les)

Comédie sentimentale pornographique Jimmy Beaulieu

38ème festival d'Angoulême - Du 27 au 30 janvier 2011

J'avais repéré l'album lors de sa sortie et l'avait placé dans ma liste "à voir". Une opportunité que j'ai finalement saisie lors du festival d'Angoulême peu de temps après. Le dessin était attirant, le contenu n'avait pas l'air d'être obscène, et qui plus est, l'auteur était présent.

Évidemment, lorsqu'on est face au Québecois, on est obligé de lui parler de son parcours, et notamment de sa collaboration avec le duo Loisel/Tripp sur Magasin Général, album pour lequel il est connu en France. Jimmy Beaulieu évoque un travail sympa et tranquille. Ils viennent d'ailleurs de terminer le tome 7 au moment de la rencontre (le 6ème album venant de sortir, je présume qu'il s'agissait des dialogues). Il me raconte avec un brin d'amusement qu'au départ, le duo de dessinateurs ne voulaient pas trop de dialecte Québecois dans l'album. Et puis de fil en aiguilles, album après album, ils en demandaient de plus en plus au point que maintenant, c'est Jimmy qui doit freiner leur enthousiasme.

Le dialecte local, dans Comédie sentimentale pornographique, il y en a aussi bien entendu. Contrairement à Magasin général, il n'y a pas de lexique. Pourquoi un tel choix, ai-je osé demander. Eh bien figurez-vous que c'est un choix éditorial. L'éditeur ayant déclaré en substance que si les gens ne comprenaient pas, c'était leur problème.
Et finalement... c'est peut-être pas plus mal. Reporter chaque phrase à un lexique, est-ce bien essentiel ? Personnellement, je trouve que ça hache la lecture, au détriment de la fluidité. Parce que bon, si parfois on ne comprends pas la signification précise d'un mot, on en comprends le sens.

Dernière question, un peu piégeuse ma foi : Jimmy est-il passé passé par le cinéma avant de faire de la bande dessinée ?
Non, non, il n'en a pas fait ! Mais ça s'est vu chez d'autres (je pense notamment à Arthur de Pins). L'auteur a voulu inverser le stéréotype comme quoi la BD pouvait être un tremplin pour le cinéma.

La dédicace en elle même, vous aurez probablement reconnu Annie et Martin Gariépy sur le banc. Deux personnages secondaires de cette histoire finalement, mais qui ont quand même leur importance (j'ai vraiment eu l'impression que tous les personnages étaient importants dans la construction du récit).

Commenter cette dédicace

Comédie sentimentale pornographique

Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins) Sarah Glidden

39ème festival d'Angoulême - Du 26 au 29 janvier 2012

J'ai eu la chance de rencontrer Sarah Glidden lors du festival d'Angoulême 2012. Malheureusement, je n'avais pas encore lu son livre à l'époque, je n'en avais seulement eu que ses excellents échos. Il n'est déjà pas évident de parler avec un auteur sans rien connaître de son œuvre, et en plus de ça, Sarah Glidden est américaine et mon anglais à couper au couteau est une bonne barrière à la communication en prime.
Entre deux non-dits, elle me demande si j'ai lu Les chroniques de Jérusalem, un livre qui lui donne envie de retourner en Israël. D'ailleurs, Guy Delisle préface le synopsis de Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins) sur le site éditeur :

« Un récit précis et honnête (…) dévoilant une nouvelle facette des états et des émotions engendrés par ce conflit douloureux qui persiste dans les cœurs et par-delà les murs. »


Puisque je n'ai pas su échanger plus avec l'auteure, je vous redirige vers une interview réalisée par ActuaBD à la sortie de l'album. Elle devrait vous en apprendre plus sur sa façon de travailler et sur toutes ces questions qu'on se pose après avoir refermé la bande dessinée.

À noter que Sarah Glidden était en résidence à Angoulême de janvier à août 2012. Elle devait travailler sur un projet de BD reportage sur l'impact de la guerre en Turquie, Iraq et Syrie, suite à un voyage qu'elle a fait fin 2010 avec deux journalistes et un ex-marine.
Et pour visiter son blog, c'est par ici !

Commenter cette dédicace

Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins)

Conceptions Luis Royo

31ème festival d'Angoulême - Du 22 au 25 Janvier 2004

Quoi ? Royo est là ? Luis Royo ? Mon idole ?
Franchement, ce festival 2004, année dans laquelle je n'étais pas encore versé dans la bande dessinée (j'ai suivi un cursus particulier ... manga > art-book > Royo > Bilal > BD), restera pour moi celui d'une rencontre avec une personne importante pour moi.
Ses illustrations m'ont toujours bluffées, et son talent est tout simplement imcomparable. J'ai d'ailleurs tous ses Art-books.
Je me rappelle qu'il prennait tous les bouquins qu'on lui passait, avec juste un bout de papier déchiré indiquant le nom de la personne dedans pour la dédicace. Ca s'empilait pour former des tours, et même s'il allait super vite, il y a passé la journée entière, et il a même certainement dû finir très très tard.

Muchas Gracias Luis ^^

Chuis jaloooouuuuse !!! J'étais pô làààààààààààààààààààà... En plus cette dédicace, l'est trop beeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeelle !!!!!!!!!!!

Commenter cette dédicace
Voir les commentaires existants (1)


Conceptions

Confrérie du crabe (La) Jean-Baptiste Andreae

10ème édition des Bulles en Hauts de Garonne - Cenon - 26 et 27 Mars 2011

En ce mois de Mars 2011, nous avons fait notre traditionnelle escapade aux Bulles de Haut de Garonne, cette année sur Cenon. Et c'est donc dans ce complexe tout beau tout neuf, mais néanmoins pas du tout adapté à un festival BD, que nous avons rencontré Jean-Baptiste Andreae.
Des auteurs jouissant de peu de lumière, des échanges de couloirs, des files exigües et peu pratiques, voilà tout le mal qu'on pense de ce Rocher Palmer.
Nous remercions tout de même les auteurs de s'être plié à ces exigences (et félicitons les téméraires visiteurs pour cet étouffant festival).

Pour le dessin, nous avons opté pour cette mystérieuse fille dont on ne connait pas le nom et dont l'apparition ressemble à s'y méprendre à une expérience à la "Frankenstein". Elle semble en tout cas détenir nombre de clefs de l'histoire à en juger son implication dans le tome 2.

Mais quels sont donc les futurs projets de Jean-Baptiste Andreae ?
Il est probable que sa collaboration avec Mathieu Gallié (Algernon Woodcock) cesse avec La confrérie du Crabe. Scénariste n'est pas le métier premier de Mathieu Gallié : il est médecin et souhaiterait s'y consacrer un peu plus.

Jean-Baptiste Andreae travaille du coup sur une nouvelle série, en trois tomes, avec Wilfried Lupano au scénario (Alim le Tanneur). Un scénariste de qualité associé à un dessinateur de talent, voilà qui devrait être alléchant.
Jean-Baptiste Andreae rajoute qu'il apprécie les triptyques, parce qu'ils permettent de développer une histoire sans que ça s'éternise. On est bien d'accords (personnellement, je suis pas très "séries qui s'éternisent").

Alors que nous étions sur le point de remercier l'auteur, un petit garçon s'est présenté devant le stand en compagnie de sa maman :
« Il a quelque chose à vous dire. »
Tout innocent il a bredouillé un charabia tout bas en ponctuant d'un « J'aime beaucoup vos dessins ! »
Il a bien raison le bambin :)

Commenter cette dédicace

Confrérie du crabe (La)

36ème festival d'Angoulême - Du 29 janvier au 01 février 2009

La dédicace de cet album date de bien longtemps. À l'époque, je me souviens qu'il n'était pas évident de croiser l'auteur dans un festival. Lors de cette rencontre j'ai appris qu'il avait déménagé en Gironde. Nous l'avions par ailleurs croisé lors d'un festival au Teich deux mois auparavant alors que nous ne faisions qu'une visite de courtoisie à notre ami Jean-Luc Sala.

Jean-Baptiste Andreae est quelqu'un de discret et de minutieux. Cela se ressent jusque dans la dédicace, dans chaque trait, dans la construction soigneuse et appliquée de son dessin. Et même jusque dans sa signature... bon, personnellement je suis fasciné par le côté graphique de sa signature. Ça peut paraître idiot mais c'est comme ça.

Je vous présente ici le comte, un mystérieux personnage dont on ne sait pas grand chose, du moins au début de l'histoire. Les tomes suivants de la confrérie du crabe sauront peut-être nous en apprendre plus sur ce vampire et son monde fantastique.
Je pense que le pigeon, cette magnifique créature ailée du bestiaire courant du monde d'aujourd'hui, se pose la même question... à moins qu'il ne se demande s'il ne va pas servir de repas à cet homme assoiffé de sang.
Certains me diront sûrement qu'un pigeon, ça ne pense pas... ils n'auraient pas forcément tord n'est-ce pas ?

Commenter cette dédicace

Confrérie du crabe (La)

Conjuration d'Opale Grun

24ème festival BD Boum de Blois - du 16 au 18 Novembre 2007

Mon arrivée au festival de Blois m'avait laissé une bonne première impression : "Tiens, l'entrée est gratuite ici, Angoulème pourrait prendre exemple."
Mais le stand "Legend BD", librairie d'Orléan, m'en a laissée une bien moins bonne : il fallait acheter une bande-dessinée pour avoir une dédicace.
C'est dommage qu'un libraire (tous ne faisaient pas ça sur le festival heureusement) décide de faire travailler les auteurs pour enrichir leur caisse, au détriment des gens comme moi, qui achètent toutes leurs BD's à leurs sorties, ou presque.

Heureusement, je n'avais pas le tome 3 de "La conjuration d'opale", et j'ai pu faire dédicacer mon tome 1.
Grun est un dessinateur très appliqué et sérieux. Il était là malgré la fatigue pesante, et traçait de son crayon à papier les lignes d'un dessin riche en détails, et travaillait avec soin le regard de chaque personnage pour qu'il coïncide parfaitement. Privilégiant "la qualité à la quantité", Grun mettait le temps nécessaire pour réaliser ses dessins, mais les résultats valent l'attente, ceux qui ont eu la chance d'avoir une dédicace de lui pourront certainement le confirmer, comme le témoigne ce dessin de "Michel de Nostre-Dame", plus communément appelé "Nostradamus".

J'ai pu le féliciter pour son travail exemplaire sur les reproductions des villes de l'époque, que je trouve superbement retranscrites. Il m'a parlé de la documentation importante qu'il a fallu étudier pour base de son travail, et du gros boulot qu'il a fallu réaliser après pour adapter et compléter les dessins. Certaines villes ont dû être inventées entièrement, car il n'en restait aucune image de l'époque. Il m'a avoué qu'il y avait eu quelques erreur, mais ce serait vraiment pinailler que de critiquer son superbe rendu.

Grun travaille actuellement sur le tome 4, le dernier volume d'une série qui marche très bien. Mais là encore, confirmation du vieil adage directement de sa bouche : " Je préfère la qualité à la quantité !" Grun n'aime pas les longues séries qui s'éssouflent, et préfère clore sa série sur le prochain tome, pour commencer autre chose. Il faut selon lui tourner la page, et il compte changer littéralement d'univers pour sa prochaine BD, et souhaite faire de la science-fiction.

Bonne chance à lui ^^

Commenter cette dédicace

Conjuration d'Opale

7ème édition des Bulles en Hauts de Garonne - Floirac - 29 et 30 Mars 2008

Grun dessine toujours aussi bien, et prends toujours autant de temps pour obtenir un rendu impeccable. S'il n'est pas satisfait, il n'hésite pas à gommer, et à reprendre. C'est certainement pour cette raison qu'il travaille au crayon par ailleurs.

N'empêche que le dessin d'Erik, il est excellent, avec sa grosse hache. Le gros bourrin de la Conjuration d'opale est le personnage que je préfère. Certes il est pas très subtil, mais il aime les défis, et il ne tergiverse pas pour prendre une décision (et puis quand il est bourré, que ce soit dans le tome 1 ou dans le 3, il est exceptionnel :).

Pour en revenir sur Grun, il lui reste 18 planches à faire sur cette série pour la clore. Et à l'entendre, il lui tarde d'en finir et de passer à autre chose.
La plupart des gens disent « il ne me reste plus que » quand ils aiment ce qu'ils font, d'autres disent « il me reste encore » ... et là, c'est bien la preuve qu'il en a marre.
En même temps, à le voir travailler, aussi pointilleux du détail, on comprends que 7 ans passés sur la même série ce soit éprouvant, avec toutes les recherches qu'impliquent une série basée sur l'Histoire.

Commenter cette dédicace

Conjuration d'Opale

7ème édition des Bulles en Hauts de Garonne - Floirac - 29 et 30 Mars 2008

La fille noire de peau très atypique de cette série. Bizarrement, malgré l'improbabilité de la voir évoluer dans cet univers, les critiques n'ont pas été très virulentes. De toute façon, même si la BD a un caractère historique, elle n'en reste pas moins une fiction, mêlant la beauté des gravures anciennes à l'ésotérisme, en passant par cette petite touche d'exotisme incongru : Walaya.

Au fait, la dernière fois, Grun m'avait parlé d'un projet de science-fiction qui le ferait un peu changer d'univers (les vacances). Figurez-vous qu'il a déjà commencé à y réfléchir plus que sérieusement, et à en parler aux éditeurs. Il faut être patient avec eux, alors il prends les devants... avis aux amateurs :)

Commenter cette dédicace

Conjuration d'Opale

Contes inachevés de david watts (Les) Christopher

9ème salon BD en Bordelais - Artigues - 25 et 26 mars 2000

Cette dédicace du tome 7, illustre parfaitement le contenu de l'ouvrage. On y retrouve David Watts, le protagoniste principal, mais aussi le "dénuageur", et les feux de circulation ... je la trouve très réussie.

Ce que j'ai du galérer pour avoir Nefertiti... qui n'avait effectivement rien à faire là. A noter, l'absence frappante de pigeon ! Un manque invraisemblable...

Commenter cette dédicace

Contes inachevés de david watts (Les)

Corsaires d'Alcibiade (Les) Éric Liberge

8ème édition des Bulles en Hauts de Garonne - Lormont - 28 et 29 Mars 2009

Difficile pour moi de me remémorer le contenu de la rencontre après tout ce temps.
Ça m'apprendra à trainer dans la mise en ligne des dédicaces après les festivals.

En tout cas, voilà un dessin costumé, puisqu'il illustre le carnaval de Venise dans lequel les protagonistes se glissent l'espace d'une courte (et périlleuse) mission. Ce n'est pas l'un des personnages en particulier (ils ne se déguisent pas ainsi dans l'album), difficile de discerner qui se cache sous le masque ^^

J'ai toujours porté une affection particulière pour cet événement. Nous avons même pu aller à Venise dernièrement et je suis très heureux d'avoir découvert cette ville si atypique et les îles voisines (tout aussi atypiques).

Commenter cette dédicace

Corsaires d'Alcibiade (Les)

Corsaires d'Alcibiade (Les) Éric Liberge et Denis-Pierre Filippi

6ème édition des Bulles en Hauts de Garonne - Cenon - 24 et 26 Mars 2007

J'avais hâte, comme à chaque fois, de rencontrer à nouveau Éric Liberge. C'est toujours avec un grand plaisir que je le retrouve.

Pour cette année, plus de pinceaux, retour à l'usage du crayonné standard:
"Je me suis rendu compte que c'était contraignant quand je prennais l'avion, à chaque fois on me faisait tout sortir de mon sac pour en examiner le contenu... alors je m'embête plus avec tout ça, et je prends les crayons".

Le dessin quant-à lui, reste d'une qualité irréprochable ;) (mais c'est vrai que j'aimais bien le rendu que donnaient les couleurs scintillantes que j'ai pu avoir notamment sur "Tonnerre Rampant", qui donnait au dessin une ambiance toute particulière, qui collait parfaitement avec la bande-dessinée).

Concernant l'exercice en lui même, voilà un portrait d'Helena, même si elle n'apparaît qu'en toute fin du tome 1, on s'attend à ce qu'elle prenne plus de place et d'envergure par la suite. J'aime beaucoup cette petite cicatrice sur sa joue (et il l'avait oubliée à la base sur le dessin, mais j'y suis retourné, oubli réparé ;).

J'ai profité de ce moment pour lui demander de m'envoyer un cd de musique d'ambiance qu'il utilisait lorsqu'il dessinait "mardis-gras". Pour faire du jeu de rôle ce sera parfait ;)
Ça m'a permis au passage de savoir que sa copine (femme?) en a fait un peu et qu'elle côtoyait la "Taverne de Graal" à Bordeaux à ses débuts, que de souvenirs pour moi aussi, qui y ai passé pas mal de temps à picoler :)

Accessoirement, il y en a peut-être qui sont intéressés par le commentaire de Filippi ?
"Pour Jérôme, un peu plus de cette magie qui porte haut et loin afin que se poursuive l'aventure. Bonne lecture et bon voyage. Bien amicalement. Denis-Pierre Cenon 2007"
Sinon, le dessin de Liberge est vachement classe, et de mon côté, je ne regrette pas la disparition de la peinture sur cette dédicace-là, ça ajoute une certaine sobriété en accord avec cette BD beaucoup moins torturée (forcément, Liberge ne scénarise pas) que Mardi-Gras Descendre ou Tonnerre Rampant

Commenter cette dédicace

Corsaires d'Alcibiade (Les)

6ème édition des Bulles en Hauts de Garonne - Cenon - 24 et 26 Mars 2007

Eh bien, comme Éric Liberge m'avait dit à la fin du premier dessin qu'il ne serait pas là le lendemain, j'ai refait la queue pour une seconde dédicace.
C'était assez rapide finalement, d'autant que les gens qui attendaient avec moi étaient sympa.

Cette fois-ci, afin d'alterner par rapport au femmes présentes dans la bande-dessinée, c'est Peter que j'ai demandé.
J'ai toujours aimé les roublards, les voleurs. Et son look est également sympathique.

Lors de la première dédicace, Denis-Pierre Filippi était occupé, mais je me suis rattrapé sur la seconde en lui faisant signer les deux albums.
En revanche, je suis désolé du peu de discussion que j'ai eu avec lui, puisque je parlais encore et toujours avec Éric Liberge ;)

Le message de Filipi peut être lu à droite sur la seconde page et dit:
"Pour Jérôme, une invitation à suivre Peter, à la rencontre de la fameuse Alcibiade. Bien amicalement. Denis-Pierre Cenon 2007"

Commenter cette dédicace

Corsaires d'Alcibiade (Les)

Couleur de peau : miel Jung Sik Jun

35ème festival d'Angoulême - Du 24 au 27 Janvier 2008

Mettre les pieds au stand Soleil pour rencontrer Jung... voilà une chose à laquelle je ne m'attendais pas, habitué que je suis à le voir chez Delcourt ou dans des festivals régionaux, de préférence dans le calme et loin des stromboscopes.
Bon, ça va, il y avait un peu de monde, mais heureusement, la musique n'était pas encore assourdissante, alors on pouvait discuter, à défaut de respirer ;)

Passé la lecture (à deux) du livre durant l'attente, on s'est mis d'accord avec Angélique pour un dessin de lui (Jung) petit, faisant un concours du "pipi le plus long" avec son pote, visant un pigeon. Finalement, il est tout seul, mais il réussit son coup, il vise bien, et il a l'air fier de lui, son petit sourire en coin :)

Décidément, on lui fait toujours dessiner des choses bizarre à ce pauvre Jung :)

On a un peu discuté de son arrivée chez Soleil dans la collection Quadrant, lui qui aurait très bien pu se retrouver chez Futuropolis en suivant Corinne Bertrand, son éditrice pour l'album de "Couleur de peau miel".
Au passage, on a pu apprendre qu'il travaillait également sur un projet un peu plus dans l'esprit de Kwaidan, toujours avec Jee-Yun (sa compagne), et chez Delcourt, normalement.

J'avais repéré le petit dernier de Jung qui semblait clairement être dans un style très différent de ses précédents albums. En plus "Quadrants"... Ce doit être une petite maison d'édition ça ! C'est bien d'encourager les petites maisons d'éditions et de privilégier des œuvres différentes.

Quelle déception ! Quadrant est en fait une "petite maison d'édition" appartenant au géant de la BD commerciale Soleil O_o Il a donc fallu subir les affres du stand Soleil pour pouvoir aller jusqu'à Jung. La frayeur : Boudjellal qui vient lui demander s'ils peuvent parler du tome 2 O_o Fichtre... pour combien d'heures ??? Finalement non, ouf. Jung l'a gentiment et poliment remballé ("je reste toute la journée"). Boudjellal est quand même resté travailler à son portable juste derrière au cas où il s'échapperait...

Jérôme a déjà expliqué les conditions d'arrivée de Jung dans cet... univers O_o Je ne vais donc pas revenir dessus...

En revanche, Jérôme a oublié de parler du phénomène "psy". Beaucoup de gens, en particulier des auteurs, ont demandé à Jung s'il avait écrit ce livre pour extérioriser le traumatisme de l'abandon et de l'adoption. Il paraitrait que ça déçoit presque les gens quand il répond que non et que s'il transcrit cette expérience, c'est justement parce qu'il avait déjà réglé ce problème-là.

Commenter cette dédicace

Couleur de peau : miel

4ème Estivales de la BD de Vendays-Montalivet - 19 Juillet 2008

Une nouvelle dédicace de Jung, obtenue sur le tome 2 de Couleur de peau : miel lors des estivales de Vendays, peu de temps après celle de Kyoteru.

On trouvait l'image amusante du "Jung déraciné". Heureusement qu'il en sourit le petit bonhomme, il vaut mieux le prendre comme ça. Bien entendu, le pigeon est là lui aussi !

Commenter cette dédicace
Voir les commentaires existants (2)


Couleur de peau : miel

Courtney Crumrin Ted Naifeh

40ème festival d'Angoulême - Du 31 janvier au 3 février 2013

Ted Naifeh venait tout juste de terminer son dernier tome de Courtney Crumrin qu'il partait en France pour rencontrer son public outre-Atlantique. Il est ainsi passé dans quelques villes et c'est à Angoulême que nous l'avons croisé le temps du festival, dans un look rétro-gotique qui collait bien à l'ambiance de son comic book (je m'en remet à l'excellente photo prise par l'ami David sur iddBD).

Pour ceux qui se posent des questions sur sa façon de travailler, nous lui avons posé la question :
Il commence par faire son storyboard au crayon puis, une fois que tout est prêt, il passe à l'ancrage sur planche lumineuse, ce qui lui permet d'obtenir un rendu propre directement et d'affiner le jeu d'ombres.
Les originaux étaient par ailleurs exposés à côté de lui et étaient à la vente (entre 4 et 80 € pour les crayonnés, 100 à 300 € pour les ancrés). On n'a rien pris mais on a pu apprécier au plus près de sa belle maîtrise du clair/obscur.

On le rappelle, Courtney Crumrin est une série fantastique en 6 tomes, disponibles en noir et blanc (pour les puristes) et en couleur (idéal pour les plus jeunes). Ted Naifeh n'a pas de préférence entre les deux versions. Il a choisi la personne qui correspondait le mieux pour dépeindre l'ambiance générale du comic book et il trouve qu'il a fait mieux que de le mettre en couleur : il est parvenu à créer une atmosphère !
Un bien joli compliment.


Quant au personnage dessiné à la plume dans notre bande dessinée, il s'agit du grand-oncle Aloysius, du grand grand grand oncle même... autant vous dire s'il est vieux ! Faut croire que la magie conserve !

Commenter cette dédicace
Voir les commentaires existants (2)


Courtney Crumrin

Cross Fire Jean-Luc Sala

4ème Estivales de la BD de Vendays-Montalivet - 19 Juillet 2008

Je me souviens vraiment pas grand chose de la rencontre tellement ça fait longtemps... mais en reparlant de la dédicace avec Angélique, c'est vrai que je me rappelle qu'on avait fait le déplacement exprès à Vendays... et qu'on avait oublié le Bakemono. Il faut dire qu'on voit Jean-Luc Sala tellement souvent qu'on en oublie à chaque fois ses albums pour les faire dédicacer. C'est quand même un monde ça ^^

Bref, voilà la revanche du pigeon amoureux, par Jean-Luc, en l'absence de Pierre-Mony Chan. Après s'être attaqué à Marchesi, c'est Angelo qui en fait les frais !
Sacré pigeon !

Notez que le Angelo, il a sacrément pris les traits du Tengu de Bakemono. C'est fou cette ressemblance non ? :)

Ce jour-là, Jean-Luc Sala m'a expliqué qu'ils avaient passé un accord avec Pierre-Mony Chan : Sala avait le droit de faire des dessins pour Cross Fire, mais il devait le faire sur la dernière page. Ce jour-là, Jean-Luc Sala a aussi décrété que s'il voulait sa première page, le Pierre-Mony, il n'avait qu'à être là, et là-dessus il a dessiné au début de l'album...

C'était LA grande première pour Sala. Lui qui entend depuis si longtemps parler de pigeons, il n'en avait pas encore fait lui-même. Voilà qui est réparé.

Commenter cette dédicace

Cross Fire

Cross Fire Pierre-Mony Chan

37ème festival d'Angoulême - Du 28 au 31 Janvier 2010

Alors, on a bien croisé Jean-Luc Sala à Angoulême, mais pas pendant que Pierre-Mony Chan dédicaçait l'album. Du coup, on a seulement la patte de Pierre-Mony cette fois. Évidemment, le comique de répétition est de rigueur... je me demande si le pigeon amoureux fera un jour son apparition dans les services secrets de sa Majesté Salaesque ^^
Toujours est-il que cette fois, il s'en prends à Sofia !

Concernant Jean-Luc Sala, il nous a appris la bonne nouvelle au détour du stand Soleil. Il avait le droit d'en parler depuis le jour même, et on a donc été parmi les premiers au courant : Hollywood a posé une option sur Cross Fire ! Bon, c'est pas encore fait, mais les perspectives de voir nos héros au cinéma se précisent, alors souhaitons leur bonne chance (et espérons que le pigeon soit de la partie ;)

Pierre-Mony Chan habite à Bordeaux. Grand bien lui fasse : on ne le voit JA-MAIS. Le résultat étant que je ne l'avais pas revu depuis ma dédicace du tome 1. Ce qui ne lui a pas empêché de s'en rappeler quand j'ai *enfin* pu le revoir... à Angoulême. Il m'a même dit en avoir parlé avec ses copains quelques jours plus tôt... le début de la gloire pour les pigeons ?

Bref, cet intermède à Angoulême me laisse l'espoir de le voir à nouveau du côté de Bordeaux, car le stand Soleil à Angoulême, ça manque d'intimité pour échanger vraiment (j'ai même pas réussi à saluer Sala qui était juste à côté... c'est dire...)

Je remarque au passage que les Cross Fire sont désormais abonnés aux pigeons amoureux... celui-ci reste plus conventionnel que celui avec Marchesi... qui ne tomberait pas amoureux de Sofia ?

Commenter cette dédicace

Cross Fire

Cross Fire Pierre-Mony Chan & Jean-Luc Sala

6ème édition des Bulles en Hauts de Garonne - Cenon - 24 et 26 Mars 2007

Dédicace d'Angélique vous l'aurez deviné... non ? Regardez-moi ce beau pigeon ! Bien que Pierre-Mony Chan ne su pas trop comment le dessiner, il a réussi un joli piaf, avec une petite note d'humour pour ce qui est de sa relation amoureuse avec le Monsignor Marchesi.

Sinon, Sala et Chan passaient leur temps à parler et à se commenter leurs dédicaces, tout en discutant avec les gens dans les files.
Merci à Chan qui a pris le temps de venir au festival malgré son déménagement en cours (...tiens, ça me rappelle quelque chose ;)

Bon ben ça y est, je l'ai fait, j'ai acheté Cross Fire. Chan est arrivé avec un peu de retard, ça tombe bien, on était un peu pressé, mais bon, j'étais troisième dans la file d'attente. J'aurais bien aimé avoir les frères Luna, mais bon, vu notre limite de temps, ma position dans la file d'attente, leur départ 1/2h après leur arrivée et leur retour prévu 3 heures plus tard, j'ai abandonné. Dommage, je ne les reverrai pas de sitôt :'(

Pour Chan, c'était plutôt fun. Comme tous, il a fait les gros yeux quand je lui ai demandé un pigeon, alors du coup il lui a fait un oeil énorme ^^

Voir évoluer le dessin, ça valait vraiment le coup : les gouttes de sueur, la larmes, les petits détails comme ça qui changent tout... Au début je me suis dit qu'il allait simplement faire un pigeon sur le doigt de Marchesi, mais non... J'adooooore le pigeon amoureux !!! Visiblement, c'est aussi le cas de Pierre-Mony Chan qui a sorti à son scénariste de voisin de gauche : "il est génial celui-là, faut l'intégrer dans le tome 3 !"

Commenter cette dédicace

Cross Fire