Accueil
Nos Bande Dessinées
Nos Mangas
Nos albums
Nos artbooks
Nos dédicaces
Nos dessins à nous :)
Nos sites préférés
Laissez-nous un message !
Nous contacter
Aidons nos librairies indépendantes

Publications BD
Publications Manga
  Administration
Titre : Auteur : Edition :

Séries par ordre alphabétique :
1 -  3 -  A -  B -  C -  D -  E -  F -  G -  H -  I -  J -  K -  L -  M -  N -  O -  P -  Q -  R -  S -  T -  U -  V -  W -  Y -  Z - 

En rouge les commentaires de Lunch et en bleu ceux de Badelel.
Blackface Banjo Frantz Duchazeau (s)(d) Sarbacane

Chronique du 27/12/13

Une histoire de coon...

Blackface Banjo n'est ni plus ni moins que l'histoire d'un noir américain, probablement venu d'Afrique comme tous les noirs américains : « Il nous vient tout droit de son Afrique natale où il fut grand sorcier reconnu dans tout le pays !! »

Ce noir à la démarche claudicante ne manque pas d'allure, marchant tant bien que mal sur une jambe de bois en s'aidant de sa canne. Son pantalon écossais, sa veste en queue de pie et son haut de forme visé sur la tête complètent son excentrique tenue qui ne tarde pas d'attirer l'attention... des hommes de loi évidemment, des passants hautains assurément, des bonimenteurs curieux en supplément.

Et puisque le ridicule ne tue pas (au pire il ridiculise), Blackface – c'est le nom de scène qu'on lui assigne – se donne en spectacle pour gagner les quelques dollars qui le sortiront un temps de la mendicité.

La démarche extravagante et les extraordinaires pirouettes de Blackface le font remarquer par un irlandais qui ne tarde pas à l'engager dans sa troupe. L'apothicaire se sert de ses spectacles de rues, appelés Minstrel shows, pour vendre ses produits miraculeux à base d'eau et d'un dé de pisse d'opossum (pour le goût), prétendant que les artistes montant sur scène tirent de cet élixir leurs incroyables dons...

« T'sais, chuis d'origine irlandaise, je sais c'que c'est tout ce merdier !
_ Non, tu ne sais pas. Moi, chuis foncé. Toi, t'es blanc.
»


Minstrel shows

L'œuvre de Frantz Duchazeau (Les jumeaux de Conoco station, Le rêve de Meteor Slim, Lomax) ne cesse d'explorer les contours d'une époque à la fois triste et pleine de talents.
L'auteur remonte cette fois dans le temps jusqu'au 19ème siècle, durant ces années où fleurissaient aux États-Unis les Minstrel shows, spectacles destinés aux blancs, typiques du racisme anti-noirs, et qui mêlait théâtre, danse, musique et intermèdes comique... dans le but affirmé de se moquer. Pour se faire, les acteurs (blancs) se grimaient et incarnaient les stéréotypes noirs qu'ils vomissaient. Cette parodie avait un nom : le « Blackface ».
À cette époque, le terme coon désignait une personne noire.

Il est amusant de constater comment Frantz Duchazeau parvient à ironiser les situations, renversant avec beaucoup de justesse les idioties des hommes. Le personnage de Blackface incarne à lui seul tous les échelons d'une farce qui le dépasse : acteur Blackface et coon, profiteur et rebelle, il s'extirpe de la misère pécuniaire pour sombrer dans la misère de l'âme... Quelle vie ?!


Poésie artistique

Non content de nous avoir emballé avec ses précédents albums, Frantz Duchazeau relance la musique avec Blackface Banjo.
Moins sonore, le titre ne nous fait pas vibrer de la même façon. Il n'en demeure pas moins prenant, la faute à cette poésie ambiante qui se dégage des cases, à cette façon originale de faire parler les personnages par le dessin.
C'est ainsi que l'histoire parvient à se passer des mots sur de multiples séquences où l'exercice visuel prévaut : paroles et pensées s'expriment par des bulles dessinées qui enrichissent la narration sans l'alourdir et qui assoient l'expressivité graphique.


Entre bêtise et aventure humaine, Blackface Banjo nous narre la vie d'un noir qui se sort de la rue grâce à son entrain et sa débrouillardise.
Un album un peu moins emballant que Le rêve de Meteor Slim, qui reste pour moi la grande œuvre de Duchazeau, mais qui est une belle sortie de cette année 2013.



D'autres avis : Zaelle, David Fournol, FabSilver

La présentation de l'album sur le site de l'éditeur.




Commenter cette BD



Année d'édition
2013