Accueil
Nos Bande Dessinées
Nos Mangas
Nos albums
Nos artbooks
Nos dédicaces
Nos dessins à nous :)
Nos sites préférés
Laissez-nous un message !
Nous contacter
Aidons nos librairies indépendantes

Publications BD
Publications Manga
  Administration
Archives 2011 :

30 Décembre 2011 :
C'est la mode en cette période de fin d'année de ressortir de nos chroniques ce qu'on a le plus apprécié de nos lectures.
Ici nous avons choisi de ne retenir qu'un top 10, non pas des sorties 2011 mais des titres qu'on a lus en 2011. Du coup, même s'il y a dans notre petite sélection une majorité de nouveautés, il y a aussi quelques monstres de la bande dessinée que nous découvrions.

Top 10 Lunch :
Mon top 3 ne souffre pour moi d'aucune contestation, ce sont des lectures fantastiques, bouleversantes et complètes. Les 7 suivants sont de gros coups de cœur.
Vous me direz sûrement : « Mais où est Abélard ? » Il n'est pas loin derrière, avec d'autres titres en bonne place dans le classement de l'année, mais on a décidé de s'arrêter à 10 ^^
Quant aux titres que nous n'avons pas encore lus, ils figureront peut-être dans un top 2012 ;)

1. Habibi
2. Maus
3. Elmer
4. Le trop grand vide d'Alphonse Tabouret
5. Omni-visibilis
6. Atar Gull
7. Château de sable
8. From Hell
9. Asterios Polyp
10. Les aventures de Michel Swing (coureur automobile)

Top 10 Badelel :
Mon Top 10 à moi se concentre sur mes découvertes de l'année, parce que faire ressortir des chroniques faites cette année sur des BD découvertes il y a perpet me semble sans intérêt : si vous suivez bien, je chronique peu mes lectures, sauf quand Lunch ou K.BD me pousse aux fesses, ou que j'ai tellement adoré que je me suis précipitée sur mon clavier. Du coup, je fais régulièrement des chros pour des BD que je lis pour la 3ème fois.
Je ne donne pas d'ordre, ce sont juste des coups de cœur. D'accord je leur ai donné des notes plus ou moins élevées pour le Top BD Bloggueurs, mais j'ai écarté dans ce classement-ci certaines BD qui étaient mieux notées mais qui m'avaient moins touchée personnellement. Celles qui apparaissent ci-dessous sortent surtout du lot non pas parce qu'elles sont absolument excellentes (même si c'est le cas hein) mais parce qu'elles ont vraiment touché la corde sensible de mon petit cœur de lectrice. Par contre, Lunch a refusé de faire apparaître Le Trop Grand Vide d'Alphonse Tabouret dans mon Top 10 sous prétexte que je ne l'ai pas chroniqué, non mais n'importe quoi hein ! Cette BD déchire, voilà, c'est tout, et comme ça c'est dit !

- Abélard
- Elmer
- Rébétiko (La mauvaise herbe)
- Mes voisins les Yamada
- NonNonBâ
- Garance
- Sakuran
- From Hell
- Shä et Salomé
- Dossier A.

26 Décembre 2011 :
Joyeux Noël à toutes et à tous !

26 Décembre 2011 :

Par Champi sur k.bd :
Après un petit tour au septentrion, avec les quatre garçons dans le vent - du Nord - en Orient, avec la nostalgique Marjane, et en Occident, sous une pluie de Meteor, il est temps de conclure notre mois musical par une ultime et centrale escale : la Méditerranée. Carrefour millénaire des civilisations, elle est un riche et imprévisible creuset musical, à l'instar de ses eaux poissonneuses et capricieuses.

C'est la Grèce, plus précisément, qui sera notre dernière étape. A mi-chemin entre l'Orient et l'Occident, la patrie de la démocratie foule au pied ses philosophiques héritages en cette terrible année 1936, portée par la sombre Histoire qui ronge l'Europe pays par pays, rêve par rêve. Venus d'ailleurs - de Turquie, des Cyclades - les Rébètes, musiciens libertaires et contestataires, se cachent pour échapper au bruit des bottes et aux coups de matraques.
Mais la traque est rude, et l'Etat policier mis en place par le dictateur Métaxas leur laisse peu de répit, brisant les instruments et enfermant les corps.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Rébétiko dans son intégralité !

18 Décembre 2011 :

Par Lunch sur k.bd :
Hop hop hop, du calme mon pote ! Qu'est-ce que tu me raconte là ? Il t'a pas plu le spectacle de la semaine dernière ? T'as avalé un noyau de travers ? Le musicien n'a pas joué ?
Entre donc mon ami, entre donc. Et détends-toi !
Ce soir je te promets le meilleur du meilleur, un bon p'tit blues peinard, confortablement installé dans un bon divan tout moelleux. Il est pas beau mon p'tit cabaret ? T'as vu comme elles sont belles les frangines ce soir ? Prends-toi donc un p'tit whisky et oublie tous tes soucis. Laisse toi guider par le son.
Écoute-moi ça, il va entrer sur scène. Alors ouvre grand tes oreilles mon p'tit gars parce que ce soir, c'est Meteor Slim !

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique du Rêve de Meteor Slim dans son intégralité !

11 Décembre 2011 :

Par Yvan sur k.bd :
Et voilà, c'est officiel, ils sont devenus fous sur K.BD ! Ils nous annoncent un mois musical et ils nous servent du poulet aux prunes importé d'Iran ??? Ceux qui étaient encore dans l'ambiance du weekend dernier et qui comptaient se déhancher et placer quelques pas de danse peuvent donc directement aller se plaindre au service clientèle du site, car aucune note de musique ne sortira de cet album. Ceux qui comptaient combler ce manque en dégustant le plat du jour peuvent également se rendre à la même adresse car cette BD ne parle pas de cuisine, mais raconte l'histoire d'un musicien qui a perdu toute envie de jouer. Voilà qui est bien curieux... et il n'en fallait d'ailleurs pas plus pour titiller la curiosité des reporters de K.BD ! Ils n'ont pas tous accepté la mission, mais les plus courageux n'avaient dès lors qu'une idée en tête : découvrir pourquoi cet homme tourne le dos au thème mensuel de K.BD ?

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Poulet aux prunes dans son intégralité !

7 Décembre 2011 :
Enfin, la sélection officielle 2012 pour le festival d'Angoulême est dévoilée ! Et c'est bon, mangez-en !
On vous épargnera la liste des 58 albums en lice. Allez, juste quelques uns pour vous allécher (parmi les favoris ?) :
- Chroniques de Jérusalem (Delisle)
- Les ignorants (Davodeau)
- Servitude T3 (Bourgier / David)
- L'armure du Jakolass (Valérian vu par Larcenet)
- L'île aux cent mille morts (Vehlmann / Jason)
- Pour en finir avec le cinéma (Bluch)
- Samourai Bambou T7 (Matsumoto)
- Beauté (Hubert / Kerascoët)
- L'art de voler (Altariba)
- Polina (Vivès)
- Habibi (Thompson)
- 3'' (Mathieu)
- Mezek (Juillard / Yann)
- Aâma (Peeters)
- Doomboy (Sandoval)
- Atar Gull (Nury / Brüno)
- Julia et Roem (Bilal)
- Portugal (Pedrosa)
- Reportages (Sacco)

Et ce n'est pas tout puisque comme chaque année il y a aussi une sélection patrimoine (avec Le voyage de Ryu d'Ishinomori, Sous notre atmosphère de Tezuka et Snoopy et les Peanuts de Schulz) et une sélection jeunesse (avec Chi de Kanata, Zombillénium de De Pins, Paul au parc de Rabagliati, Les souvenirs de Mamette T2 de Nob).
Et pour compléter la donne, il y a même depuis cette année une sélection polar, avec le Canardo T20 (Sokal) et bien entendu un Tardi : Ô dingos, Ô châteaux !.

Nous organiserons bientôt notre petit quiz annuel sur BenDis pour vous demander vos avis sur les différents Fauves !

5 Décembre 2011 :
Alors que le Grand Prix de la Critique ACBD devait être décerné demain, le lauréat 2012 a d'ors et déjà été nommé aujourd'hui.
C'est donc Polina de Bastien Vivès (Casterman) qui remporte le gros lot et qui succède à Asterios Polyp, vainqueur l'an dernier.
Un second prix pour cet album - qui a déjà reçu le Prix des libraires 2011 - qu'il va bien falloir qu'on se procure pour nous faire un avis tant les critiques sont bonnes.

4 Décembre 2011 :

Par Zorg sur k.bd :
Ah... La musique !

Celle qui adoucit les mœurs, celle qui vous fait vibrer, celle qui vous fait danser, celle qui vous touche, celle qui vous réveille le matin aussi parfois !... eh bien voilà le thème qu'ont choisit les membres de K.BD pour ce mois de décembre. C'est vrai que depuis que ce blog existe, nous n'avions jamais abordé ce sujet alors que le monde de la BD foisonne d'albums sur ce thème. Cependant, je vous rassure (enfin, si vous avez besoin de l'être ^^), nous ne parlerons pas de ces albums qui racontent la vie d'un chanteur ou d'un groupe mythique.

Nous avons plutôt décidé de vous présenter des albums dans lesquels la musique est évidemment une composante importante voire essentielle du récit, mais surtout des albums dans lesquels la musique est au service d'un scénario qui s'articule généralement autour d'un homme.

Et le premier de ces hommes, c'est John Duval, dans l'album Yesterday. Un excellent hommage de David Blot et Jérémie Boyer aux éternels Beatles.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Yesterday dans son intégralité !

2 décembre 2011 :
Ça y est, on tient le nom de notre nouvelle section. Ce sera donc Indégnez-vous ! Videz votre cache pour voir la nouvelle vignette dans notre sommaire.
Pour ceux qui n'auraient pas compris, il n'y a pas de faute d'orthographe dans la dénomination. Nous parlons des indépendants là dedans.
Si vous aviez déjà souscrit à notre flux RSS sur cette section, il va falloir le mettre à jour. Sinon, qu'attendez-vous pour vous inscrire ? :)

30 Novembre 2011 :
Le TOP BD du mois relayé du blog de Yaneck Les chroniques de l'invisible.
Contrairement au mois dernier, il y a du mouvement, et pas qu'un peu !
De très nombreuses entrées, 13 en tout et pour tout, et non des moindres puisque je suis heureux d'y voir, entre autres, Taïga rouge, Chaque chose, Atar Gull ou encore Période glaciaire (qu'il faut encore que je chronique ici).
Du mouvement... et donc des sorties ! Polina (pourtant en lice pour le Grand Prix de la critique ACBD), Poulet aux prunes, Couleur de peau : miel, Omni-visibilis, Ma maman est en Amérique, Je ne mourrai pas gibier, Le signe de la lune, Blacksad et j'en passe (vous l'aurez compris, il y en a 13 ^^).
L'avenir nous dira si les titres entrants valent les sortants ou si le phénomène est éphémère !

01. (+1)Gaza 195619.17/20
02. (-1)Persepolis19.06/20
03. (N)Idées noires19/20
04. (-1)Tout seul18.83/20
05. (-1)Maus18.8/20Avis BenDis
06. (N)Les ignorants18.75/20
07. (-2)Le journal de mon père18.67/20
08. (-2)Universal War One (série)18.6/20Avis BenDis
09. (=)Elmer18.44/20Avis BenDis
10. (+2)Black hole18.33/20
11. (+2)NonNonBâ18.33/20Avis BenDis
12. (-2)Quartier Lointain18.31/20Avis BenDis
13. (-6)Le Grand pouvoir du Chninkel18.25/20
14. (+2)Garance18.25/20Avis BenDis
15. (-1)Urban (série)18.33/20Avis BenDis
16. (-8)V Pour Vendetta18.22/20Avis BenDis
17. (-6)Asterios Polyp18.14/20Avis BenDis
18. (N)Atar Gull18.13/20Avis BenDis
19. (+2)Pyongyang18.07/20
20. (-2)L'ascension du haut-mal (série)18/20
21. (-4)Pinocchio17.94/20Avis BenDis
22. (-3)Le sommet des dieux (série)17.9/20
23. (=)Walking Dead (série)17.86/20
24. (-4)Les enfants de Jessica (série)17.83/20
25. (=)La mémoire dans les poches (série)17.8/20
26. (N)La brigade Chimérique (série)17.18/20
27. (+16)Gemma Bovery17.75/20
28. (+9)L'orchestre des doigts (série)17.69/20Avis BenDis
29. (+4)Trois ombres17.67/20Avis BenDis
30. (N)Je ne suis pas un homme (série)17.67/20
31. (-4)La chronique des immortels (série)17.67/20Avis BenDis
32. (-4)L'âme du Kyudo17.67/20Avis BenDis
33. (-3)Cerebus17.63/20Avis BenDis
34. (+16)Alpha... directions17.54/20Avis BenDis
35. (-3)Nous ne serons jamais des héros17.53/20
36. (N)Chaque chose17.5/20Avis BenDis
37. (-3)Un homme est mort17.5/20
38. (N)En chemin elle rencontre (série)17.5/20
39. (-4)Les aventures de Michel Swing17.5/20Avis BenDis
40. (N)Mezek17.5/20
41. (N)Période glaciaire17.5/20
42. (N)Taïga rouge (série)17.5/20Avis BenDis
43. (N)Umbrella Academy (série)17.49/20
44. (-22)Blankets17.44/20
45. (N)American Born Chinese17.38/20
46. (-5)Abélard (série)17.38/20Avis BenDis
47. (-5)En mer17.33/20
48. (N)Solanin17.33/20
49. (-4)Léa ne se souvient plus comment fonctionne l'aspirateur17.3/20
50. (-2)The unwritten17.25/20

27 Novembre 2011 :

Par Mr. Zombi sur k.bd :
Aujourd'hui prend fin notre thématique " Tu seras un homme mon fils " consacrée à la filiation. Sujet que nous avons abordé sous différents angles et supports : les souvenirs d'enfance et l'autobiographie avec Le fils de son père d'Olivier Mariotti et Chaque chose de Julien Neel. L'héritage et le poids de la figure paternelle avec Wanted le Comics politiquement incorrect de Mark Millar. Avec le manga Pour Sanpei de Fumiyo Kouno nous allons nous intéresser à une nouvelle facette de la filiation : celle de l'intergénérationnel et de la transmission du savoir.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Pour Sanpei, une belle première pour Mr. Zombi, dans son intégralité !

26 Novembre 2011 :
Nouvelle section (au titre provisoire) sur BenDis ! Aidons nos librairies indépendantes.
Plus d'informations dans la section elle-même : suivez la nouvelle vignette dans le sommaire et abonnez-vous au flux RSS pour être tenus informés !

20 Novembre 2011 :
L'étau se resserre pour le Grand Prix de la Critique ACBD 2012. Plus que cinq albums en lice :
- L'Art de voler de Kim et Antonio Altarriba, Denoël Graphic
- Habibi de Craig Thompson, Casterman
- Les Ignorants. Récit d'une initiation croisée d'Étienne Davodeau, Futuropolis
- Polina de Bastien Vivès, Casterman-KSTR
- Portugal de Cyril Pedrosa, Dupuis

Je mets une petite pièce sur Habibi. Réponse finale le 6 décembre... il ne peut en rester qu'un !

20 Novembre 2011 :

Par Champi sur k.bd :
« Tu seras un homme, mon fils ».
Le fil conducteur du mois sur K-BD est plus que jamais d'actualité avec le titre que voilà.
« Pour lecteurs avertis », complète la quatrième de couv.
Donc vous voilà doublement avertis, OK ?

C'est donc le moment d'aller tous nous faire enculer ! (je vous avais prévenus !!)
Du début à la fin de Wanted, d'ailleurs, si l'on en croit le beau majeur tendu qui nous accueille en « sous-couverture » , et le visage grimaçant à souhait qui nous jaillit dessus en dernière page.
Mais pourquoi tant de haine ? Sans doute parce que nous ne sommes que des moutons asservis qui « se font mettre cinquante heures par semaine pour payer leurs factures de carte bleue » (je cite).

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Wanted dans son intégralité !

18 Novembre 2011 :

Depuis toujours sur BenDis, on essaie au mieux de défendre les librairies indépendantes. Combien d'entre elles ont fermé ces dernières années ? Combien fermeront encore ? Le métier est de plus en plus en danger à l'heure actuelle. La loi Lang perdurera-t-elle ? Qui devra payer la hausse de la TVA ?
Nous le rappelons en haut de cette page avec ce texte affiché en rouge en permanence, le prix du livre est le même partout. Aller chez un libraire indépendant, c'est non seulement aider à préserver des emplois mais c'est aussi un lieu de rencontre, de conseil et d'échange que je vous met au défi de trouver chez Amazon ou la Fnac.
David (iddBD) a écrit aujourd'hui un article qui résume très bien tout ça. Cliquez sur l'image à votre gauche pour vous rendre sur son site.

17 Novembre 2011 :
Le grand prix de la critique ACBD 2012 sera bientôt dévoilé. Ce prix, reconnu pour sa pertinence, récompense chaque année un album de grande qualité.
Et le moins que l'on puisse en dire : c'est du lourd la sélection de cette année :
- L'Art de voler de Kim et Antonio Altarriba, Denoël Graphic
- Atar Gull ou le destin d'un esclave modèle de Brüno et Fabien Nury, Dargaud
- Les Autres Gens collectif dirigé par Thomas Cadène, Dupuis
- Blast T2 : L'Apocalypse selon Saint Jacky de Manu Larcenet, Dargaud
- Habibi de Craig Thompson, Casterman
- Les Ignorants. Récit d'une initiation croisée d'Étienne Davodeau, Futuropolis
- Lomax : collecteurs de folk songs de Frantz Duchazeau, Dargaud
- Julia et Roem d'Enki Bilal, Casterman
- Polina de Bastien Vivès, Casterman-KSTR
- Portugal de Cyril Pedrosa, Dupuis
- Pour en finir avec le cinéma de Blutch, Dargaud
- Stalingrad Khronika T1 de Franck Bourgeron et Sylvain Ricard, Dupuis
- 3'' de Marc-Antoine Mathieu, Delcourt
- Trop n'est pas assez de Ulli Lust, çà et là
- Un Enchantement de Christian Durieux, Futuropolis - Musée du Louvre

Réponse le 6 décembre. Qui succèdera à l'excellent Asterios Polyp ? Pas évident de dégager un favori n'est-ce pas ?

13 Novembre 2011 :

Par Yvan sur k.bd :
Chaque Chose est le récit d'un petit garçon qui est ravi de partir en tournée promotionnelle avec son papa magicien durant les vacances d'été. C'est également l'histoire d'un jeune père de famille qui prend le train pour se rendre au chevet de son père hospitalisé. Mais, c'est surtout un voyage autobiographique (mâtiné d'un peu de fiction) qui, tout comme Le fils de son père, s'inscrit à merveille dans le thème du mois de novembre de K.BD : la filiation !

Au milieu des nombreuses perles que compte cette collection « Bayou » des éditions Gallimard (Aya de Yopougon, Les derniers jours d'Ellis Cutting, Dimitri Bogrov, Le local, RG), Julien Neel livre donc un album dédié à son père et centré sur la relation père/fils.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Chaque chose dans son intégralité !

11 Novembre 2011 :
On a décidé d'ouvrir une nouvelle section sur BenDis consacrée aux albums (et y'a même un flux RSS ^^). Des livres en majorité jeunesse donc, illustrés par de belles images.
Pour l'instant il n'y en a qu'un sur le site (nous l'avions rangé par défaut dans les BD faute de mieux). D'autres viendront s'ajouter avec le temps.
Et puis qui sait, une future chroniqueuse nous rejoindra peut-être dans cette section pour donner son avis d'ici quelques années :)

EDIT : En fait, on a trouvé un second album caché dans nos chroniques BD. Oubli réparé !

6 Novembre 2011 :

Par David sur k.bd :
Petit clin d'œil malheureux à Rudyard Kipling et son merveilleux poème en guise d'introduction pour ce mois consacré aux liens familiaux. La famille c'est tout un poème, énervant parfois, essentiel bien souvent. Elle représente surtout l'enfance, le passé et la nostalgie des « dimanches à la con » comme disait Renaud, mais aussi une source d'avenir et de transmission. Bref, la famille c'est un lieu de rencontres entre les générations et par ce fait, un creuset d'histoires formidables.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Le fils de son père dans son intégralité !

1er Novembre 2011 :
Le TOP BD du mois relayé du blog de Yaneck Les chroniques de l'invisible.
Peu de mouvement ce mois-ci. C'est calme !
Trois entrées tout de même : Abélard et Urban dont nous avons parlé ici même, ainsi que En mer. Luc Brunschwig investit le Top !
Les grosses progressions du mois sont pour Le sommet des dieux (17 places) et L'orchestre des doigts (9 places). Dans le sens inverse, Poulet aux prunes chute de 12 places. Au rayon des départs : Rides, Elle ne pleure pas elle chante et 3''.

01. (=)Persepolis19.29/20
02. (=)Gaza 195619.17/20
03. (=)Tout seul19/20
04. (=)Maus18.79/20Avis BenDis
05. (=)Le journal de mon père18.75/20
06. (=)Universal War One (série)18.6/20Avis BenDis
07. (=)Le Grand pouvoir du Chninkel18.5/20
08. (=)V Pour Vendetta18.44/20Avis BenDis
09. (=)Elmer18.44/20Avis BenDis
10. (=)Quartier Lointain18.39/20Avis BenDis
11. (=)Asterios Polyp18.33/20Avis BenDis
12. (=)Black hole18.33/20
13. (=)NonNonBâ18.33/20Avis BenDis
14. (N)Urban (série)18.33/20Avis BenDis
15. (-1)La fin du monde18.3/20
16. (-1)Garance18.25/20Avis BenDis
17. (-1)Pinocchio18/20Avis BenDis
18. (-1)L'ascension du haut-mal (série)18/20
19. (+17)Le sommet des dieux (série)17.9/20
20. (-2)Les enfants de Jessica (série)17.83/20
21. (-1)Pyongyang17.79/20
22. (-1)Blankets17.78/20
23. (-1)Walking Dead (série)17.78/20
24. (-1)Polina17.73/20
25. (-1)La mémoire dans les poches (série)17.7/20
26. (-1)Un ciel radieux17.7/20
27. (-1)La chronique des immortels (série)17.67/20Avis BenDis
28. (-1)L'âme du Kyudo17.67/20Avis BenDis
29. (-1)Tea party17.66/20
30. (-1)Cerebus17.63/20Avis BenDis
31. (-12)Poulet aux prunes17.56/20Avis BenDis
32. (-2)Nous ne serons jamais des héros17.53/20
33. (-2)Trois ombres17.5/20Avis BenDis
34. (-2)Un homme est mort17.5/20
35. (-2)Les aventures de Michel Swing17.5/20Avis BenDis
36. (-2)Couleur de peau miel (série)17.45/20Avis BenDis
37. (+9)L'orchestre des doigts (série)17.44/20Avis BenDis
38. (-3)Omni-visibilis17.42/20Avis BenDis
39. (-2)Ma maman est en Amérique...17.38/20Avis BenDis
40. (-2)Undercurrent17.38/20
41. (N)Abélard (série)17.33/20Avis BenDis
42. (N)En mer17.33/20
43. (-2)Gemma Bovery17.33/20
44. (-2)L'aigle sans orteils17.33/20
45. (-2)Léa ne se souvient plus comment fonctionne l'aspirateur17.33/20
46. (-2)Je ne mourrai pas gibier17.3/20Avis BenDis
47. (-2)Le signe de lune17.28/20Avis BenDis
48. (-1)The unwritten17.25/20
49. (-1)Blacksad (série)17.19/20Avis BenDis
50. (-1)Alpha... directions17.18/20Avis BenDis

1er Novembre 2011 :
Le festival Quai des Bulles de Saint-Malo s'est déroulé ce WE et ferme ses portes sur la consécration d'Elmer de Gerry Alanguilan (Prix Ouest-France/Quai des Bulles 2011) ! On est très contents sur BenDis que ce superbe album soit primé. On vous enjoins à le découvrir si ce n'est déjà fait, et surtout, on souhaite à l'album de conquérir encore d'autres prix... et pourquoi pas à Angoulême !
Le prix de l'affiche à été remporté par Brüno, et le prix coup de cœur à été attribué à Florent Silloray pour Le carnet de Roger.

30 Octobre 2011 :

Par Mo' sur k.bd :
L'Orchestre des Doigts clôture notre sélection consacrée au « Manga autrement ». L'engagement de son auteur a retenu notre attention. Encore peu connu en France, Osamu Yamamoto s'est déjà fait remarquer au Japon avec Harukanaru Kôshien (1988), qui parlait de la difficulté des adolescents sourds-muets à accéder aux compétitions et équipements sportifs nationaux. En 1991, Osamu Yamamoto revient sur la question de la surdité avec L'Orchestre des doigts, un récit qui s'inspire du parcours de Kiyoshi Takahashi, défenseur de la langue des signes et de la Communauté Sourde au XXème siècle. La série s'inspire des romans de Yoriko Kawabuchi, la fille de Takahashi.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de L'orchestre des doigts dans son intégralité !

29 Octobre 2011 :
J'en connais quelques unes qui vont être contentes (quelques uns aussi peut-être) : voilà que BenDis dispose dorénavant d'un flux RSS !
Il en existe un par page : BD's, mangas, artbooks, dédicaces et art'page.
Pour vous abonner, rien de plus simple : rendez-vous sur les pages concernées et cliquez sur le lien qui va bien en haut de page. Vous serez alors tenus informés de la parution de tout nouvel article !
C'est une révolution c'est certain, mais elle n'est en revanche pas sans inconvénients. Je m'explique : BenDis est un site à deux mains. Badelel et Lunch y rédigent des chroniques. Lorsque nous créerons une nouvelle entrée pour un album, le flux RSS avertira les abonnés (jusque là tout va bien ^^). Mais il arrive que nous ne chroniquions pas le même album en même temps ! Et là, c'est le drame ! Car vous ne serez pas averti dans le cas où l'un de nous rendrait un billet plus tardif.
Mis à part ce petit inconvénient, tout devrait fonctionner.
Et pour être sûr de ne rien louper, vous pouvez toujours vous référer aux 8 dernières entrées, ici même, sur notre page d'accueil (ou encore à la recherche par mois/année).
Enjoy \o/

P.S. : J'oubliais... la page d'accueil ne dispose pas de flux RSS (impossibilité technique due au fait que ce n'est pas une page dynamique : les nouvelles sont écrites à la main, directement en html). Vous serez donc tenus d'y jeter un œil de temps à autre ;)

23 Octobre 2011 :

Par David sur k.bd :
Lors de nos débats pour le choix des albums de notre thématique, il y a parfois des noms d'auteurs qui arrivent très naturellement. Dans la thématique du manga dit « autrement » celui de Kiriko Nananan est apparu presque immédiatement.

Dans le monde encore masculin de la BD, les femmes ne sont pas si fréquemment représentées. Si des auteurs comme Osamu Tezuka, Naoki Urasawa, Akira Toriyama ou Katsuhiro Otomo viennent rapidement à l'esprit lorsqu'on évoque le manga, leurs homologues féminines telles Ryoko Ikeda (La Rose de Versailles), Kyoko Okazaki (la créatrice du Josei avec notamment Pink) ou Ai Yazawa (Nana) ne bénéficient pas toujours de la même reconnaissance. Pourtant, elles n'en demeurent pas moins talentueuses et ont offert chacune à leur époque une approche novatrice.

Kiriko Nananan est l'héritière (et contemporaine) de cette génération de femmes mangaka.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Blue dans son intégralité !

22 Octobre 2011 :
Pour ceux que ça intéresse et qui sont près de Paris, Yoann expose, à l'occasion de la sortie du nouvel album de Spirou et Fantasio en collaboration avec Fabien Vehlmann, aux galeries Maghen.

Les planches encrées de Alerte aux Zorkons et La face cachée du Z seront exposées (et proposées à la vente), ainsi que des illustrations couleurs.
La galerie Maghen souligne le génie de Yoann (Toto l'ornithorynque, Spirou : Les géants prétrifiés, Fennec...), je cite :
« Le trait dynamique et résolument moderne de Yoann font de cet artiste le digne successeur de Franquin. »
Rien que ça... eh oui ! À ne pas manquer, si vous avez l'occasion.

Exposition du 25 au 29 octobre 2011 - Vernissage le jeudi 27 octobre à partir de 19h30.

16 Octobre 2011 :

Par Badelel sur k.bd :
"Autrement", c'est un terme qui est très vaste, puisqu'il concerne tout ce qui ne rentre pas dans une catégorie définie. Du coup on peut y rassembler des genres très très différents, et c'est justement un manga très différent de ses deux prédécesseurs que nous vous présentons cette fois.

Mes Voisins les Yamada est un manga humoristique appartenant à un genre très peu connu en France : le Yonkoma, à savoir des strips en 4 cases.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Mes voisins les Yamada dans son intégralité !

11 Octobre 2011 :
Nous avons eu un petit problème d'affichage hier (mauvaise manipulation). La page d'accueil est maintenant rétablie. Excusez-nous pour ce petit désagrément.

09 Octobre 2011 :

Par Champi sur k.bd :
Qui dit « manga autrement » dit aussi « Japon autrement ». Notre mois des mangas pas comme les autres se devait donc de présenter le Japon comme rarement les mangas grand public le montrent.
Nous voilà donc cette fois-ci en route pour... la marge.
Non pas celle révélée par Yoshihiro TATSUMI, dans Une vie dans les marges, mais celle du Tokyo qui marche toujours plus vite, plus froid, plus aveugle, laissant dans son sillage les tranquilles et silencieuses ruelles des quartiers résidentiels.
Décors récurrents de bien des mangas, ces quartiers n'abritent pas seulement de paisibles retraités ou d'actives femmes au foyer : on y trouve parfois aussi des résidences comme la Résidence Dokudami.
Petit bâtiment vétuste - le mot est faible - perclus de cafards, de vermine et d'odeurs rances et persistantes, la Résidence Dokudami abrite une population hétéroclite caractérisée par la précarité : chômeurs, fugueuses, paumés s'y côtoient avec plus ou moins de bonheur et de générosité.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Le vagabond de Tokyo dans son intégralité !

07 Octobre 2011 :
Encore une nouvelle fonctionnalité : dorénavant, il est possible de faire une recherche sur plusieurs critères différents (titre, auteur, éditeur) pour affiner les résultats.

EDIT : Il est maintenant possible de faire une recherche par mois/année de publication. C'est juste en-dessous du sommaire.

04 Octobre 2011 :
On n'arrête plus le progrès. Voilà qu'on peut maintenant rechercher une dédicace par festival ou par année.

02 Octobre 2011 :
Parce que je suis vraiment très gentil aujourd'hui, et pour faire plaisir à Choco, j'ai passé mon après-midi à rajouter les dates sur les chroniques des BD en ligne.
Pour les mangas, on verra plus tard !

EDIT : Bon, finalement, j'ai aussi fait les mangas... pfiuuu, c'était long :)

02 Octobre 2011 :

Par Champi sur k.bd :
Notre mois de septembre consacré aux Fauves d'or d'Angoulême s'est achevé sur un titre fleurant bon l'étrangeté extrême-orientale : NonNonBâ, de Shigeru MIZUKI.
Un titre et un auteur dont la force première est de nous rappeler que le manga ne se résume pas à Candy et Naruto (histoire de marier les genres et les générations).
En effet, loin du style soi-disant caractéristique que les éditeurs - japonais et étrangers - ont mis en avant depuis les années 50, existent mille autres expériences graphiques et scénaristiques que le lectorat européen peut avoir du mal à trouver.

Heureusement que certains éditeurs hexagonaux ont la curiosité - et le courage éditorial ! - de regarder ailleurs que sur les grands étals japonais, et nous ramènent de plus en plus d'inclassables pépites qui nous révèlent les mille et un visages du manga : Tonkam, Delcourt, Cornélius, Le Lézard Noir, IMHO...

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Amer Béton dans son intégralité !

30 Septembre 2011 :
Le nouveau TOP BD du mois relayé du blog de Yaneck Les chroniques de l'invisible.
Le mouvement est au rendez-vous, avec de nouvelles entrées et quelques fluctuations bien entendu.
Les entrées ? Il s'agit de NonNonBâ et de 3'' dont vous aurez peut-être lu les chroniques ici même. Mais aussi Tea Party, L'aigle sans orteils, Léa ne se souvient plus comment fonctionne l'aspirateur et The unwritten.
Au rayon des départs, on peut regretter Ayako et Pluto. Ce ne sont pas les seuls à quitter ce top puisqu'ils sont suivis par L'orme du Caucase, Pages noires, Welcome to the death club et Kraa - La vallée perdue.

01. (=)Persepolis19.29/20
02. (=)Gaza 195619.17/20
03. (=)Tout seul19/20
04. (=)Maus18.79/20Avis BenDis
05. (=)Le journal de mon père18.75/20
06. (+2)Universal War One (série)18.6/20Avis BenDis
07. (+2)Le Grand pouvoir du Chninkel18.5/20
08. (+2)V Pour Vendetta18.44/20Avis BenDis
09. (-3)Elmer18.44/20Avis BenDis
10. (+1)Quartier Lointain18.39/20Avis BenDis
11. (+1)Asterios Polyp18.33/20Avis BenDis
12. (+1)Black hole18.33/20
13. (N)NonNonBâ18.33/20Avis BenDis
14. (=)La fin du monde18.3/20
15. (-8)Garance18.25/20Avis BenDis
16. (-1)Pinocchio18/20Avis BenDis
17. (-1)L'ascension du haut-mal (série)18/20
18. (=)Les enfants de Jessica (série)17.83/20
19. (=)Poulet aux prunes17.83/20
20. (=)Pyongyang17.79/20
21. (=)Blankets17.78/20
22. (=)Walking Dead (série)17.75/20
23. (=)Paulina17.73/20
24. (=)La mémoire dans les poches (série)17.7/20
25. (=)Un ciel radieux17.7/20
26. (=)La chronique des immortels (série)17.67/20Avis BenDis
27. (=)L'âme du Kyudo17.67/20Avis BenDis
28. (N)Tea party17.66/20
29. (-1)Cerebus17.63/20Avis BenDis
30. (-1)Nous ne serons jamais des héros17.53/20
31. (-14)Trois ombres17.5/20Avis BenDis
32. (-1)Un homme est mort17.5/20
33. (-3)Les aventures de Michel Swing17.5/20Avis BenDis
34. (-1)Couleur de peau miel (série)17.45/20Avis BenDis
35. (-3)Omni-visibilis17.42/20Avis BenDis
36. (-2)Le sommet des dieux (série)17.38/20
37. (+1)Ma maman est en Amérique...17.38/20Avis BenDis
38. (-3)Undercurrent17.38/20
39. (-3)Rides17.33/20
40. (N)3''17.33/20Avis BenDis
41. (-4)Gemma Bovery17.33/20
42. (N)L'aigle sans orteils17.33/20
43. (N)Léa ne se souvient plus comment fonctionne l'aspirateur17.33/20
44. (-5)Je ne mourrai pas gibier17.3/20Avis BenDis
45. (=)Le signe de lune17.28/20Avis BenDis
46. (R)L'orchestre des doigts17.25/20Avis BenDis
47. (N)The unwritten17.25/20
48. (-4)Blacksad (série)17.19/20Avis BenDis
49. (-8)Alpha... directions17.18/20Avis BenDis
50. (-8)Elle ne pleure pas elle chante17.17/20

25 Septembre 2011 :

Par Mo' sur k.bd :
Dernière halte aujourd'hui du côté des Fauves d'Or avec NonNonBâ, un album qui a retenu notre attention puisqu'il s'agit du seul manga à avoir obtenu ce Prix (toutes appellations confondues) en 2007. Au risque de vous étonner Messieurs Dames, l'arrivée en France des œuvres de Shigeru Mizuki a bien plus marqué le Jury d'Angoulême que celles de Jiro Taniguchi ou d'Osamu Tezuka ! Comme vous l'avez peut-être constaté, nous avons été soucieux de représenter les différentes décennies de ce Fauve : Les Cités obscures pour les années 1980, L'Histoire du corbac aux baskets pour les années 1990, NonNonBâ pour les années 2000. Cette décennie marque un virage dans les consécrations délivrées aux productions étrangères. Depuis la création du Prix en 1976, la distinction « Album français »/« Album étranger » disparaît pour le faire plus qu'une seule récompense « Meilleur Album ». Depuis 2000, sept lauréats sont des auteurs étrangers (Shaun Tan, Carlos Nine, Marjane Satrapi...).

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de NonNonBâ dans son intégralité !

25 Septembre 2011 :
Cela n'a pas grand chose à voir avec la bande dessinée, mais notre famille s'est agrandie mardi matin (20 septembre) ! Vu que la petite fille dort pour l'instant dans notre bibliothèque, en attendant que la maison finisse de se construire et qu'elle ait une vraie chambre, elle en profitera peut-être pour se familiariser avec les livres. Une future chroniqueuse sur BenDis ? Qui sait :)

18 Septembre 2011 :

Par David sur k.bd :
Armand Corbacobasket est un humain comme vous et moi... Enfin comme vous et moi. Disons que lui porte des baskets. Ce n'est quand même pas rien. Comment ? C'est un corbeau ? Oui c'est un corbeau. Enfin, je ne vois pas ce que ça change, il a des baskets parbleu ! Si sur KBD, tout le monde commence à porter des baskets, ça va devenir n'importe quoi !
Entre nous, si ça vous pose problème qu'Armand soit un corbeau alors je vous conseille de prendre, comme lui, rendez-vous chez le Docteur Verlecorbo, éminent psychiatre qui possède tous les signes distinctifs de sa charge : entonnoir sur la tête et énorme stylo plume...

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de L'histoire du corbac aux baskets dans son intégralité !

12 Septembre 2011 :
Vous le remarquerez en furetant çà et là sur le site, ce petit logo est apparu sur quelques chroniques en ligne, et apparaîtra sur quelques unes des prochaines.
Il s'agit du logo illustrant notre participation au Roaarrr Challenge organisé par Mo'.
Le challenge consiste à donner son avis sur les albums primés dans le cadre de nombreux et illustres prix, que ce soit durant le festival d'Angoulême, celui de BD Boom à Blois, mais aussi pour la Japan Expo, le Will Eisner Award, le Prix René Goscinny ou encore des Libraires et bien d'autres encore.
Je vous laisse découvrir tout ça en visitant le blog de Mo' : suivez le picto !

11 Septembre 2011 :

Par Champi sur k.bd :
Alfred, Alph'art, Fauve... A chaque période, son prix phare. Mais quel que soit le nom du trophée, le Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême a toujours su mettre en avant l'originalité, le talent, l'inattendu.
Après Maus, l'un des albums les plus incontournables de l'histoire de la BD, nous vous proposons une petite virée dans les Cités Obscures.

Cela fait presque 30 ans que Benoît PEETERS et François SCHUITEN ont entamé l'exploration de ce monde étrange, reflet du nôtre, Terre suspendue restée figée dans un XIX° siècle légèrement décalé.
Après leurs premiers pas en 1982, à Samaris, les deux auteurs, amis d'enfance, ont établi une cartographie précise de ce déroutant univers : Pahry, Brüsel, Alaxis, Blossfeldstad... et bien sûr Urbicande.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de La fièvre d'Urbicande dans son intégralité !

4 Septembre 2011 :

Par Lunch sur k.bd :
En ce mois de septembre, c'est moi qui suis chargé de la thématique. J'ai donc l'honneur de vous annoncer que ce mois ne rassemblera que des œuvres majeures de la bande dessinée, puisque nous aborderons des albums primés par un Fauve d'or à Angoulême, autrefois appelé Alfred ou Alph-Art.
Et pour ouvrir la thématique, quel album serait plus approprié que Maus ? L'une des deux seules bandes dessinées auréolées deux fois d'un Alph-Art (1988 pour le T1 : Mon père saigne l'Histoire, et 1993 pour le T2 : Et c'est là que mes ennuis ont commencé) et dont l'auteur, Art Spiegelman, est désormais Grand Prix d'Angoulême et président du festival pour l'édition 2012.
Un chef d'œuvre reconnu par tous, y compris dans la critique, unanime, puisque Maus est le seul album du 9ème art à avoir obtenu le Prix Pulitzer, en 1992.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Maus dans son intégralité !

31 Août 2011 :
Voilà l'heure du TOP BD BLOGGEUR d'août, toujours issu du blog de Yaneck Les chroniques de l'invisible.
Pas mal de mouvement en cette fin de période estivale. Six nouveaux hits pour commencer : l'irrésistible Gaza 1956 de Joe Sacco entre autres. Paulina, le dernier album de Bastien Vives aussi... Dans le lot, deux albums que nous avons déjà chroniqué ici : Michel Swing et Ma maman est en amérique elle a rencontré Buffalo Bill.
Au rayon des départs, c'est surtout des comics qui font les frais de ce vent nouveau, mais aussi l'excellent De cape et de crocs. Prenons tout de même garde à la ruse d'Armand de Maupertuis, il serait bien capable de revenir avec une botte dont lui seul a le secret !

01. (=)Persepolis19.29/20
02. (N)Gaza 195619.17/20
03. (=)Tout seul18.83/20
04. (+2)Maus18.79/20Avis BenDis
05. (-3)Le journal de mon père18.75/20
06. (-2)Elmer18.68/20Avis BenDis
07. (-2)Garance18.67/20Avis BenDis
08. (-1)Universal War One (série)18.59/20Avis BenDis
09. (-1)Le Grand pouvoir du Chninkel18.5/20
10. (=)V Pour Vendetta18.44/20Avis BenDis
11. (=)Quartier Lointain18.39/20Avis BenDis
12. (=)Asterios Polyp18.33/20Avis BenDis
13. (=)Black hole18.33/20
14. (=)La fin du monde18.3/20
15. (=)Pinocchio18/20
16. (=)L'ascension du haut-mal (série)18/20
17. (+1)Trois ombres17.85/20Avis BenDis
18. (+1)Les enfants de Jessica (série)17.83/20
19. (+1)Poulet aux prunes17.83/20
20. (+1)Pyongyang17.79/20
21. (+1)Blankets17.78/20
22. (+1)Walking Dead (série)17.74/20
23. (N)Paulina17.73/20
24. (=)La mémoire dans les poches (série)17.7/20
25. (=)Un ciel radieux17.7/20
26. (=)La chronique des immortels (série)17.67/20Avis BenDis
27. (=)L'âme du Kyudo17.67/20Avis BenDis
28. (=)Cerebus17.63/20Avis BenDis
29. (=)Nous ne serons jamais des héros17.53/20
30. (N)Les aventures de Michel Swing17.5/20Avis BenDis
31. (-1)Un homme est mort17.5/20
32. (-1)Omni-visibilis17.42/20Avis BenDis
33. (-1)Couleur de peau miel (série)17.39/20Avis BenDis
34. (-1)Le sommet des dieux (série)17.38/20
35. (-1)Undercurrent17.38/20
36. (-1)Rides17.33/20
37. (=)Gemma Bovery17.33/20
38. (N)Ma maman est en Amérique...17.33/20Avis BenDis
39. (-1)Je ne mourrai pas gibier17.3/20Avis BenDis
41. (-1)Alpha... directions17.18/20Avis BenDis
42. (-1)Elle ne pleure pas elle chante17.17/20
43. (-1)L'orme du Caucase17.17/20
44. (+3)Blacksad (série)17.16/20Avis BenDis
45. (-2)Le signe de lune17.14/20Avis BenDis
46. (N)Pages noires17.13/20
47. (-3)Welcome to the death club17.13/20
48. (+2)Pluto (série)17.12/20Avis BenDis
49. (-3)Ayako (série)17.1/20
50. (-2)Kraa - La vallée perdue (série)17.1/20

28 Août 2011 :

Par Zorg sur k.bd :
Suite et fin de ce mois consacré à la BD jeunesse. Un mois durant lequel toute l'équipe de K.BD aura eu le plaisir de retomber, le temps d'une lecture, dans la douceur de l'enfance.
Nous avons décidé de finir ce mois d'août avec la série qui à rendu célèbre Akira Toriyama. Car le nom de Toriyama est mondialement connu et lié au succès de Dragon Ball. Et pourtant c'est en 1980 que cet auteur à l'imagination débordante décide de créer le Docteur Slump et l'ensemble de l'univers loufoque qui entoure Aralé et ses amis.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Dr. Slump dans son intégralité !

26 Août 2011 :
Alors que dehors l'orage grondait à Bordeaux, je me précipitais chez mon libraire pour faire quelques menues acquisitions juste avant la fermeture.
L'occasion pour moi de m'aperçevoir que je n'étais pas le seul à fuir les gouttes chez mon libraire, puisqu'il y avait aussi Jean-Luc Sala.
J'ai donc pris quelques nouvelles, et je vais pouvoir vous en donner aussi (du moins celles qui concernent la BD) :
- Rien de nouveau du côté de chez Le Lombard pour Bakemono... l'avenir nous dira si nous aurons droit à une fin... on croise les doigts.
- Un été âpre en négociations du côté de chez Soleil depuis le rachat par Delcourt. Cela aurait pu ne rien changer, mais ce n'est pas le cas. Toujours est-il que c'est en bonne voie le concernant. Ouf !

21 Août 2011 :

Par Champi sur k.bd :
Après l'amour et les bêtises, K-BD vous propose d'explorer sa thématique estivale, la BD jeunesse, sous un nouvel angle : l'aventure.
Mais attention, pas n'importe laquelle : pas celle qui frappe parfois au coin de notre porte et s'achève sur le terrain vague d'à côté.
Ici, il ne s'agit rien moins que d'une aventure aux Antipodes...
Sur les traces - palmées - de l'étrange Toto l'ornithorynque.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Toto l'ornithorynque dans son intégralité !

14 Août 2011 :

Par Lunch sur k.bd :
Léopold est maintenant revenu sur le rivage. Comme lui, nous gardons le doux souvenir de Garance dans nos mémoires, puis nous poursuivons notre voyage au gré de la bande dessinée jeunesse. Notre bateau a rejoint la rive et voilà qu'on aperçoit au loin une petite ferme. C'est le cadre que nous avons choisi pour vous parler de Petite souris, grosse Bêtise :

Suzie vit à la campagne avec ses parents. Au milieu des champs et des vaches, non loin de la mer. Seule, elle passe ses journées à jouer au ballon comme son idole : un certain numéro 10 de l'équipe de France de football. Sauf que le foot, quand on n'a pas de partenaire de jeu, c'est un peu ennuyeux. Alors elle fait des bêtises pour occuper le temps... comme tous les enfants de son âge.
À l'école, ses copines découvrent toutes tour à tour la joie de perdre des dents, et de retrouver le matin au réveil les traces du passage de la petite souris. Suzie, elle, ne perd pas ses dents de lait. Ça la rend triste. Mais elle connaît la petite souris !

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Petite souris, grosse bêtise dans son intégralité !

7 Août 2011 :

Par Badelel sur k.bd :
La semaine dernière déjà, Yvan annonçait le changement de thématique à merveille, tout en gardant un pied (que dis-je, une jambe) dans le thème du mois de juillet. Pour août donc, nous vous proposons un petit virage, direction le retour en enfance et la BD jeunesse. Comme d'habitude, nous profiterons des quatre dimanches à venir pour proposer une sélection, certes non-exhaustive, de ce que peuvent proposer auteurs et éditeurs à nos chères têtes blondes, mais néanmoins éclectique.
Rien de tel, pour commencer, que de plonger la tête dans le sable et dans l'eau salée. Place aux vagues estivales : voici Garance !

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Garance dans son intégralité !

31 Juillet 2011 :

Par Yvan sur k.bd :
Après avoir mis la mort à toutes les sauces, il est temps de tirer une dernière révérence à la grande faucheuse, tout en préparant déjà le terrain pour le thème du mois d'août. Voici donc venu le temps des rires et des chants, des enfants heureux et des monstres gentils, un pays joyeux où, le temps d'un dernier récit, il nous faudra cependant peupler une dernière fois le paradis...

Tout débute le lundi 14 septembre 1970. Pour Jean (Regnaud), c'est le premier jour à l'école des grands. Il a à peine le temps de découvrir ses nouveaux camarades, que vient déjà le moment particulièrement angoissant des présentations. Lorsque la maîtresse veut connaître la profession de leurs parents, il perd rapidement ses mots, devient tout rouge, étouffe de chaleur et a les oreilles qui bourdonnent. Malgré l'affolement, il parvient tout de même à bredouiller quelque chose qui passe inaperçu. Ouf, personne ne s'est rendu compte qu'il ne savait pas très bien où était sa maman...

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill dans son intégralité !

30 Juillet 2011 :
Nous voilà début Août et c'est l'heure du TOP BD BLOGGEUR du mois, issu du blog de Yaneck Les chroniques de l'invisible.
Deux nouveaux entrants : Tout seul (Chabouté) et Garance que vous avez pu découvrir ici il y a peu.
Des nouveaux qui ont fini par pousser dehors deux titres : Voyage aux îles de la désolation d'une part, mais aussi et surtout Où le regard ne porte pas, qui était présent dans le top depuis sa création, il y a déjà deux ans...
L'histoire se poursuit !

01. (+1)Persepolis19.29/20
02. (-1)Le journal de mon père19.38/20
03. (N)Tout seul18.83/20
04. (-1)Elmer18.68/20Avis BenDis
05. (N)Garance18.67/20Avis BenDis
06. (-2)Maus18.63/20
07. (-2)Universal War One (série)18.59/20Avis BenDis
08. (-2)Le Grand pouvoir du Chninkel18.5/20
09. (-2)Batman Dark Knight18.5/20
10. (-2)V Pour Vendetta18.44/20Avis BenDis
11. (-2)Quartier Lointain18.39/20Avis BenDis
12. (-2)Asterios Polyp18.33/20Avis BenDis
13. (-2)Black hole18.33/20
14. (-1)La fin du monde18.3/20
15. (-3)Pinocchio18/20
16. (-2)L'ascension du haut-mal (série)18/20
17. (-2)Légendes de la Garde (série)17.9/20
18. (-2)Trois ombres17.85/20Avis BenDis
19. (-2)Les enfants de Jessica (série)17.83/20
20. (-2)Poulet aux prunes17.83/20
21. (-2)Pyongyang17.79/20
22. (-2)Blankets17.78/20
23. (-2)Walking Dead (série)17.74/20
24. (-2)La mémoire dans les poches (série)17.7/20
25. (-2)Un ciel radieux17.7/20
26. (-2)La chronique des immortels (série)17.67/20Avis BenDis
27. (-2)L'âme du Kyudo17.67/20Avis BenDis
28. (-2)Cerebus17.63/20Avis BenDis
29. (-2)Nous ne serons jamais des héros17.53/20
30. (-2)Un homme est mort17.5/20
31. (=)Omni-visibilis17.42/20Avis BenDis
32. (=)Couleur de peau miel (série)17.39/20Avis BenDis
33. (+1)Le sommet des dieux (série)17.38/20
34. (+1)Undercurrent17.38/20
35. (+2)Rides17.33/20
36. (-2)Batman Guerre au crime17.33/20
37. (-2)Gemma Bovery17.33/20
38. (-2)Je ne mourrai pas gibier17.3/20Avis BenDis
39. (-2)De Cape et de crocs (série)17.21/20Avis BenDis
40. (+3)Alpha... directions17.18/20Avis BenDis
41. (+3)Elle ne pleure pas elle chante17.17/20
42. (+3)L'orme du Caucase17.17/20
43. (-13)Le signe de lune17.14/20Avis BenDis
44. (-15)Welcome to the death club17.13/20
45. (+1)Le complot17.11/20
46. (+1)Ayako (série)17.1/20
47. (+2)Blacksad (série)17.1/20Avis BenDis
48. (-15)Kraa - La vallée perdue (série)17.1/20
49. (-1)New York Trilogie (série)17.08/20
50. (-8)Pluto (série)17/20Avis BenDis

24 Juillet 2011 :

Par David sur k.bd :
Welcome to the death club !
Bienvenus Messieurs et Mesdames ! Entrez, entrez et installez-vous confortablement ! Oui comme ça ! Le Death Club est ouvert à tous ! En 2002, nous étions installés chez 6 pieds sous terre mais depuis, nous avons déménagé chez Cornelius avec des locaux plus grands et de nouvelles attractions. Ici pas de portes qui claquent en fonction de votre faciès ou de votre porte-monnaie, c'est un club où l'égalité règne car maître Winshluss mène la danse et offre un grand spectacle composé de numéros variés mais avec un seul et unique sujet...

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Welcome to the death club dans son intégralité !

17 Juillet 2011 :

Par Mo' sur k.bd :
Pour construire ce thème sur la Mort en one-shot, Comès s'est démarqué presque comme une évidence ou du moins Dix de Der.
Petit retour sur la carrière de Didier Comès qu'il entame dans les années 1970 en publiant dans divers magazines de bande dessinée. Son premier album paraît en 1974 et ouvre le diptyque d'Ergun l'Errant qu'il ne refermera que 7 ans plus tard. Entre temps, Comès a jeté les bases de l'œuvre qui le consacrera parmi les auteurs émérites de sa génération : Silence. Cet ouvrage, récompensé par le Fauve d'Or à Angoulême en 1981, le révèle au grand public. Avec lui, Comès opte définitivement pour une empreinte artistique qu'il ne quittera plus par la suite : des univers à forts contrastes via un jeu d'ombre et de lumière excluant totalement l'utilisation de la couleur, des chroniques sociales dépeignant un monde rural et ses carcans sociaux bâtis à grands renforts de peurs, de superstitions et d'hypocrisies. S'en suivent quelques albums dans les années 1980 dont La Belette (récompensé en 1983 par le Prix Saint-Michel), mais Comès a déjà amorcé sa mise en retrait, moins prolifique d'année en année. Seuls deux albums verront le jour dans les années 1990, Iris et La maison où rêvent les arbres, puis Les larmes du tigre en 2000. En 2006, Dix de Der marque donc un retour attendu de l'auteur après 6 ans de silence... 26 ans après Silence.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Dix de Der dans son intégralité !

12 Juillet 2011 :

Par moi-même - et avec un peu de retard sur la publicité - sur k.bd :
Prendre la rédaction d'un article sur k.bd, c'est bien entendu un exercice périlleux - surtout si comme moi, vous trouvez que l'école et les synthèses sont loin. Mais c'est surtout un intense sentiment de délectation, pour la simple et bonne raison qu'on est rarement assigné à ce travail. Non, on se porte volontaire, généralement parce qu'on adore l'album en question.
Jolies ténèbres, c'est ce genre de bande dessinée qui provoque, qui suscite des avis divergents, qui heurte la sensibilité des plus farouches et qui émoustille la verve des plus passionnés. Certains adoreront, d'autres détesteront. La demi-mesure est rare quand sonne l'heure du verdict, les qualificatifs claquent, bruts et sans retenue. Sous cette magnifique parure se cache un conte morbide, âmes sensibles s'abstenir !

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Jolies ténèbres dans son intégralité !

3 Juillet 2011 :
Le TOP BD BLOGGEUR, issu du blog de Yaneck Les chroniques de l'invisible se poursuit dans un mois de Juillet très calme.
Trois nouveaux entrants : Les enfants de Jessica (le dernier Brunschwig), La chronique des immortels (l'excellente série de chez Paquet), et New York Trilogie de Will Eisner.
Des nouveaux qui n'ont pas créé beaucoup de mouvement, mais qui ont poussé quelques titres vers la sortie. Parmi eux, From Hell d'Alan Moore en fait les frais, ainsi que l'orchestre des doigts, Rural ! et Haunt.
À noter le retour dans ce top de Blacksad.

01. (+1)Le journal de mon père19.38/20
02. (-1)Persepolis19.29/20
03. (=)Elmer18.68/20Avis BenDis
04. (=)Maus18.63/20
05. (=)Universal War One (série)18.58/20Avis BenDis
06. (=)Le Grand pouvoir du Chninkel18.5/20
07. (=)Batman Dark Knight18.5/20
08. (=)V Pour Vendetta18.44/20Avis BenDis
09. (=)Quartier Lointain18.39/20Avis BenDis
10. (=)Asterios Polyp18.33/20Avis BenDis
11. (=)Black hole18.33/20
12. (=)Pinocchio18/20
13. (=)La fin du monde18/20
14. (=)L'ascension du haut-mal (série)18/20
15. (=)Légendes de la Garde (série)17.9/20
16. (=)Trois ombres17.85/20Avis BenDis
17. (N)Les enfants de Jessica (série)17.83/20
18. (-1)Poulet aux prunes17.83/20
19. (-1)Pyongyang17.79/20
20. (-1)Blankets17.78/20
21. (-1)Walking Dead (série)17.73/20
22. (-1)La mémoire dans les poches (série)17.7/20
23. (-1)Un ciel radieux17.7/20
24. (N)La chronique des immortels (série)17.67/20Avis BenDis
25. (-2)L'âme du Kyudo17.67/20Avis BenDis
26. (-2)Cerebus17.63/20Avis BenDis
27. (-2)Nous ne serons jamais des héros17.53/20
28. (-2)Un homme est mort17.5/20
29. (-2)Welcome to the death club17.5/20
30. (-2)Le signe de lune17.43/20Avis BenDis
31. (-2)Omni-visibilis17.42/20Avis BenDis
32. (-2)Couleur de peau miel (série)17.39/20Avis BenDis
33. (-2)Kraa - La vallée perdue (série)17.38/20
34. (-2)Le sommet des dieux (série)17.38/20
35. (-2)Undercurrent17.38/20
36. (-2)Voyage aux îles de la désolation17.38/20
37. (-2)Rides17.33/20
38. (-2)Batman Guerre au crime17.33/20
39. (-2)Gemma Bovery17.33/20
40. (-2)Je ne mourrai pas gibier17.3/20Avis BenDis
41. (-2)De Cape et de crocs (série)17.21/20Avis BenDis
42. (-2)Pluto (série)17.21/20Avis BenDis
43. (-2)Alpha... directions17.18/20Avis BenDis
44. (-2)Elle ne pleure pas elle chante17.17/20
45. (-2)L'orme du Caucase17.17/20
46. (-2)Le complot17.11/20
47. (-2)Ayako (série)17.1/20
48. (N)New York Trilogie (série)17.08/20
49. (R)Blacksad (série)17.07/20Avis BenDis
50. (-4)Où le regard ne porte pas (série)17/20Avis BenDis

3 Juillet 2011 :

Par Yvan, sur k.bd :
Alors que c'est généralement la bonne humeur qui règne en cette période estivale, k.bd a cependant choisi d'aborder un thème assez lourd en ce mois de juillet. Au risque de plomber l'ambiance, c'est donc la mort qui accompagnera nos lectures et comme celle-ci ne frappe habituellement qu'une seule fois, ce sont des one-shots abordant le sujet qui vous seront proposés. Si la mort a tendance à angoisser certaines personnes, le thème s'avère néanmoins aussi fascinant qu'universel et est très souvent utilisé comme matière première de nombreuses créations artistiques.

Parmi les nombreux choix possibles, c'est L'accablante apathie des dimanches à rosbif qui ouvre donc ce bal morbide. Si le titre de cet album n'est pas particulièrement alléchant, avouez tout de même qu'il est suffisamment intriguant pour qu'on ait envie de savoir de quoi ça parle.
Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de L'accablante apathie des dimanches à rosbif dans son intégralité !

1er Juillet 2011 :
L'été arrive avec son lot de bonnes nouvelles : les commentaires sont réparés, enfin !
Donc on compte sur vous pour nous laisser pleins de messages pour rattrapper le temps perdu :)

29 Juin 2011 :

Par David, sur k.bd :
- « 4 cases » dit le premier...
- « Ok » répondit le second... « Euh, non tu m'en fais 8 ! Avec 8, je t'en fais une petite centaine... »
- « Bon on arrondit à 100 et tu gagnes ton pari ! »
- « Ok, va pour 100 strips ! »

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Moins d'un quart de seconde pour vivre dans son intégralité !

19 Juin 2011 :

Par Lunch, sur k.bd :
Le mois de l'OuBaPo se prolonge sur k.bd, avec une œuvre pour le moins singulière, puisqu'il s'agit des Sous-sols du Révolu. Un album qui s'inscrit dans la collection du célèbre Musée du Louvre (Période glaciaire, Aux heures impaires, Le ciel au-dessus du Louvre), et qui est réalisé par le non moins célèbre Marc-Antoine Mathieu (Julius Corentin Acquefacques, Dieu en personne). Scénographe de formation, l'auteur a toujours joué avec les lumières et la mise en forme dans chacune de ses bande dessinées, ce qui donne toujours un rendu surprenant.
Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique des Sous-sols du Révolu dans son intégralité !

17 Juin 2011 :
Je viens de voir une vidéo excellente et je tenais à la partager avec vous.
C'est sur le blog de notre ami Zorg que ça se passe : Quand Franquin (Gaston, Spirou, Marsupilami), Morris (Lucky Luke), Roba (Boule et Bill) et Peyo (Les Schtroumpfs) orchestrent une magnifique procession, chacun rebondissant à tour de rôle sur le dessin de l'autre. Quatre des plus grands auteurs Belges réunis dans le cadre de l'émission Tac au Tac du 13 décembre 1971...
Bon, c'est sûr, ça nous rajeunit pas (on était même pas nés d'ailleurs). Zorg, qui a la bonne idée de faire ressortir ces archives de l'INA, nous permet de redécouvrir cette excellente émission vouée à la bande dessinée... qui pourrait donner quelques idées pour qui souhaite organiser des rencontres animées.

12 Juin 2011 :

Par Mo', sur k.bd :
La semaine dernière, Champi expliquait les fondements de l'OuBaPo, notre fil rouge pour le thème du mois de juin. Ainsi, vous avez pu lire qu' « une contrainte préalable à tout acte créatif ne peut que permettre de faire naître des œuvres inattendues et donc géniales ». Je modérerais un peu sur le « géniales » et opterais plutôt pour un « surprenantes » ! Histoire de goûts ! Mais revenons-en aux faits ! Pour présenter l'OuBaPo, nos éminents spécialistes dans l'équipe ont pensé à Cercle Vicieux. Étrange objet que voilà, surprenant par sa taille chétive (petit format), son poids plume (trente pages... pas bien lourd) et ses signes de reconnaissance aux traits disgracieux.
Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Cercle Vicieux dans son intégralité !

5 Juin 2011 :

Par Champi, sur k.bd :
Houleux mois que ce mois de juin !
Après un vote acharné - car, vous ne l'imaginez sans doute pas, mais chaque thème, chaque titre que nous vous proposons est au cœur de débats passionnés et enflammés qui soulèvent émotions, passions, et parfois emportements les plus vifs ! - notre petit mois de juin devait se placer sous l'égide des « œuvres collectives ».
Mais, très vite, à partir de La Maison Close dont il sera question dans quelques lignes et qui était retenue pour ouvrir le bal, nous nous sommes rendu compte que tout cela nous conduisait, immanquablement, implacablement, à l'OuBaPo.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de La Maison Close dans son intégralité !

4 Juin 2011 :
Il y a de cela quelques temps, Mo' s'était prêtée au jeu et avait donné la liste de ses 15 illustrateurs préférés. Nous avons ensuite été ciblés pour prendre le relai. C'est donc notre tour !

Pour ma part, j'ai facilement trouvé ma sélection. J'ai même dû retirer quelques dessinateurs pour respecter le quota demandé.
Badelel a éprouvé un peu plus de difficultés, mais dans l'ensemble, ça a été très vite.
Ce qui est drôle finalement, c'est que nombre d'entre eux sont présents dans nos deux listes.
Maintenant, reste à vous expliquer nos choix...

Top 15 de Lunch (par ordre alphabêtique) :

- Augustin, Virginie
Virginie Augustin, on l'a découverte avec Alim le Tanneur, sa première BD. Elle est d'ailleurs connue pour celle-ci, puisque son second projet (hors collectifs) vient tout juste de sortir. Sachant qu'elle a travaillé pour Disney, vous ne serez donc pas étonné que je sois particulièrement enchanté par son travail graphique, par son dessin fin et expressif, par ses couleurs pastelles et chaleureuses, et par son jeu d'ombres portées magnifique.
Si vous ne connaissez pas encore, je vous engage à ouvrir un album d'Alim le Tanneur.

- Bilal, Enki
Bilal, c'est peut-être mon dessinateur préféré. Outre la qualité de ses récits, il y a tout un travail d'artiste qui se dégage de son trait. Cette recherche de pureté qui se prolonge de la trilogie Nikopol jusqu'à son paroxysme dans la tétralogie du monstre. Certains dessinateurs mériteraient leur place dans les musées, Bilal en fait partie. L'avoir croisé en dédicace reste pour moi un moment unique.

- Bourgier, Éric
C'est surtout au travers de Servitude que son travail d'illustrateur est sublimé. Ces tons sépia, ces jeux d'ombres, c'est magnifique. La série aussi, d'ailleurs.

- Cromwell
Je connaissais assez peu le travail de Cromwell avant Le dernier des Mohicans, mais je l'avais vu à l'œuvre sur certaines dédicaces, toutes en peinture, alors qu'il bossait sur Anita Bomba. Les planches, que dis-je, les toiles du dernier des Mohicans, c'est tout simplement fabuleux. Ces peintures, ces visages expressifs, ça marque !

- Guarnido, Juanjo
Tout comme Virginie Augustin, Juanjo Guarnido sort des studios Disney. La patte est bien présente, avec ces personnages aux profils anthropomorphiques dont les caractéristiques illustrent avec justesse les comportements. Un dessin qui transporte.

- Hausman, René
Il y a quelques années, je suis tombé sur un tirage de tête des Chasseurs de l'Aube de René Hausman. Un album sublime que l'auteur a complètement retravaillé en dégradés noir et blanc. Rien à voir avec la BD originelle, c'est là qu'on voit le talent à l'état pur.

- Inoue, Takehiko
Parmi tous les mangaka, Inoue est certainement le plus doué. Et je ne dis pas ça parce qu'il a réalisé deux séries sur mon sport préféré. Non, SlamDunk avait son style, Real était plus réaliste, mais que dire de Vagabond ? Changer son trait aussi profondément recquiert d'un certain talent, voire d'un talent certain. Et puis pour avoir un arbook de l'auteur, je peux vous assurer que certaines aquarelles valent le détour.

- Lamontagne, Jacques
Jacques Lamontagne est l'auteur des Druides, et plus récemment dessinateur sur Aspic. Ce rendu qu'il obtient, tout en finesse et avec des couleurs douces, demande une parfaite maitrise de l'outil informatique. C'est beau !

- Ledroit, Olivier
Je ne suis pas forcément fan de ses BD, mais je ne peux qu'admirer le talent. La peinture, ça garde ce côté magique que l'ordinateur n'a pas. Et pour avoir un original encadré dans mon salon, je peux vous affirmer que c'est magnifique.

- Liberge, Éric
Là encore nous voilà confrontés à un artiste, qui réalise ses cases sur des toiles avant de les agencer sur une planche. Il fait parti de mes auteurs préférés. Il m'a fait vibrer de nombreuses fois, sur de nombreux albums. Et la plus forte sensation je la lui dois sur Tonnerre rampant, BD dans laquelle il est parvenu à rendre un aspect cinématographique d'horreur avec une explosion d'onomatopées : respect !

- Pendanx, Jean-Denis
Abdallahi est une BD en or. Ces peintures aux couleurs chaudes vous en mettent plein les yeux. C'est magnifique et haut en couleur. Une technique qu'il a réemployée sur Jeronimus par la suite, dans d'autres tons. Du grand art !

- Royo, Luis
Celui-ci ne fait pas de BD, mais il reste un illustrateur et parmi les plus grands. J'ai a peu près tous ses artbooks, je suis un grand fan. Le tarot qu'il a dessiné reste pour moi son œuvre maitresse. Je suis très heureux d'avoir pu le rencontrer au travers d'une dédicace.

- Taniguchi, Jirô
Le troisième et dernier mangaka de ma liste. Taniguchi est un maître incontestable, alliant la finesse du trait à un tramage parfait sur des décors sublimes. C'est beau.

- Varanda, Alberto
Si vous croyez qu'Alberto Varanda c'est seulement quelques guerrières et de gros dragons, vous passez à côté de quelque chose. Non seulement il maîtrise à merveille l'univers et le bestiaire fantastique, mais en plus de ça il est capable de dessiner avec un rafinement hors norme et foultitude de détails. Je trouve souvent dommage que la mise en couleur gomme partiellement cette minutie. Petit Pierrot, dans un tout autre genre, mais tout aussi soigné, est la preuve qu'il sait aussi varier son style graphique.
Une petite visite sur son blog et vous verrez !

- Wendling, Claire
Pour avoir essayé de reproduire l'un de ses dessins, j'ai pu me rendre compte ô combien elle avait l'œil pour les proportions et la musculature. Son travail sur Les Lumières de l'Amalou reste pour moi sa plus belle réalisation.

Top 15 de Badelel (par ordre alphabêtique et sans aucun argumentaire) :

- Bilal, Enki
- Civiello, Emanuel
- Gimenez, Carlos
- Gravé, Vincent
- Guarnido, Juanjo
- Inoue, Takehiko
- Ledroit, Olivier
- Liberge, Éric
- Pendanx, Jean-Denis
- Pratt, Hugo
- Royo, Luis
- Sandoval, Tony
- Schuiten, François
- Varanda, Alberto
- Wendling, Claire

Et vous, qui sont vos 15 illustrateurs favoris ?

3 Juin 2011 :
Après l'absence du TOP BD BLOGGEUR le mois précédent à cause de nos petits problèmes de dysfonctionnement, revoilà le top de Yaneck, issu de son blog Les chroniques de l'invisible.
Alors en deux mois, vous pensez que ça a bougé ?
Quelques entrées, dont le Cerebus de Dave Sim et l'excellent From Hell d'Alan Moore, deux comics qu'on a particulièrement apprécié ici.
Des sorties aussi, et non des moindres : Kick Ass, Corto Maltese, Death Note, Jeronimus... Quel dommage tout de même pour Corto ! Mais il reviendra, les vrais pirates ne meurent jamais !

01. (+1)Persepolis19.5/20
02. (-1)Le journal de mon père19.38/20
03. (+3)Elmer18.69/20Avis BenDis
04. (=)Maus18.63/20
05. (=)Universal War One (série)18.58/20Avis BenDis
06. (+1)Le Grand pouvoir du Chninkel18.5/20
07. (-4)Batman Dark Knight18.5/20
08. (=)V Pour Vendetta18.44/20Avis BenDis
09. (=)Quartier Lointain18.39/20Avis BenDis
10. (=)Asterios Polyp18.33/20Avis BenDis
11. (=)Black hole18.33/20
12. (+1)Pinocchio18/20
13. (N)La fin du monde18/20
14. (=)L'ascension du haut-mal (série)18/20
15. (=)Légendes de la Garde (série)17.9/20
16. (=)Trois ombres17.85/20Avis BenDis
17. (+6)Poulet aux prunes17.83/20
18. (-1)Pyongyang17.79/20
19. (-7)Blankets17.78/20
20. (+11)Walking Dead (série)17.73/20
21. (-2)La mémoire dans les poches (série)17.7/20
22. (-2)Un ciel radieux17.7/20
23. (-1)L'âme du Kyudo17.67/20Avis BenDis
24. (N)Cerebus17.63/20Avis BenDis
25. (-1)Nous ne serons jamais des héros17.53/20
26. (-1)Un homme est mort17.5/20
27. (N)Welcome to the death club17.5/20
28. (-2)Le signe de lune17.43/20Avis BenDis
29. (-2)Omni-visibilis17.42/20Avis BenDis
30. (-2)Couleur de peau miel (série)17.39/20Avis BenDis
31. (-10)Kraa - La vallée perdue (série)17.38/20
32. (-3)Le sommet des dieux (série)17.38/20
33. (-3)Undercurrent17.38/20
34. (+7)Voyage aux îles de la désolation17.38/20
35. (-2)Rides17.33/20
36. (-2)Batman Guerre au crime17.33/20
37. (N)Gemma Bovery17.33/20
38. (-3)Je ne mourrai pas gibier17.3/20Avis BenDis
39. (-21)De Cape et de crocs (série)17.21/20Avis BenDis
40. (-3)Pluto (série)17.21/20Avis BenDis
41. (-5)Alpha... directions17.18/20Avis BenDis
42. (-3)Elle ne pleure pas elle chante17.17/20
43. (-3)L'orme du Caucase17.17/20
44. (N)Le complot17.11/20
45. (-3)Ayako (série)17.1/20
46. (-3)Où le regard ne porte pas (série)17/20Avis BenDis
47. (-3)L'orchestre des doigts (série)17/20
48. (-3)Rural !17/20
49. (N)From Hell17/20Avis BenDis
50. (-4)Haunt (série)17/20

29 Mai 2011 :

Par David, sur k.bd :
Il est minuit, l'heure du crime, quand j'entame enfin cette ultime synthèse, le dernier dossier consacré aux serials killers. La réunion vient de se terminer. Chacun a donné son avis. Le bureau sent le tabac froid, le whisky tiède et résonne encore du son des débats autour de Torso. Il fait sombre dans la pièce, sombre comme ce livre à la couverture macabre. Torso, le premier tueur en série américain. C'est historique. Un peu de fiction pour faire joli mais la plupart des faits sont là. Elliot Ness à Cleveland, les meurtres, les torses retrouvés, membres arrachés, un monstre sacré face à un monstre insaisissable. Voilà de quoi alimenter les peurs et ma synthèse.
Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de Torso dans son intégralité !

22 Mai 2011 :

Par Lunch, sur k.bd :
Mai sonne comme le mois des tueurs en série sur k.bd.
Nous avons commencé par l'emblématique Henri Désiré Landru, mis en lumière à sa façon par Chabouté. Puis nous avons peu à peu laissé de côté l'Histoire pour se porter, plus légèrement, vers la fiction. La vie de Norman (Stan Silas) tout d'abord, puis Monster (Naoki Urasawa), plus récemment.
Le retour à la réalité n'en sera que plus glaçant. Car je vous propose de poursuivre la thématique avec le serial killer le plus légendaire qui soit. Criminel souvent repris au travers de la littérature mais jamais attrapé : Jack the Ripper (Jack l'éventreur) !

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique de From Hell dans son intégralité !

18 Mai 2011 :
Cela ne vous aura pas échappé, tout ne fonctionne pas très bien depuis la remise en ligne du site.
Si pour la visualisation des images, c'est anecdotique (on peut s'en passer), pour ajouter des commentaires par contre... c'est plus embêtant !
Il va donc falloir faire sans jusqu'à la fin du mois, date à laquelle nous devrions de nouveau avoir un site 100% fonctionnel.
En attendant, faites-nous parvenir vos commentaires tout de même, par mail ou sur le livre d'or ! On les déplacera ensuite vers l'endroit approprié lorsque tout sera remis en place.
Encore désolé pour toutes ces péripéties (dont on se serait bien passées).



16 Mai 2011 :
Long time no see, comme on dit !
Vous l'aurez compris, nous avons subi une grosse panne qui nous a privé du site pendant près de trois semaines. La faute à notre système d'hébergement, puisque le site est sur le serveur d'un ami. Du coup, quand il y a un crash sur l'ordinateur, on paie directement les pots cassés.
Là, c'était carrément un souci matériel, il a donc fallu le temps de récupérer les données et de migrer le site sur un hébergement de secours.
Voilà, vous savez tout ! Et pour être tout à fait franc, ça nous a manqué !

Maintenant, en trois semaines, vous avez forcément loupé pleins de choses, notamment du côté de chez k.bd. En effet, exit le mois sur les biographies fictives, nous sommes maintenant en pleine thématique serial killers. De la bonne bande dessinée à lire en perspective. Nous avons débutée sur Landru, poursuivi sur La vie de Norman et dernièment; Monster.
Je vous laisse découvrir tout ça. Et puis de notre côté, on va essayer de reprendre le rythme petit à petit (et Mo', on n'oublie pas le petit questionnaire ;)

Juste pour le plaisir des yeux, nous vous donnons les visuels des albums chroniqués sur k.bd que nous prépare comme toujours, et avec autant de talent, notre ami Zorg.

24 Avril 2011 :

Par Mo', sur k.bd :
Au rayon des biographies fictives, après le traitement « nouvelle vague » de David Mazzucchelli, l'exploration fantastique de Jiro Taniguchi et l'approche anthropomorphique de Gerry Alanguilan, nous vous proposons aujourd'hui un traitement du sujet plus classique avec l'ouvrage de Manuele Fior.
Manuele Fior est un artiste en plein essor. Cet auteur italien compte déjà plusieurs albums à son actif, dont quatre ont été traduits et publiés en français : Les gens le dimanche et Icarus chez Atrabile, Mademoiselle Else chez Delcourt. Cinq mille kilomètres par seconde est le dernier album en date à avoir obtenu le Fauve d'Or à Angoulême.

Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique d'Elmer dans son intégralité !

18 Avril 2011 :

Par Zorg, sur k.bd :
Cette semaine, c'est moi qui ai l'honneur de continuer à vous faire découvrir le thème intitulé « biographies fictives », choisi par l'équipe de K.BD pour être le thème de ce mois d'avril aux allures estivales. Faisons un pas de plus, et quittons le quartier lointain de Jirô Taniguchi pour nous intéresser à une bande dessinée tout à fait étonnante, Elmer de Gerry Alanguilan.
Cliquez sur le visuel pour découvrir la chronique d'Elmer dans son intégralité !

10 Avril 2011 :

De Badelel, sur k.bd :
Dans la continuité du thème sur les biographies fictives, voici une œuvre qui fera sans nul doute l'unanimité. En tous cas, les quatre chroniqueurs de la semaine, David, Lunch, Yvan et moi-même avons été enchantés par cette découverte (ou cette relecture). Biographies fictives disions-nous. Celle-ci est assez singulière dans sa construction puisqu'elle intègre un élément fantastique, le voyage dans le temps. Mais point de science fiction là-dedans, nous vous emmenons loin des shônens ultra-rythmés et entrons ici dans le monde nostalgique de Jirô Taniguchi. Bienvenue dans un univers poétique fait d'émotions simples et sincères.

9 Avril 2011 :
Festival des bulles de haut de Garonne 2011 à Cenon : Errata

J'ai eu certaines informations au cours de la semaine dernière qui nécessite, à mes yeux, une correction sur mon commentaire de l'autre jour.

- BD Fugue et Album ont décidé cette année de s'organiser concernant les Bulles en Haut de Garonne et l'Escale du Livre qui ont lieu chaque année à une semaine d'écart. En conséquence, le stand librairie représentait les deux librairies à la fois.
- Un stand a été proposé à 9-33, Eric a décliné l'invitation, estimant qu'un stand n'était plus nécessaire et qu'il préférait être présent de façon plus informelle.

Badelel

3 Avril 2011 :

Après un mois de mars consacré aux innovations et aux spectacles graphiques, et pour entamer un mois d'avril dévolu aux " biographies fictives " - je sais, le titre peut paraître pompeux, et j'en assume la paternité ! - voici pour commencer un parfait album charnière, sorti discrètement dans notre cher hexagone à l'automne dernier et placé très justement - et fort heureusement - sous les feux des projecteurs par un Prix Spécial à Angoulême en 2011 : Asterios Polyp, le grand œuvre de David Mazzucchelli.

Début de mois, nouveau thème sur k.bd. Ce mois-ci, nous abordons la biographie fictive. De très beaux albums en perspective, la plupart récompensés par de grands prix de la bande dessinée (et certains en devenir, cela ne fait pas l'ombre d'un doute). Ouverture avec Asterios Polyp par Champi, également animateur du Raging Bulles de Toulon. À lire avec délectation !

1er Avril 2011 :
Le retour du TOP BD BLOGGEUR issu du blog de Yaneck Les chroniques de l'invisible avec ce nouveau mois.
Parait qu'on est les contributeurs du mois, parce qu'on a lu les bons titres qui ont fait bouger ce classement. Une contribution qui devrait se poursuivre puisque cinq albums du top sont encore dans notre pile de lecture.
En tout cas, très heureux de voir les entrées d'Alpha et d'Elmer dans le top !
Du côté des rebondissements, c'est un coup de tonnerre, puisqu'il s'agit de la chute de l'année avec la disparition de ce top de Watchmen (qui était jusque là 4ème). La faute à la critique (constructive) de Cachou, que je vous laisse découvrir.

01. (=)Le journal de mon père19.67/20
02. (=)Persepolis19.38/20
03. (=)Batman Dark Knight19/20
04. (+1)Maus18.92/20
05. (+1)Universal War One (série)18.58/20Avis BenDis
06. (N)Elmer18.57/20Avis BenDis
07. (=)Le Grand pouvoir du Chninkel18.5/20
08. (+1)V Pour Vendetta18.44/20Avis BenDis
09. (+2)Quartier Lointain18.2/20Avis BenDis
10. (-2)Asterios Polyp18.33/20Avis BenDis
11. (-1)Black hole18.33/20
12. (=)Blankets18/20
13. (=)Pinocchio18/20
14. (=)L'ascension du haut-mal (série)18/20
15. (N)Légendes de la Garde (série)17.9/20
16. (-1)Trois ombres17.83/20Avis BenDis
17. (-1)Pyongyang17.79/20
18. (-1)De Cape et de crocs (série)17.75/20Avis BenDis
19. (-1)La mémoire dans les poches (série)17.7/20
20. (-1)Un ciel radieux17.7/20
21. (N)Kraa - La vallée perdue (série)17.67/20
22. (-2)L'âme du Kyudo17.67/20Avis BenDis
23. (N)Poulet aux prunes17.67/20
24. (-3)Nous ne serons jamais des héros17.53/20
25. (-3)Un homme est mort17.5/20
26. (-2)Le signe de lune17.43/20Avis BenDis
27. (-2)Omni-visibilis17.4/20Avis BenDis
28. (-2)Couleur de peau miel (série)17.39/20Avis BenDis
29. (-2)Le sommet des dieux (série)17.38/20
30. (-2)Undercurrent17.38/20
31. (-1)Walking Dead (série)17.36/20
32. (-3)Kick Ass (série)17.35/20
33. (-2)Rides17.33/20
34. (-2)Batman Guerre au crime17.33/20
35. (-2)Je ne mourrai pas gibier17.3/20Avis BenDis
36. (N)Alpha... directions17.23/20Avis BenDis
37. (-3)Pluto (série)17.21/20Avis BenDis
38. (-3)Quai d'Orsay17.2/20Avis BenDis
39. (-3)Elle ne pleure pas elle chante17.17/20
40. (-3)L'orme du Caucase17.17/20
41. (N)Voyage aux îles de la désolation17.17/20
42. (-4)Ayako (série)17.13/20
43. (-3)Où le regard ne porte pas (série)17/20Avis BenDis
44. (-4)L'orchestre des doigts (série)17/20
45. (R)Rural !17/20
46. (N)Haunt (série)17/20
47. (-6)Corto Maltese (série)16.94/20Avis BenDis
48. (-6)Chroniques birmanes16.93/20
49. (-6)Death Note (série)16.88/20
50. (-6)Jéronimus (série)16.88/20Avis BenDis

30 Mars 2011 :
Cela ne vous aura pas échapé, nous avons eu un problème de serveur depuis quelques jours. Voilà qui est rétabli (ouf) !
Je vous laisse découvrir ce que vous avez loupé, avec les nouvelles du 27 et 28 Mars, ou la chronique de Badelel sur Asterios Polyp. D'autres chroniques à venir très prochainement !
Bonne lecture !

28 Mars 2011 :
Festival des bulles de haut de Garonne 2011 à Cenon

Déçus

Ce week-end se déroulait le festival Bulles en Haut de Garonne à Cenon et nous étions impatients de nous y rendre. Nous avons toujours eu une bonne image de ce festival bon enfant qui à mesure de son évolution, s'est développé de façon positive. Récupération de l'ancien festival d'Artigues, les orgas ont dû relever un sacré défi pour prendre la suite d'un tel événement. Quatre communes de la rive droite (Cenon, Lormont, Bassens et Carbon Blanc) se répartissent depuis de nombreuses années l'accueil du festival.
Cette année, déception. Sans doute plus lié à la commune qu'aux organisateurs du festival d'ailleurs, même s'ils n'y sont pas à 100% étrangers. La Ville de Cenon a investi l'année dernière dans un bâtiment dédié à la culture : le Rocher de Palmer. Du coup, vu que cette année c'était au tour de Cenon d'accueillir Bulles en Haut de Garonne, ils ont mis ce tout nouveau complexe à la disposition des organisateurs. Aussi vais-je être extrêmement critique.

Tout d'abord les premières impressions :
- Il fallait savoir que le festival était ce week-end, et l'attendre ! Nous avons appris la date par le blog bandes dessinées à Bordeaux. En tant que bibliothécaire, j'ai reçu l'affiche et quelques prospectus seulement 2-3 jours avant.
- Festival mal voire pas du tout fléché. En général, on le voit de loin, même quand on ne sait pas très très bien où l'on va. Le fléchage permet d'attirer en plus une population qui n'avait pas forcément décidé de s'y rendre de base, et en plus, vu la proximité avec le tram, ça aurait pu dépoter.

Mauvais point sur la communication donc, mais vu la suite, ce n'était finalement pas beaucoup plus mal : on aurait difficilement rentré plus de monde dans le bâtiment.
L'aménagement des locaux a obligé les organisateurs à disséminer les différents aspects du festival.
- La librairie (hé oui, une seule ! vraiment dommage, mais on se demande encore où ils en auraient mis une seconde !) paumée dans une petite pièce tout au fond. Je ne suis pas certaine que BD Fugue ait fait beaucoup de chiffre !
- Les bouquinistes se sont retrouvés coincés dans des petits recoins de couloirs, le merdier !
- Les auteurs en dédicace ? Les couloirs aussi. On sait d'expérience que c'est rarement un choix judicieux.
- De toutes façons, il n'y a que des couloirs. La preuve : les expos ? Couloirs aussi. Du coup j'ai trouvé l'expo BD scolaire beaucoup moins ludique que d'habitude. Parce que pour moi, la meilleure expo des Bulles en Haut de Garonne, c'est généralement celle des élèves, qui travaillent avec les auteurs en résidence et des plasticiens. Les meilleures expos de BD scolaire sont aux Hauts de Garonne. Pas cette année. Normal, il n'y avait pas de place ! Alors les élèves ont exposé des dessins. Sympa mais réducteur par rapport à leur travaux habituels.
- Les animations étaient disséminées dans les salles du complexe (finalement non il n'y a pas seulement des couloirs là-dedans) au sous-sol. La plus facile d'accès reste la salle de cinéma. Un couloir (oui je sais, ce mot apparaît souvent) permet normalement d'accéder aux autres salles, mais une porte coupe-feu qui fait séparation était fermée à clef. Donc pour voir le reste, il faut remonter au rez-de-chaussée, traverser les couloirs encombrés d'auteurs et de files d'attente puis les couloirs encombrés de gens qui regardent les expos pour redescendre par un autre escalier. Simple, si si !!! L'an dernier, les interventions d'auteurs s'étaient faites dans le même espace que les dédicaces, ce choix nous avait semblé sympa. Ça ne risquait pas d'arriver cette année.
- Moins de stands, c'était donc inévitablement l'absence de 9-33 qui ne prend pourtant pas beaucoup de place !
- Le festival laisse toujours un coin sympa avec BD à disposition pour la lecture. Cette année, les BD étaient à la buvette, le seul endroit un minimum spacieux. Mais pour lire, il fallait s'installer à une table, puisque l'espace ne permettait pas d'accueillir les habituels fauteuils confortables.
D'ailleurs la buvette... Habituellement, le festival met en place sa propre buvette, mais là, la salle en était déjà équipée, avec le personnel et tout donc facile, on laisse la salle gérer le truc. Donc au lieu du festival de la BD, on a eu droit au festival de la grimace ! Surtout que le serveur râlait constamment parce qu'on avait assez pour payer les conso mais pas assez pour prendre les verres consignés. Ben non : pas l'habitude, ça ne marche pas comme ça d'habitude... Pour les auteurs : deux tickets par jour permettent d'accéder chacun à une boisson. Byzance !!! Eux qui ont l'habitude d'être aux petits soins par les organisateurs...

Bref, au final, rien n'était bien !
Nous avons quand même discuté quelques minutes avec notre ami Jean-Luc Sala qui nous a appris qu'il s'était cassé le coude (bêtement, mais on va vous épargner les détails ^^) à Angoulême, ce qui l'avait mis bien en galère par rapport à l'avancement de ses travaux. Une contrariété de plus avec Le Lombard qui, incapable de gérer ses stocks correctement, a décidé de mettre fin encore plus brutalement que prévu à Bakemono qui ne se terminera donc jamais.

Une journée délicieuse, avec en prime un changement d'horaires pour se motiver !

27 Mars 2011 :

Cette semaine, c'est à moi que revient la lourde tâche de poursuivre, le thème " au-delà des cases ". J'ai décidé, pour clore ce mois en beauté, de vous parler d'un chef-d'œuvre de la bande dessinée. Un de plus me direz-vous. Vous auriez raison ! Car le neuvi&eagrave;me art regorge de talents, jugez un peu :
Je vous propose un voyage au-delà du temps et de l'espace. Laissez-moi vous emmener dans un monde pas si lointain. Laissez-vous portez par la magie d'Alpha, par cette merveilleuse histoire qui est la nôtre, au travers de l'œuvre audacieuse de Jens Harder.
Suite et fin du mois Au-delà des cases sur k.bd, et cette fois, c'est Lunch qui vous guide. Laissez-vous tenter en suivant le lien !

20 Mars 2011 :

" Génie ", " légendaire ", " intouchable ", " maître "... Les mots les plus forts ne manquent pas pour évoquer Will EISNER (1917-2005), un des pères de la bande dessinée moderne. Et à raison. Car l'auteur du Spirit, de Un Pacte avec Dieu, et d'innombrables histoires courtes recueillies sous le titre Big City, occupe une des plus hautes places au panthéon des auteurs de comics.
C'est cette semaine au tour de Champi d'apporter sa pierre à l'édifice sur le thème Au-delà des cases. Avec Un pacte avec Dieu, c'est l'occasion de parler de l'un des plus grands noms de la bande dessinée. Venez nous lire sur k.bd.

19 Mars 2011 :
Pour ceux qui étaient au festival d'Angoulême 2011 et qui voudraient revoir certaines rencontres. Mais aussi pour ceux qui n'y étaient pas et qui souhaiteraient voir ce que nous avons pu apprécier sur place, voilà quelques vidéos trouvées sur la toile :
- Mathieu Bonhomme et Lewis Trondheim pour Omni-visibilis
- Frederik Peeters pour Château de sable
Bon visionnage !

13 Mars 2011 :

Nouvel album, nouveau voyage à travers les images et les codes de la bande dessinée. Avec Là où vont nos pères, Shaun Tan explore un mode de récit à la fois classique et surprenant. Avec un parcours d'illustrateur de livres d'images, il expérimente en même temps que nous une technique qu'il connait peu, accompagné d'illustrations absolument sublimes. Jugez un peu...
Le thème Au-delà des cases se poursuit sur k.bd, avec Là où vont nos pères. Un album qui consacré à Angoulême en 2008. Laissez-vous emporter dans ce monde fort, surprenant et engagé. Badelel vous montre le chemin !

6 Mars 2011 :

Emerveillés par nos épopées du mois dernier autour de l'heroic fantasy, nous n'avons pas souhaité rompre le charme et partons du côté du voyage graphique. Rangeons armes et boucliers, installons nous confortablement dans notre canapé douillet car ce mois-ci... vous allez en prendre plein les yeux. Ce nouveau périple mensuel se fera donc " au-delà des cases " auprès d'auteurs qui ont exploré de nouveaux codes visuels. En mettant la sémantique au service des visuels, ils démontrent que la page peut être une entité malléable. Il n'y a plus qu'à laisser opérer la magie pour que les images éveillent les sens du lecteur.
Nouveau mois, nouveau thème sur k.bd, avec Sharaz-De, de Sergio Toppi. Une synthèse de Mo'.

2 Mars 2011 :
Après un mois d'absence, voici le classement "TOP BD BLOGGEUR" du blog de Yaneck Les chroniques de l'invisible qui revient.
Non pas qu'il ait pris une pause, c'est de notre côté que le top n'a pas été diffusé. Oubli réparé !
Et en deux mois, il s'en est passé des choses... des disparitions (Murena, Magasin général, Il était une fois en France, Petit Pierrot, Happy, et même Blacksad !)
Pas mal de chamboulements donc, y compris dans le classement. On vous laisse regarder ça :

01. (N)Le journal de mon père19.67/20
02. (N)Persepolis19.38/20
03. (N)Batman Dark Knight19/20
04. (-1)Watchmen18.88/20
05. (-4)Maus18.78/20
06. (-2)Universal War One (série)18.58/20Avis BenDis
07. (-2)Le Grand pouvoir du Chninkel18.5/20
08. (-6)Asterios Polyp18.5/20
09. (-3)V Pour Vendetta18.44/20Avis BenDis
10. (N)Black hole18.33/20
11. (-2)Quartier Lointain18.2/20
12. (-1)Blankets18/20
13. (-1)Pinocchio18/20
14. (N)L'ascension du haut-mal (série)18/20
15. (+7)Trois ombres17.83/20Avis BenDis
16. (-3)Pyongyang17.79/20
17. (-9)De Cape et de crocs (série)17.75/20Avis BenDis
18. (-2)La mémoire dans les poches (série)17.7/20
19. (+2)Un ciel radieux17.7/20
20. (-6)L'âme du Kyudo17.67/20Avis BenDis
21. (-4)Nous ne serons jamais des héros17.53/20
22. (-3)Un homme est mort17.5/20
23. (N)Le petit Christian (série)17.5/20
24. (-14)Le signe de lune17.43/20Avis BenDis
25. (N)Omni-visibilis17.4/20Avis BenDis
26. (-8)Couleur de peau miel (série)17.39/20Avis BenDis
27. (+23)Le sommet des dieux (série)17.38/20
28. (-13)Undercurrent17.38/20
29. (+2)Kick Ass (série)17.35/20
30. (-4)Walking Dead (série)17.35/20
31. (-8)Rides17.33/20
32. (-8)Batman Guerre au crime17.33/20
33. (-13)Je ne mourrai pas gibier17.3/20Avis BenDis
34. (+2)Pluto (série)17.21/20Avis BenDis
35. (N)Quai d'Orsay17.2/20Avis BenDis
36. (N)Elle ne pleure pas elle chante17.17/20
37. (N)L'orme du Caucase17.17/20
38. (-8)Ayako (série)17.13/20
39. (+2)Où le regard ne porte pas (série)17/20Avis BenDis
40. (-8)L'orchestre des doigts (série)17/20
41. (+6)Corto Maltese (série)16.95/20Avis BenDis
42. (-5)Chroniques birmanes16.93/20
43. (-18)Death Note (série)16.88/20
44. (-10)Jéronimus (série)16.88/20Avis BenDis
45. (-7)Terre-Neuvas16.86/20
46. (N)Fais péter les basses Bruno !16.86/20
47. (N)Cancer in the city16.83/20
48. (N)Page noire16.83/20
49. (R)Rosalie Blum16.82/20
50. (-11)Ikigami (série)16.75/20

27 Février 2011 :

Que tous les trolls de passage se réjouissent, l'aventure continue ! Loin d'être rassasié par les Légendes des Contrées Oubliées, par Alim le Tanneur et par le Donjon de Joann Sfar et Lewis Trondheim, le mois de l'Heroic Fantasy de K.BD vous invite maintenant chez l'éditeur qui s'est profilé comme LE spécialiste du genre au fil des années. Quoi ? Ce catalogue ultra-formaté qui inonda le monde du neuvième art dans les années 90 vous effraye ? N'ayez pas peur ... suivez-moi ... car vous verrez, au pays d'Arleston, il y a encore du très bon ! Là, regardez cette couverture assez rude, aux tons sépia, qui semble sortir du lot ... Servitude ... allez hop, on prend celui-là !
Conclusion de ce mois à thème sur l'Heroïc Fantasy sur k.bd avec Servitude. Une synthèse proposée par Yvan, qui nous plonge dans un univers médiéval fantastique de toute beauté. Forcément, nous, on a adoré !

20 Février 2011 :
Cela fait quelques temps que nous y pensons. Voilà qui est fait ! Dorénavant, il n'y aura plus de notes dans nos chroniques.
La raison est simple, nous trouvions que cela portait parfois préjudice à nos avis, que la note n'exprimait pas aussi bien notre opinion que les mots, qu'elle faisait doublon. Son inutilité nous a paru alors évidente.
La baisse d'activité de ces derniers jours est en partie due à cette suppression des notes (elles ont toutes disparues du site), puisque nous en avons profité pour ressencer toute notre bibliothèque. Un vaste chantier !
Cela ne remet bien évidemment pas en cause notre participation au top BD de Yaneck (dont nous nous excusons de la non publication du top du mois dernier), nos notes sont stockées bien au chaud sur nos ordinateurs.
Allez, reprenons le travail maintenant avec notre premiére chronique depuis le festival d'Angoulême : Cinq mille kilomètres par seconde. Le fauve d'or, quand même, on pouvait pas passer à côté !

20 Février 2011 :

La ville de Bramhalem vit dans la foi. La religion dit que le prophète Jésameth est parti sur l'océan pour parler aux dieux, et depuis il est devenu un saint. Toutes les lois de la cité sont désormais basées sur cette croyance. Mais voilà que Alim, humble tanneur hors-caste, et sa fille Bul, découvrent l'armure de Jésameth dans le ventre d'un monstre marin. Ils tiennent dans leurs mains la preuve que la religion et tout le système social de Bramhalem sont infondés.
Le mois Heroïc Fantasy se poursuit sur k.bd avec Alim le tanneur. Une synthèse rédigée par Badelel que nous vous engageons à découvrir.

13 Février 2011 :

Alors que je me porte volontaire pour la synthèse de cette merveilleuse épopée, je me rends compte ô combien est difficile la noble tâche qui consiste à prendre le relais de David, tant son engouement pour le genre est communicatif et sa prose pétillante.
Cette quête, issue des cerveaux torturés de Joann Sfar et Lewis Trondheim, aurait de quoi faire frémir bon nombre d'aventuriers. Mais puisque nous sommes équipés, gardons notre couvre-chef, car nous en aurons bien besoin dans ce Donjon labyrinthique débordant de monstres, de trésors et de surprises.
Deuxième semaine Heroïc Fantasy sur k.bd avec Donjon. Le projet le plus abracadabrant de la bande dessinée ? À vous de juger !

10 Février 2011 :
Le 7 février, nous fêtions les 1 ans de k.bd. Et il s'en est passé des choses en une année, il y en a eu des évolutions...
Aujourd'hui, nous sommes très heureux de faire partie de la bande et de partager ensemble ce qui est pour nous une incroyable aventure humaine. Et on espère aussi que vous partagez un peu avec nous cet engouement.

6 Février 2011 :

Aux confins du web dans la blogosphère où règnent les trolls et leurs commentaires acerbes, un petit groupe de chroniqueurs se lance dans une quête d'où seuls les plus courageux - ou les plus fous c'est selon - reviendront. Les héros de K.BD ont un mois pour rédiger les synthèses des plus grands faits d'armes de l'histoire de la bande dessinée. Préparez-vous pour l'aventure, les larmes, affutez vos épées et roulez vos parchemins, ajustez vos strings en peau de léopard et votre casque à cornes de vaches helvétiques : voici le mois Heroic Fantasy ! Ô toi, poète du phylactère ne passe pas ton chemin aux seuls sons de ces mots ignominieux ! Apprête-toi et rejoins-nous pour découvrir l'Epopée qui deviendra peut-être Légende !
Régalez-vous de la suite de cette synthèse faite par David sur k.bd !

3 Février 2011 :
De retour du 38ème festival internationnal de la bande dessinée d'Angoulême 2011 !

Suite à cette photographie prise dans l'exposition dédiée au travail de Baru, nous allons vous faire partager un peu du festival 2011. Ce n'est pas forcément le vôtre ou celui de tout le monde, c'est ce que nous avons vécu durant ces quatre jours de rencontres, de débats, d'expositions et de concerts. Un festival toujours aussi riche, et dans lequel cette impression de ne pas être en mesure de pouvoir être partout à la fois a été exacerbée cette année. Qu'avons-nous vu et que vous auriez loupé ? Qu'avons-nous raté, faute de temps ?

Napoli-centro
Ce petit restaurant fort sympathique, nous en avions déjà fait l'éloge sur BenDis. Mais nous tenons à renouveler toute notre amitié à son gérant toujours fort agréable et accueillant. Et puis, ses pizza sont tellement bonnes qu'on ne saurait s'en passer :)
Petit changement cette année, nous y sommes allés le mercredi soir, histoire d'éviter la foule du festival. Quelle bonne idée nous avons eu, car c'était plein certes, mais c'était un peu plus accessible :)
Mais ce n'était pas la seule surprise, puisque la table voisine nous évoquait quelques têtes pas inconnues. Lunch a rapidement mis un nom sur l'une d'elles, et non des moindres, puisqu'il s'agissait de Baru, le président du festival 2011 (rien que ça). Un homme en costume accueillait tout au long de la soirée d'autres personnes à la table, il s'agissait - nous l'avons appris après - de Benoît Mouchart, directeur artistique du festival. Il y avait vraisemblablement aussi le guitariste de Bashung, Yan Péchin. Laissons quelques instants libre cours à notre imagination...
_ Vous étiez où vous mercredi soir ?
_ Oh, je mangeais une pizza avec Baru dans un petit restaurant.
_ Sur Angoulême ?
_ Oui, au Napoli-centro, 13 Rue Raymond Audour !
Nota Bene : Pour la prochaine fois, 1/4 de pizza par personne, c'est largement suffisant.

Les dédicaces
Tout au long du festival, nous avons eu la chance de rencontrer divers auteurs par le biais de dédicaces. Certains étaient très accessibles, d'autres l'étaient un peu moins. Mais c'était à chaque fois un plaisir de se trouver devant eux, d'échanger, de discuter, durant ces précieuses minutes pendant lesquelles ils dessinaient pour nous sur nos albums.
Un exercice d'exhibition bien loin du travail qu'ils fournissent chaque jour, comme le disait très justement Michel Plessix. Mais aussi un moment privilégié entre l'auteur et le lecteur.
Nous nous devons donc de remercier tous ceux qui ont croisé notre chemin sur ce festival par le biais des dédicaces (nous reviendrons sur les rencontres plus tard) :
Tony Sandoval, Jimmy Beaulieu, David Ratte, Étienne Willem, Alfred, Lewis Trondheim, Arthur de Pins, Benjamin Lacombe, Cromwell et Catmalou, Michel Plessix, Chloé Cruchaudet, Emmanuel Civiello, Manuele Fior et Frederik Peeters.
Mention spéciale pour Juanjo Guarnido et son compère Juan Diaz Canales, qui ont voulu satisfaire tous leurs fans au détriment de leur plaisir personnel, en dédicaçant 120 personnes en seulement 2h30 le jeudi... c'était courageux, pas forcément utile, épuisant (pour eux), mais ça partait d'une intention louable et tellement généreuse... vous méritez tout le bien qu'on pense de vous !

Et puisqu'il n'y a pas de festival sans polémique autour des tickets, nous voudrions revenir sur une chose qu'on a lue sur le forum BDGest et qu'on trouve totalement aberrante :
Cette année, Delcourt a décidé de mettre fin à sa traditionnelle distribution chaotique de tickets. Pour ceux qui ne s'en souviennent pas, il s'agissait d'être dans la file et de prendre chacun son tour un petit bout de papier, sur lequel était indiqué s'il était gagnant ou perdant. Sauf que chaque fois, cela se finissait de la même façon : le groupe de tête restait devant, la file (ou plutôt l'amas) n'avançait pas et ceux de devant piochait les tickets à pleine main. Bref, seule une poignée de personnes concentrait tous les tickets.
Mais cette fois ci, plus de problème. Enfin une solution pour annihiler cette cohue sans nom ! Tout achat d'un album sur le stand Delcourt permettait de déposer, si on le souhaitait, un petit papier avec son nom dans une urne assignée à un dessinateur en dédicace dans la journée. Un tirage au sort déterminait ensuite les heureux gagnants. Et pour ceux qui souhaitaient forcer le destin, ils pouvaient toujours mettre plusieurs tickets en achetant plusieurs albums. Simple, efficace.
Seulement voilà, il y a et il y aura toujours des mécontents. Alors quand nous lisons sur BDGest que certains pensent porter plainte et obtenir remboursement de leurs achats... ceux là ont oublié qu'ils ont acheté des albums de leur plein gré, qu'une dédicace n'est pas un dû ! Et à ceux là on a aussi envie de dire qu'on a apprécié pour une fois que ce ne soit pas toujours les mêmes qui gagnent. Nous concernant, nous avons acheté des albums que nous comptions acheter, nous n'avons pas été forcés à le faire, et nous n'avons jamais mis plus d'un ticket par urne. La chance nous a souri 2 fois sur 3, comme quoi...
Alors même si nous sommes les seuls à le dire : Merci Delcourt !

L'espace FNAC - SNCF

L'an dernier, nous avions aperçu quelques fragments de rencontres organisées dans le chapiteau dédié à la sélection officielle. Du coup, cette année, nous avons décidé de participer à quelques unes d'entre elles. Grand bien nous en a pris, cela nous a permis d'admirer tout au long du festival l'évolution de cette magnifique planche de coloriage géante. Au début parfaitement dénuée de couleur, voilà à quoi elle ressemblait le dimanche à 10h (photo au-dessus). C'était également l'occasion d'apprécier les explications et le travail de certains nominés :

Arthur de Pins

Arthur de Pins est surtout connu pour son travail sur Péchés Mignons, paru chez Fluide Glacial. Mais il est aussi l'auteur d'un court métrage, la révolution des crabes, qui a fait frémir les amateurs du genre pendant de longs mois, glanant pas moins de 31 prix !
Mais voilà, pas évident de trouver des mécènes pour faire un long métrage. Marre de faire des ronds de jambe à n'en plus finir. Le scénario était prêt, le storyboard était écrit dans son ensemble : pourquoi ne pas le faire en BD, tout simplement ?
Fort de sa notoriété BD, Arthur a proposé son œuvre première à divers éditeurs, et c'est Soleil qui s'est montré le plus désireux de partir dans cette aventure. La marche des crabes était née, le premier opus d'une série de trois.
Un album qui s'est tout de même étoffé par rapport au film. Même les crabes carrés ont changé de nom, pour adopter une appellation plus en adéquation avec leur particularité fictive : puisque leur tare est totalement inventée, pourquoi le nom ne le serait-il pas lui aussi ?
Lunch a demandé à l'auteur si les déboires des reporteurs animaliers dans l'album étaient une caricature de ses difficultés à trouver un financement pour son projet, et c'est en effet un clin d'œil.
Quant à la plage en elle-même, elle rappelle l'enfance de l'auteur, le Royan des années 60-70. Une ambiance chère aux films de Tati.
Nous n'étonnerons personne en dévoilant que le pseudonyme d'Arthur de Pins vient de ce court métrage ;)

Manuele Fior

5000 kilomètres par seconde intrigue avec cet album aux tons tellement agréables. L'affluence n'était pourtant pas extrême pour cette rencontre avec l'auteur italien. C'était pourtant un moment très enrichissant, y compris pour nous qui n'avions pas encore lu l'album.
Tout d'abord, contrairement à la plupart des auteurs BD, Manuele Fior travaille sans filet : son histoire naît au fil de son imagination. Elle vit au rythme des personnages et prends le temps nécessaire. Il préfère évoluer ainsi, sans savoir quelle tournure prendra le récit à la fin, plutôt que de rendre rigide un scénario.
Cette pratique rend le travail un peu acrobatique, puisqu'il est obligé de sélectionner les planches qui feront partie de l'album et de ne pas en conserver d'autres. De ce fait, il existe de nombreuses alternatives au scénario, de multiples voies inexplorées. De même, cela l'oblige aussi à devoir compléter son récit, comme ce chapitre 2 venu après l'écriture du 3 pour donner du volume aux personnages.
Quelqu'un a évoqué le graphisme très différent des précédents albums. L'auteur a expliqué avec la métaphore du pinceau épais et du pinceau fin qu'on exprimait des choses très différentes avec deux outils qui l'étaient tout autant. Ici, pour Manuele Fior, la couleur s'impose : elle fait partie de l'histoire. Les couleurs ont été directement appliquées. Et le jaune lui rappelle l'Italie de son enfance, sa chaleur, l'immeuble d'en face...
Enfin, le titre de l'album exprime le temps qui passe et qui éloigne les gens. Il y a pourtant cette technologie qui permet de garder contact malgré la distance, mais même avec un téléphone, lorsque les interlocuteurs sont éloignés, il y a un petit temps de latence, une petite seconde qui donne de la distance aux paroles. C'est cette sensation d'être à la fois proche et éloigné qui a donné le titre à cet album.

Lewis Trondheim et Matthieu Bonhomme

C'était l'un de nos favoris pour les prix du festival cette année, alors nous avons voulu voir ce que donnait la rencontre avec les auteurs de l'excellent Omni-visibilis. Dr&ocic;le et piquant pour certains, comportement hautain pour d'autres, Trondheim était en grande forme (est-il seulement possible du contraire ?).
La création de l'album vient en fait d'un pari : un jour, dans les couloirs d'Angoulême, on a dit à Trondheim qu'il ne savait pas faire d'histoire avec des personnages réalistes, qu'il n'en était pas capable. Ni une ni deux, Lewis a pris le pari, et a aussitôt pensé à Matthieu Bonhomme pour illustrer son scénario. Il se trouvait que justement, Matthieu était à quelques mètres de là. Ils se sont donc mis d'accord sur une collaboration future, d'ici deux ans le temps que ce dernier termine ses projets en cours. Deux ans plus tard, Matthieu Bonhomme avait pris du retard, et ils se sont donc donnés rendez-vous quelques mois après. Manque de bol, lorsque Trondheim revenait encore à la charge, on venait de proposer à Matthieu Bonhomme un coup qui ne se refuse pas : il devait réaliser un XIII. Lewis, sentant que son idée n'attendrait pas plusieurs années de plus, lui dit alors de laisser tomber. Mais au final Matthieu Bonhomme, après une très mauvaise nuit, l'a rappellé pour lui dire qu'il acceptait. Voilà pour l'anecdote.
La collaboration débute alors entre deux auteurs qui n'ont jamais travaillé ensemble. Chacun ses habitudes... Trondheim demande alors à Bonhomme s'il préfère un scénario avec du texte seulement ou s'il veut un storyboard classique comme il les fait d'habitude. Du coup, comme le dessinateur préférait le scénario uniquement écrit, le scénariste a été obligé de faire son storyboard, et ensuite de le réécrire.
Une œuvre réaliste réussie donc, avec un héros con et des amis pas beaucoup mieux dixit Lewis Trondheim. Pour ce qui concerne le dessin, Matthieu Bonhomme s'est essayé à plusieurs applats de couleurs avant de tomber sur ce vert. Pour leur avoir demandé, rien à voir avec le côté aseptisé du personnage finalement.
Et pour la petite histoire, ils comptent remettre ça pour un nouvel album... un western, puisque Matthieu Bonhomme voulait faire un western ;)

Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval

C'était une rencontre un peu spéciale, parce que Fabien Velhmann a beaucoup parlé et qu'on avait du coup l'impression que Gwen de Bonneval était très effacé. Mais l'album est vraiment le fruit de leur collaboration respective, parce que si Velhmann a apporté son idée de scénario, Bonneval est aussi auteur à part entière et avait son mot à dire.
Leur complémentarité s'est étendue jusque dans le dessin, où l'histoire demandait un style simpliste et surtout intemporel. Pari réussi donc pour Bonneval.
Les derniers jours d'un immortel, c'est un récit de science-fiction centré sur le personnage d'Elijah. Il est aussi un peu vieux jeu, rétrograde et incapable d'utiliser la technologie du monde dans lequel il évolue. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir toutes les qualités du monde. C'est un personnage vraiment très important dans le scénario puisqu'il permet de faire le pont entre notre présent à nous et le futur tel qu'il est décrit dans l'album. Il est là pour aider le lecteur dans sa compréhension du futur.
Les évolutions technologiques et les avancées de la science, les auteurs ne voulaient pas en parler. Elles étaient là, on s'en servait, point. Il ne fallait pas perdre des heures à expliquer ce que faisait un personnage, pourquoi il faisait telle ou telle chose, ou comment un truc fonctionnait.
Mais au final, l'album est surtout l'occasion de provoquer le questionnement chez le lecteur. Sur les rapports sexuels (le transformisme est-il de la pédophilie ?), sur la mémoire (il y a toujours une contrepartie à toute chose).
Côté graphisme, plusieurs questions se sont posées durant la création du livre. Les clones devaient-ils être différents ou identiques ? Étant donné la facilité de modifier son corps, tous les personnages devaient-ils être beaux ? Des questions qui ont rapidement été résolues pour le bien du scénario.

Frederik Peeters

La rencontre avec Frederik Peeters n'était pas d'une grande nouveauté pour nous qui avions vu l'interview qu'il avait faite aux côtés de Pierre Oscar Lévy. D'ailleurs, nous vous conseillons de la visionner si vous voulez vous faire un aperçu de la BD sans pour autant en dévoiler les secrets.
Ce qu'il faut retenir, c'est que ce scénario ne pouvait fonctionner qu'en bande dessinée et pas autrement. Il aurait été difficile de suivre l'évolution des personnages dans un film, et un roman se serait perdu dans la narration des détails. Travaillant habituellement lorsqu'il fait une BD, Frederik Peeters a de suite été emballé par le scénario proposé par Pierre Oscar Lévy et a eu envie de collaborer avec lui.
En résumé, c'est un album qu'il faut lire, car tout est dans l'ambiance. Et trop en dire pourrait gâcher tout effet de surprise et le plaisir de lecture.

Le pôle jeunesse à Magelis

Le quartier jeunesse avait élu domicile à Magelis cette année, de l'autre côté du fleuve, en face du CIBDI. C'est là que se déroulaient les rencontres avec les auteurs de la sélection jeunesse.
Sur le grand parvis tout neuf que se trouvait également l'exposition sur Snoopy, mais aussi ce modèle géant de jeu de l'oie. Bien sûr, nous avons sortis nos dés pour une petite partie, gagnée par Badelel... On s'est aperçu plus tard qu'il y avait des règles et un gros dé pour jouer :P

Alberto Varanda

Le samedi matin à 10h avait lieu la rencontre avec Alberto Varanda pour Petit Pierrot, nominé dans la sélection jeunesse. Le tome 2 paraissait par ailleurs pour le festival, de même qu'une petite figurine à l'effigie de Pierrot et de l'escargot.
Il aurait dû y avoir plus de monde, et notamment une classe d'enfants, mais leur bus étant tombé en panne, il n'y avait pas foule dans la salle de conférence. Dommage.
Alberto Varanda nous a montré sur tableau à dessin comment il travaillait. Un dessin simple et rond comme il en fait le matin au petit déjeuner (il dessine rarement un dragon au réveil). Petits et grands, munis de feuilles et de crayons, ont alors tenté de reproduire le Petit Pierrot, avec plus ou moins de succès.
L'auteur nous a parlé de l'accueil du public, du plaisir de croiser des parents, des enfants, un public qu'il n'avait pas l'habitude de rencontrer en dédicace. Pour l'anecdote, Petit Pierrot est la seule bande-dessinée qu'il ait faite et que ses enfants aient lue. Sûrement le signe d'un album intergénérationnel !
Petit retour sur le projet Petit Pierrot qui est né sur le blog. Un personnage qui est donc un peu le fruit des internautes, avec lesquels Alberto partage ses croquis. Dernièrement, le blog n'avait pas été mis à jour régulièrement pour ne pas leur gacher toute surprise, mais maintenant le tome 2 paru, il devrait reprendre une activité normale.
Un troisième opus devrait voir le jour, si les ventes sont correctes. Un livre qui devrait concrétiser le rêve de Pierrot d'aller sur la lune, physiquement. La couverture du tome 2 est là pour prouver qu'il a d'ors et déjà trouvé le bon moyen de locomotion : un livre volant !

Nicolas Keramidas
Nous avons également croisé Nicolas Keramidas sur le stand Soleil (rien à voir avec la jeunesse donc), l'occasion pour nous de lui demander s'il savait où trouver son album 1 an, 365 dessins, sur lequel il avait réalisé un portrait des personnes venues se faire dédicacer un album à Angoulême l'an passé, dont Lunch. Mais lui-même aimerait bien le savoir : un flop au niveau des ventes visiblement, et un album introuvable. Un bel objet tout de même, qu'il a bien voulu nous montrer puisqu'il l'avait sur lui. L'occasion de voir que Lunch n'avait pas changé...
Pour l'auteur, c'est son meilleur album, le fruit du travail d'une année. Un exercice pas évident que de coucher chaque jour sur papier quelque chose de nouveau, et de s'y tenir... Il n'y a donc plus qu'à le commander en librairie, espérons qu'il en reste.

Exposition Le monde de Troy

L'exposition de Troy n'avait rien de vraiment remarquable en soi. Il faisait sombre tout comme dans la bulle soleil, avec les paillettes qui caractérisent bien leur stand. Les planches même pas originales - il ne s'agissait que d'agrandissements - n'avaient pas vraiment de charme. Heureusement qu'il y avait de la décoration !
Armes, livres monumentaux, trolls et buste de Pétaure (avec une grosse langue bien baveuse), proue de bateau... De ce côté, c'était géant par contre !

Exposition La petite histoire des colonies Françaises

L'exposition domestiquait l'une des salles du CIBDI. Elle consistait en 4 pavillons, chacun dédié à l'un des albums retraçant l'histoire des colonies de Grégory Jarry et Otto T.
Les pavillons n'étaient pas très pratiques d'accès, mais une fois à l'intérieur, nous avions la chance de découvrir quelques planches et explications d'une ironie extrême. Une lecture à la fois divertissante et instructive.
Au terme de cette visite, plutôt longue si on prenait bien le temps de se documenter au passage, les auteurs prenaient le temps de dédicacer les albums et de discuter avec les gens. Une initiative renouvellée dans plusieurs expositions et que nous trouvons fort agréable, même si nous n'en avons finalement jamais profité.

Exposition Baru - Debout Les Damnés De La Terre (DLDDLT)

La grande salle du CIBDI était comme chaque année destinée à l'exposition du président du festival. C'était donc au tour de Baru de nous éblouir à grand renfort d'originaux. La décoration se voulait sommaire et n'était pas sans rappeler un grand hangar, avec comme toile de fond une gigantesque usine. Il y avait même une vieille voiture, un flipper et un babyfoot, totalement libres d'accès à qui voulait y jouer. La musique était diffusée par un juke-box en parfait état de fonctionnement. Ambiance Rock'n'roll !
Le plus impressionnant restait ce mur de plances absolument fantastique. L'exposition était axée sur l'industrialisation, un thème qui tient à cœur à Baru.

Exposition Génération spontanée

L'exposition Génération spontanée prenait place à l'espace Franquin, qui reprenait cette année son nom originel. Exit le manga building, un espace mangasie ayant été aménagé dans les bulles éditeur.
De nombreuses planches de divers auteurs étaient exposées. Une nouvelle vague de la bande dessinée. Nous n'avons pas spécialement accroché...

Exposition Planches et hiéroglyphes

L'Egypte, c'est la destination de voyage rêvée pour Lunch (mais peut-être pas en ce moment). Alors une exposition dédiée au pays des pyramides avait tout pour ravir !
Tout commence par un hiéroglyphe signé de Lewis Trondheim. Sont ensuite exposés divers originaux d'Isabelle Dethan, Mazan et Julien Maffre. Des originaux qui laissent entrevoir parfois quelques détails saugrenus coupés dans les montages des albums, comme vous pourrez le voir sur les visuels plus haut.
Un effort tout particulier à été porté à la décoration. Rien à voir avec l'exposition un peu froide sur les albums du Louvre l'an passé. Cette fois on faisait un peu partie du voyage, au travers de carnets de croquis, de planches bien mises en valeur, de documentation et d'objets antiques prêtés par les auteurs voire même issus de la collection privée de la maison Pierre Loti.
Là encore, les auteurs dédicaçaient leurs albums à la sortie durant la majeure partie du festival.

Exposition Little Big Bang

Little Big Bang est un univers un peu méconnu pour nous. Mais l'exposition était probablement la mieux décorée de toutes. Les personnes qui l'ont montée ont fait preuve d'un véritable sens du bricolage, avec des matériaux de récupération la plupart du temps. Pour un visuel tout simplement génial.
Les auteurs étaient également présents pour dédicacer. Une chose que nous apprécions vraiment dans ce festival que cette promiscuité avec le public en dehors des bulles éditeurs.

Concert de dessin

Cette année, il y avait plusieurs concerts de dessins (enfin, un concert de dessin et des concerts illustrés). L'embarras du choix comme on dit. Nous avons finalement opté pour le concert d'Areski Belkacem illustré par Dupuy, Berberian, Alfred, Tebo, Tanxxx, Merwan et Mathieu Sapin.
Le scénario de Charles Berberian nous transportait au gré de la musique aux ambiances arabisantes sur les pas d'un catcheur amoureux.
Areski Belkacem est resté de dos durant la plupart du spectacle, faisant le lien entre dessinateurs et musiciens en bon chef d'orchestre. On avait un peu cette impression qu'il mettait sa musique au service de la bande dessinée, et non l'inverse comme c'est habituellement le cas.
Nous avons même eu la chance de nous faire dédicacer l'album du chanteur après le concert. Nous aurions bien demandé à Alfred un dessin de son homme à la moustache, mais nous ne l'avons pas recroisé. Tant pis :)

ParaBD

Petit passage dans les halles pour nous procurer la figurine de Petit Pierrot, tout juste mise en vente à l'occasion du festival. Le stand Attakus était très enthousiaste au sujet de cette bouille sympathique (même si Badelel trouve qu'il a une crête bizarre sur la tête selon l'angle de vue choisi), et agréablement surpris par les ventes qu'ils n'attendaient pas si nombreuses.
Nous concernant, nous étions bien évidemment très heureux d'acquérir l'un des 1500 exemplaires de cette statuette. L'occasion en passant de voir les autres produits proposés dans leur vitrine, dont ce magnifique Blacksad et Weekly de plein pied... un poil trop cher pour espérer attérir un jour dans notre salon :)

Les dalles du CIBDI

Pour la première fois depuis le temps qu'on vient au festival, on a pour la première fois pris le temps de contempler les multiples dalles du CIBDI. Des œuvres faites par des auteurs de renom, mais qui ont malheureusement un peu vieillies... il faut dire que l'usure du temps ne leur fait pas de cadeau (ce serait pas mal des les faire restaurer quand même, certaines sont devenues illisibles). Mais elles demeurent, et voici donc un petit pannel de quelques unes d'entre elles.

Conclusion
La fin du festival sonne aussi l'heure des prix. Nous étions un peu surpris du fauve d'or attribué à 5000 kilomètres par seconde, mais pourquoi pas. Asterios Polyp a finalement eu le prix spécial, la moindre des choses. Et Pluto a été récompensé du prix intergénérations.
Globalement, les prix attribués sont logiques. Même si on peut être déçus pour Château de sable, Omni-Visibilis ou encore Les derniers jours d'un immortel. Et aussi Cerebus côté Patrimoine, ou Petit Pierrot en jeunesse.
La liste complète des prix dans la nouvelle du 30 janvier, juste à la suite de celle-ci.
Quant au prochain président, grand prix du jury 2011, il s'agit de Art Spiegelman, l'auteur du célèbre Maus.

Comme toujours un festival crevant. Mais on en prend tellement plein les yeux, on rencontre tellement d'auteurs, que c'est toujours un plaisir renouvelé.
Euh... vivement l'an prochain ?
Mais avant : Bord'images et les Bulles de Haut de Garonne dans la région Bordelaise !

30 Janvier 2011 :
Retour à l'instant même d'Angoulême, à précisément 23h40.
Voilà mon tour d'annoncer avec un peu de retard, mais néanmoins avec grande joie, les heureux albums primés lors de ce 38ème festival internationnal de la bande dessinée.

Fauve d'or - meilleur album : Cinq mille kilomètres par seconde (Atrabile - Manuele Fior)
Prix du public : Le bleu est une couleur chaude (Glénat - Julie Maroh)
Prix spécial du jury : Asterios Polyp (Casterman - David Mazzucchelli)
Prix de la série : Il était une fois en France (Glénat - Fabien Nury et Sylvain Vallée)
Prix intergénérations : Pluto (Kana - Naoki Urasawa)
Prix regards sur le monde : Gaza 1956 (Futuropolis - Joe Sacco)
Prix de l'audace : Les noceurs (Actes sud - Brecht Evens)
Prix révélation : La Parenthèse (Delcourt - Élodie Durand) et Trop n'est pas assez (Çà et là - Ulli Lust)
Prix patrimoine : Bab-el-Mandeb (Mosquito - Attilio Micheluzzi)
Prix jeunesse : Les Chronokids T3 (Glénat - Zep, Stan et Vince)

Vous l'aurez donc compris, comme d'habitude, nos chouchous sont comme d'habitude passés à la trappe (à part Pluto qui avait été cité par Badelel). Néanmoins, les prix décernés cette année sont nous le pensons mérités. La sélection était riche, variée, et pleine de bonnes surprises.
Nous vous laissons en juger !

30 Janvier 2011 :

À vos postes moussaillons ! Alors que les récits de pirates ont le vent en poupe depuis les Pirates des Caraïbes, les éditions Dargaud proposent un voyage sous la houlette d'un capitaine des plus aguerris. Malgré sa jambe de bois, l'impitoyable Long John Silver vous attend en effet de pied ferme. L'appel du large retentit, au grand bonheur des amateurs du genre, qui se délectent de cette reprise du personnage de L'île au trésor par le duo de Prophet. Le temps et les vagues ont certes déferlé sur les pages du roman de l'écrivain Écossais Robert Louis Stevenson, mais ses boucaniers continuent néanmoins de marquer les esprits.
Lisez la suite de la synthèse d'Yvan sur k.bd !

26 Janvier 2011 :
Angoulême, c'est déjà demain.
Il y a quelques temps, j'ai fait un petit sondage autour de moi pour essayer de savoir quelle était la BD de l'année, mais aussi quel album avait toutes les chances de gagner le Fauve d'or du festival.
Dans la plupart des réponses que j'ai obtenues, BD de l'année et meilleur album à Angoulême se sont souvent confondus, puisqu'il n'y a guère que Mo' qui ait évoqué Les chemins de traverse comme lecture préférée et qui ne fasse pas partie de la sélection officielle. On peut donc aisément confirmer que cette année nous avons le droit à une très bonne sélection !

La sélection officielle, parlons-en : 58 titres en lice, 20 en jeunesse et 8 en patrimoine.
Difficile de prédire quel titre s'en dégagera ni combien de prix seront décernés. Le Fauve d'or est un classique, mais l'an dernier nous avons eu droit à pas moins de 11 prix. C'est à se demander si leur multiplication n'est pas préjudiciable à leur valeur, d'autant plus quant on connaît la polémique autour du meilleur album de l'an passé (Pascal Brutal), mais c'est un autre débat.

Laissons-nous tout de même tenter par le jeu des pronostics ?
Si j'en crois mon petit sondage, c'est assurément Asterios Polyp de David Mazzucchelli qui ressort en tête.
Déjà vainqueur du prix de la critique 2011, on ne tarit pas d'éloges sur ce titre :

Yvan, qui a lu la plupart des titres de la sélection, en fait le meilleur album de l'année, et le décrit d'une richesse incroyable et d'une virtuosité narrative hallucinante.
Champi le rejoint et complète en disant que c'est un album à lire absolument.
Pour Yaneck, c'est une véritable leçon d'art graphique, à un niveau bien supérieur à tous ses confrères. Qui plus est, il propose une histoire intéressante et bien construite. Il n'y a rien à redire, c'est juste impressionnant.
Zorg abonde dans le même sens : c'est beau, c'est touchant. Une BD vraiment bien foutue.

Pourtant, Zorg emet aussi des réserves : pas sûr qu'elle gagne à Angoulême, à moins que la mode qui vise à s'intéresser au comics (surtout s'il est "underground") fasse son effet.
Et Yvan paraît lui aussi septique à ce sujet : il le donnerait bien favori à Angoulême, mais comme ils n'aiment ne pas faire comme tout le monde, ils trouveront bien autre chose...

Et alors, si ce n'est pas Asterios Polyp, quels sont les prétendants ?
Yvan va nous aider à dresser une première liste :
- Logicomix
- Château de sable
- Gaza 1956
- Quai d'Orsay
- Toxic
- Le bleu est une couleur chaude
- Les derniers jours d'un immortel
- Omni-visibilis
- Pluto
- Fritz Haber
- Walking dead
Il évoque aussi les trois albums de Nury, mais ils sont selon lui probablement trop grand public pour décrocher le prix principal.

La réponse de Mo' est sans conteste : il s'agit de Château de Sable de Peeters et Lévy. Un scénario original, le trait de Frederik Peeter qui a encore muri et qui s'est affiné, et puis l'année dernière, il était rentré bredouille avec Pachyderme, alors cette année il ne rentrera pas les mains vides.

Yaneck estime que Gaza 1956 ainsi que Quai d'Orsay devraient avoir leur chance, vu leur grande qualité. Mais il évoque aussi une possible surprise, se référant à Riad Sattouf et son indigent Pascal Brutal pour le prix 2010.

Zorg pense que ce sera Quai d'Orsay, déjà auréolé du prix RTL cette année. L'envie de rajouter "malheureusement" est grande : un bon album mais il a peur que le côté politique fasse pencher la balance et pas forcément la qualité de la BD.
Selon lui, Gaza 1956, qui a gagné le prix France Info 2011, à également une carte à jouer. Même s'il aimerait beaucoup que Il était une fois en France T4 ou Asterios Polyp soit récompensés... et pourquoi pas Walking Dead ?

Le mot de la fin est pour nous :
L'attention de Badelel a été retenue par Quai d'Orsay, Château de sable, Manabe Shima, Cinq mille kilomètres par seconde, Asterios Polyp et Pluto. Mais parmi tous ces titres elle n'a eu le privilège d'en lire que deux : Quai d'Orsay et Pluto. C'est ce dernier titre qui reste pour elle son chouchou, et malgré la très forte impression laissée par Quai d'Orsay. Un choix qui reste très personnel puisque c'est une série qu'elle a longtemps attendu. Elle avait même fini par la commencer en traduction amateur sur internet. Et puis reprendre l'œuvre de Tezuka n'est pas une mince affaire, et Urasawa s'en tire magistralement.
Cela dit, elle n'ira pas jusqu'à dire qu'il s'agit de la BD de l'année, n'ayant pas encore lu Asterios Polyp et Château de sable pour vraiment définir son choix.

Lunch a de son côté été emballé par Cerebus. Le travail de Dave Sim est vraiment fantastique. Il en faut du courage pour éditer soi même autant d'albums. Près de 6000 pages quand même, tout en défonçant à grand coups de pied les codes de la bande dessinée. C'est son favori pour la sélection patrimoine.
Concernant la sélection officielle, il place Omni-visibilis en tête de ses lectures : un album comique partant d'un fait totalement paranormal et fou. Mais il a aussi beaucoup apprécié Château de sable, Quay d'Orsay et Les derniers jours d'un immortel.

La réponse dans quelques jours !

23 Janvier 2011 :

Isaac Sofer est un jeune peintre sans le sou au talent prometteur. Heureusement, sa fiancée Alice est là pour veiller au grain. Amoureux, Isaac l'est assurément. Mais, une dispute, un petit tour dans la nuit et une rencontre avec un étrange médecin devenu marin l'entraîne vers le large. Une aventure qui le mènera aux quatre coins du monde, des glaces du pôle aux plages de sable fin.
k.bd quitte l'Afrique et reprends la mer avec Isaac le pirate.
Une synthèse de David, et un album à découvrir absolument ^^

16 Janvier 2011 :

k.bd revient comme chaque dimanche et poursuit son voyage en Afrique avec Jeanne Picquigny.
Conté par Mo', ce dyptique de Fred Bernard vous emmenera découvrir le continent noir du temps des colonies, aux côtés de Jeanne, une fille pas comme les autres.

9 Janvier 2011 :

C'est dimanche et comme chaque semaine sur k.bd on vous fait découvrir un nouvel album.
Poursuite du thème Voyage, voyage... avec Abdallahi. Une BD aux graphismes époustoufflants et qui nous amène au cœur même de l'Afrique.
Et pour cette chronique 100% Bordelaise, c'est Lunch qui vous guide !

7 Janvier 2011 :
Notre page liens fait peau neuve. Il était temps !

4 Janvier 2011 :
L'année commence mal pour les indépendants : Le comptoir des indépendants, qui diffusait entre autres les éditions L'Association, Atrabile, Çà et là, La Cerise, Norma et Rackham (liste complète ici) ferme ses portes après 12 ans de service.
Cette fermeture s'ajoute à celle des nombreuses librairies indépendantes, qui comme le Comptoir, ont été obligées de plier boutique ces dernières années.
Belles Lettres Diffusion Distribution (BLDD) devrait reprendre la diffusion des maisons d'édition affiliées au Comptoir. Espérons que l'urgence de la situation ne pèse pas trop lourd sur les budgets d'éditeurs acculés.
Merci à Mo' pour l'information. Source : Rackham.

2 Janvier 2011 :

C'est la nouvelle année et on repart avec les mêmes ambitions sur k.bd : vous faire découvrir chaque dimanche un nouvel album !
Nous démarrons avec un classique, puisqu'il s'agit du premier tome du célèbre Corto Maltese : La ballade de la mer salée. L'occasion pour nous d'aborder un thème qui peut laisser rêveur : Voyage, voyage...
Vous embarquez avec nous ? Capitaine Zorg vous montre le chemin :)

1er Janvier 2011 :
Bonne année, bonne santé, pleins de BD !

Retour à l'accueil